3 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Molins

ÉCLAIRAGE - Le procureur de la République François Molins a dressé les premières constatations de l'enquête sur l'attentat à Nice commis le 14 juillet par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

François Molins lors d'une conférence de presse concernant l'attentat à Nice, le 15 juillet 2016
François Molins lors d'une conférence de presse concernant l'attentat à Nice, le 15 juillet 2016
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

François Molins fait le point. Le procureur de la République de Paris a tenu une conférence de presse au palais de justice de Nice, jeudi 15 juillet, pour communiquer les premiers éléments de l'enquête sur l'attentat perpétré la veille sur la Promenade des Anglais. Le magistrat, qui a la compétence nationale sur les dossiers antiterroristes, a donné des détails sur le déroulement des faits et l'identité du tueur abattu par la police, formellement identifié comme étant Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

À l'heure où s'est tenue le point presse, François Molins a fait état du bilan suivant : 84 personnes sont décédées, dont 10 enfants et adolescents. L'attaque a également fait 202 blessés. Parmi eux, 52 se trouvent en état d'urgence absolue, dont 25 sont toujours en cours de réanimation. "Ce bilan est bien sûr provisoire et peut être modifié à la hausse", a prévenu le représentant de l'État.

Le déroulement des faits

Avant le début de l'attaque, tout a commencé à 21h34. À cette heure-ci, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel arrive à vélo dans le quartier où son camion frigorifique blanc de 19 tonnes est stationné. Le véhicule avait été loué le 11 juillet à une société et devait être restitué le 13 juillet. Une fois au volant, le tueur s'est rendu vers l'ouest de la ville. C'est ensuite dans le quartier Magnan que le camion réapparaît avant de prendre la direction de la promenade des Anglais.

À lire aussi
Christian Estrosi lors de l'hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 14 juillet 2018 terrorisme
Attentat de Nice : un deuxième suspect remis en liberté

Le carnage débute alors vers 22h45, alors que la foule assistait au traditionnel feu d'artifice de la fête nationale. "Il a roulé sur une distance de deux kilomètres entre les numéros 11 et 147 de la promenade. Il a violemment percuté de très nombreux spectateurs", ajoute le procureur.

On apprend ainsi que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a effectivement "tiré à plusieurs reprises sur trois policiers", entraînant une réplique de ces derniers. Cela n'a pas pour autant arrêté la course folle du camion, qui a encore "roulé sur 300 mètres" avant d'être de nouveau la cible de tirs des forces de l'ordre. Derrière un pare-brise totalement criblé d'impacts, le tueur est mort sur le siège passager.

Dans la remorque du camion, les enquêteurs ont retrouvé le vélo de l'assaillant et huit palettes vides. Dans la cabine, les fouilles ont été nettement plus fructueuses : un pistolet automatique, des cartouches, un deuxième pistolet automatique factice, deux fausses répliques de fusils d'assaut (Kalachnikov et M16), une grenade percée, un téléphone portable et divers documents. Ces derniers éléments sont en "cours d'exploitation", précise le procureur. Une "carte conducteur" et une carte bancaire ont également été retrouvées sur place. Ce sont ces éléments, conjugués aux analyses des empreintes papillaires.

Le tueur inconnu des services de renseignement

François Molins a confirmé l'identité et la nationalité du tueur, qui est un ressortissant tunisien domicilié à Nice. "Il était chauffeur-livreur, marié et père de famille. Il était connu des services de police pour des faits de menace, violence, vols et dégradations entre 2010 et 2016. Il a été condamné le 24 mars par le tribunal correction de Nice à une peine de six mois d'emprisonnement pour violence volontaire avec arme. Il est en revanche inconnu des services de renseignement, tant au niveau national que local, et n'avait jamais fait l'objet de la moindre fiche, ou signalement, de radicalisation", a-t-il détaillé en confirmant le placement en garde à vue de l'ex-épouse du tueur.

Le procureur a précisé qu'il n'y avait pour l'instant pas d'éléments permettant d'établir si l'homme a pu bénéficier de complicité et s'il cultivait d'éventuels liens avec des organisations terroristes telles que Daesh. Malgré l'absence de revendication, François Molins souligne que le mode opératoire de "ce type d'action correspond aux appels permanents au meurtres" lancés par ces groupes jihadistes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Terrorisme Nice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784113761
Attentat à Nice : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Molins
Attentat à Nice : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Molins
ÉCLAIRAGE - Le procureur de la République François Molins a dressé les premières constatations de l'enquête sur l'attentat à Nice commis le 14 juillet par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-a-nice-ce-qu-il-faut-retenir-de-la-conference-de-presse-de-francois-molins-7784113761
2016-07-15 17:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0W3tFJB0RNetHFvtpZNckg/330v220-2/online/image/2016/0715/7784114002_francois-molins-lors-d-une-conference-de-presse-concernant-l-attentat-a-nice-le-15-juillet-2016.jpg