1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentat sur les Champs-Élysées : comment mieux protéger ceux qui nous protègent ?
1 min de lecture

Attentat sur les Champs-Élysées : comment mieux protéger ceux qui nous protègent ?

INVITÉ RTL - Christophe Rouget, commandant de police et porte-parole du syndicat majoritaire des cadres de la sécurité intérieure attend une réelle "prise de conscience", après l'attaque de policiers jeudi 20 avril sur les Champs-Élysées.

Des forces de police sur les Champs-Élysées, jeudi 20 avril
Des forces de police sur les Champs-Élysées, jeudi 20 avril
Crédit : Kamil Zihnioglu/AP/SIPA
Attentat sur les Champs-Élysées : comment mieux protéger ceux qui nous protègent ?
04:35
Attentat sur les Champs-Élysées : comment mieux protéger ceux qui nous protègent ?
04:38
Yves Calvi & Léa Stassinet

Un policier assassiné, deux autres grièvement blessés, c'est le bilan dramatique de l'attentat perpétré jeudi 20 avril sur les Champs-Élysées à Paris. Aux alentours de 21 heures, un individu a ouvert le feu sur un véhicule des forces de l'ordre, touchant un policier mortellement à la tête et blessant deux de ses collègues. L'assaillant, tué par des tirs de riposte était fiché S. Il était déjà visé par une enquête terroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers. Les forces de l'ordre sont dorénavant devenues des cibles privilégiées, mais comment assurer plus efficacement leur protection ? 

Christophe Rouget, commandant de police et porte-parole du SCSI-CFDT, le syndicat majoritaire des cadres de la sécurité intérieure, attend une "prise de conscience" de la part du prochain président de la République. "On a bien compris depuis 2012 que les militaires et les policiers étaient des cibles pour les terroristes". Christophe Rouget salue cependant l'action des pouvoirs publics et notamment le recrutement de policiers. "Mais on a été en réaction", nuance-t-il. 

"Il faut qu'un véritable big-bang ait lieu, afin de revoir l'organisation des forces de police, avec une simplification de l'organisation de la lutte anti-terroriste", poursuit-il. "Je crois qu'il faut aussi alléger profondément toute la procédure judiciaire qui plombe toute l'activité de la police aujourd'hui". Christophe Rouget estime qu'il y a de grandes mesures à prendre, et regrette qu'il n'y ait pas eu "ce débat là durant la campagne présidentielle". 

Le porte-parole du syndicat majoritaire des cadres de la sécurité intérieure a tenu à rendre hommage aux policiers présents sur les Champs-Élysées au soir du jeudi 20 avril, qui "ont permis d'éviter un massacre". Il demande plus de moyens et d'hommes pour lutter avec la plus grande efficacité contre le terrorisme : "Daesh agrège tout un tas de délinquants, des gens qui en veulent à l'État et à la police, c'est le principe de cette organisation qui fait de la communication sur ce terrorisme low-cost, très difficile à anticiper". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/