1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentat en Isère : Fontaines-sur-Saône rend hommage à la victime décapitée
1 min de lecture

Attentat en Isère : Fontaines-sur-Saône rend hommage à la victime décapitée

Quelque 200 habitants de Fontaine-sur-Saône s'étaient réunis ce samedi près du domicile d'Hervé Cornara, retrouvé décapité la veille sur les lieux de l'attentat d'une usine en Isère.

Hervé Cornara a été retrouvé décapité le 26 juin 2015 sur les lieux de l'attentat de l'usine Air Products en Isère (archives)
Hervé Cornara a été retrouvé décapité le 26 juin 2015 sur les lieux de l'attentat de l'usine Air Products en Isère (archives)
Crédit : Les marronniersVoisins d'en haut / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Au lendemain de l'attentat en Isère, Fontaine-sur-Saône a tenu à rendre hommage à Hervé Corona, ce chef d'entreprise de 54 ans retrouvé décapité sur les lieux de l'attaque. "Nous sommes tous avec Hervé" a déclaré Thierry Pouzol, le maire de cette commune proche de Lyon qui a vu naître et grandir la victime.

Entouré de quelques 200 habitants réunis à quelques mètre du domicile d'Hervé Cornara, dans le quartier des Marronniers où il était président de l'association des locataires de sa résidence, l'élu a parlé au nom de tous en se disant "choqués et horrifiés". "Nous devons avoir une pensée pour sa famille, son épouse, son fils, sa maman, son frère, ses proches, ses amis. Je viens de rencontrer sa maman, nous partageons leur peine, nous partageons solidairement leur douleur", a-t-il ajouté, contenant visiblement difficilement son émotion.

"Une décapitation abjecte"

"Personne ne doit mourir dans de telles conditions", a-t-il encore déclaré, soulignant par la même occasion l'atrocité du crime dont a été victime Hervé Cornara. Employeur de l'auteur présumé de l'attentat Yassin Salhi, le quinquagénaire avait été tué avant l'intrusion du suspect dans l'usine Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier. Les gendarmes avaient découvert son corps "abjectement décapité" selon les mots du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Sa tête avait été retrouvé plus loin, accrochée au grillage d'enceinte, entourée de deux drapeaux islamistes et barrée d'écritures arabes.

Thierry Pouzol a également appelé "à ne pas réagir sous le coup de l'émotion" et à "ne pas faire d'amalgames" avant d'inviter tous les participants du rassemblement à se tenir par la main pour observer une minute de silence.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/