4 min de lecture Attentats à Paris

Après les attentats, la reconstruction

Après les attaques terroristes survenues dans l'Hexagone, les Français, victimes ou non, changent leur manière de vivre.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Après les attentats, la reconstruction Crédit Image : Farid Addala, Rémi Pin, Hassan Ayadi, Laurent Di Nardio Di Maio / AFPTV / AFP | Crédit Média : Marie Guerrier | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier Journaliste RTL

Page 67, dans Paris Match, une photo : deux femmes, dans les bras l'une de l'autre, Stéphanie et Caroline. Il y a un an, elles ne se connaissaient pas. Le 13 novembre, elles étaient au Bataclan. Deux survivantes. Aujourd'hui, elles sont inséparables. La nuit qui a tout changé. "Aucun ne réussit à surmonter l'épreuve, écrit Paris Match, ni les rescapés des attentats ni les proches des victimes." Stéphanie raconte : "Nombreux sont ceux qui ont quitté leur travail, ou en ont changé." "D'autres ne peuvent plus travailler normalement, souffrent de tremblements, de bégaiements, d'agoraphobie. Il y a eu des suicides", dit Caroline. Et elle ajoute : "Des personnes qui semblent aller mieux sont des bombes à retardement. Il faut prendre en compte l'évolution des traumatismes. Sinon, dit-elle, on comptera des nombres de morts à la hausse."

Caroline préside l'association Life for paris, qui regroupe plus de 750 personnes dont la vie a été à jamais bouleversée. Elle soulève la délicate question de l'argent. L'indemnisation des victimes relève du parcours du combattant. Il faudra peut-être s'en remettre aux tribunaux, prendre un avocat. Le gouvernement a parlé d'un barème qui pourrait être mis en place, un montant fixe par préjudice. Bertrand est un survivant. Jamais il n'oubliera ces corps, dit-il "qui se sont couchés comme du blé soufflé par le vent". Lui est debout. Il a rejoint l'association. "Nous devons aider ceux qui vont moins bien que nous." Il est convaincu que c'est cette humanité qui prouve que nous avons gagné contre les terroristes.

Menace terroriste, sentiment d'insécurité, cette France qui veut s'armer

L'Obs a enquêté sur cette France qui veut s'armer. Dans les fédérations et les clubs de tir, les demandes de renseignements affluent. Et il y a même une association pour le rétablissement du port d'arme. Son président s'appelle Guillaume Lorans. L'Obs l'a rencontré. Il n'a pas encore 30 ans. Il se dit à la tête d'une équipe de citoyens bénévoles, détenteurs d'armes, qui ne sont liés à aucun courant politique ni affiliés à aucun parti. 14.000 abonnés sur Facebook. 

Le fondateur de ce groupe est persuadé que beaucoup d'inscriptions à la Fédération française de tir sont le fait de gens qui veulent posséder une arme à domicile et assurer leur défense si nécessaire. La fédération confirme une augmentation récente du nombre de licenciés : +10% pour l'année en cours. Mais elle ne veut pas faire de lien avec les événements récents en France, et L'Obs s'est rendu compte que la fédération a envoyé un mail au 1.600 clubs de tir en France, avec comme instruction d'être très prudent sur toutes les déclarations faites aux journalistes qui pourraient accréditer l'idée que les Français s'arment pour contrer les terroristes. "Mais d'autres professionnels sont moins réservés", raconte le magazine. Il faut une attestation médicale avant de s'inscrire dans un club. Et un médecin d'Alençon confie que ce type de demandes d'attestation est en hausse de 20% et selon lui, ce sont des gens qui ont peur. "L'un d’eux m'a dit, explique le médecin, 'si on est envahis par les barbus, on pourra répliquer'". Le ministère de l'Intérieur doit réagir. Selon les informations de L'Obs, d'ici à la fin du mois, un nouveau service central des armes sera créé, et un Monsieur Arme est déjà en charge du dossier au ministère.

Une attaque au bazooka

À lire aussi
Le préfet de police de Paris envisage de réformer la Brigade de recherche et d'intervention police
Des rescapés du Bataclan affichent leur soutien à la BRI dans une tribune

Sur la forme, ce n'est qu'un SMS. Sur le fond, une lourde charge. Et c'est Mediapart qui le révèle : un message envoyé par Rachida Dati à Brice Hortefeux. Il date de septembre 2013. L'ex-ministre de la Justice s'adresse à l'ex-ministre de l'Intérieur. Ça commence comme ça  : "Salut le facho, je t'ai entendu dire que tu allais me faire sauter ma pseudo facilité de passage que j'aurais à l'aéroport." Et s'en suivent des menaces de révéler des affaires peu reluisantes. Ça se termine sur : "Je ne te lâcherai pas espèce de voyou." Et Rachida Dati précise qu'elle a envoyé le SMS en copie à Nicolas Sarkozy. Ce qu'elle ne sait pas c'est que Brice Hortefeux est sur écoute, et que son avertissement se retrouve dans les notes de synthèse des enquêteurs, puis dans le dossier d’instruction de l’affaire libyenne.

Joint par Mediapart, les deux protagonistes affirment que, certes à l'époque leur relation était exécrable. Mais qu'aujourd'hui elles sont pacifiées. Ils comptent tous les deux aujourd'hui parmi les soutiens de Nicolas Sarkozy à la primaire.

On prend le large à deux jours du départ du Vendée Globe

29 marins vont se lancer dans l'aventure du Vendée Globe en solitaire, sans assistance. Sauf à distance. Leur santé est entre les mains du docteur Jean-Yves Chauve et c'est à lire dans l'Express. Il gère leur sommeil, leur nourriture, leurs bobos, leurs blessures plus graves s'il le faut. Fort d'une longue expérience, il a publié un guide de la médecine à distance. Une bible, un protocole précis. Il a mis au point, par exemple, une liste de codes pour éviter les erreurs en cas de liaison difficile. Il ne prescrit pas du paracétamol, mais du A10. Pas un antiseptique, mais du T10. Sa plus grande peur reste l'évanouissement, la perte de contact. Parfois, c'est juste de soutien moral dont ont besoin les skippers. Le docteur Chauve est là, attentif à la voix, aux intonations. Toujours prêt pour réparer les vivants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris La revue de presse Revue de presse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785588588
Après les attentats, la reconstruction
Après les attentats, la reconstruction
Après les attaques terroristes survenues dans l'Hexagone, les Français, victimes ou non, changent leur manière de vivre.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/apres-les-attentats-la-reconstruction-7785588588
2016-11-04 09:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uODoUWYhaj5HUZS006_RMw/330v220-2/online/image/2016/0110/7781263154_une-ceremonie-d-hommage-aux-victimes-des-attentats-emouvante-mais-clairsemee.jpg