1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentat déjoué à Paris : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur de Paris
2 min de lecture

Attentat déjoué à Paris : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur de Paris

Selon le procureur de Paris, des documents d'Al Qaïda et de l'État islamique ont été retrouvés chez Sid Ahmed Ghlam, aussi suspecté du meurtre d'Aurélie Châtelain.

Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir tué Aurélie Châtelain
Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir tué Aurélie Châtelain
Crédit : Capture d'écran iTélé
Claire Gaveau & AFP

Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien de 24 ans soupçonné d'avoir tué une femme et projeté une attaque contre une église en banlieue parisienne, a évoqué avec une personne "pouvant se trouver en Syrie", les "modalités de commission d'un attentat", a révélé mercredi le procureur de Paris, François Molins. Cet homme qui serait en Syrie lui aurait demandé "explicitement de cibler particulièrement une église", a ajouté le magistrat. 

Des documents d'Al Qaïda et de l'État islamique retrouvés

Les perquisitions au domicile de cet étudiant en électronique ont permis de retrouver, outre de l'armement, des "documents en langue arabe évoquant les organisations terroristes Al-Qaïda et État islamique", a poursuivi François Molins.

En garde à vue, Sid Ahmed Ghlam a fait des déclarations "fantaisistes" avant de s'enfermer dans le mutisme, a détaillé le procureur. Blessé à une cuisse dimanche, il a expliqué s'être blessé seul en voulant se débarrasser de ses armes dans la Seine. Sa garde à vue pourrait être porté à six jours, une durée dérogatoire prévue notamment en cas de risque d'action terroriste imminente. 

Une autre personne placée en garde à vue

Arrivé avec sa famille en 2001 à Saint-Dizier, il est retourné en Algérie en 2003 où il a passé son baccalauréat en 2010, a rapporté François Molins. Revenu en France, il a entamé des études d'électronique. 

À lire aussi

Une personne de son entourage a été interpellée mercredi à Saint-Dizier et placée en garde à vue, a par ailleurs confirmé, sans plus de détail, François Molins. Selon une source proche de l'enquête, il s'agit d'une femme de 25 ans. 

Aurélie Châtelain tuée d'une balle, et non trois

Les premières analyses balistiques, génétiques et de géolocalisation téléphonique, le mettent en cause pour le meurtre d'Aurélie Châtelain, tuée d'une balle dans le corps et non trois comme cela avait été annoncé auparavant.

"L'ADN de l'individu a été retrouvé dans le véhicule d'Aurélie Châtelain, une sur le frein à main, l'autre sur le bas de caisse gauche", a déclaré le procureur de la République de Paris alors que "l'exploitation des données GPS" a confirmé la présence de Sid Ahmed Ghlam à Villejuif "dans le créneau horaire" où l'enseignante de fitness a été tuée.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/