1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentat déjoué à Toulon : "On peut rentrer comme on veut" dans la base navale, dit une militaire
1 min de lecture

Attentat déjoué à Toulon : "On peut rentrer comme on veut" dans la base navale, dit une militaire

REPLAY / RÉACTION - Nathalie, une militaire de la base navale de Toulon, estime que les mesures de sécurité ne sont pas suffisantes pour garantir l'étanchéité face aux menaces extérieures.

La base navale de Toulon
La base navale de Toulon
Crédit : AFP
La base militaire de Toulon est-elle suffisamment sécurisée ?
01:22
Julien Quelen & Etienne Baudu

Pourquoi Hakim Marnissi projetait-il de s'attaquer à la base navale de Toulon ? Si le haut lieu militaire qu'elle représente est une cible qui s'explique, le terroriste aurait-il eu les moyens de mener à bien son entreprise ? Ce jeudi, le quotidien Var matin titre "Vulnérable" ; un adjectif utilisé pour qualifier la base militaire qui ne serait pas assez bien protégée. Une thèse qu'accrédite Nathalie, une militaire qui ne pense pas que les mesures de sécurité soient suffisantes. 

"Il disent les plans vigipirate 'écarlates" (...) on met plus de gens aux portes, des sacs de sables avec des fusils derrière et puis on se dit que ça va suffire. Ça ne change strictement rien, on peut quand même rentrer comme on veut. C'est un gros sketch quand même", déclare-t-elle ainsi au micro de RTL. 

Une sécurité totalement perméable ?

Pour la militaire basée à Toulon, les premiers contrôles qui permettent l'accès à la base militaire laissent à désirer. "C'est facile de rentrer pour n'importe qui avec un badge, reprend-elle. Mon frère est déjà rentré avec mon badge, ce n'est pas un problème (...) C'est ridicule, ce sont des civils qui nous contrôlent pour rentrer. Il y en a qui font vachement attention et il y en a qui s'en foutent. Ça dépend sur qui on tombe, ils ne font pas tous attention (...) On peut facilement rentrer, oui", déplore-t-elle. 

En dépit de la sécurité mise en place pour protéger le site nucléaire, la militaire ne jure pas non plus que la partie la plus sensible de la base soit impénétrable. "C'est comme pour les sous-marins, dès que c'est nucléaire c'est un peu plus sécurisé. Là c'est plus compliqué, mais je ne dis pas que ce n'est pas faisable", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/