1 min de lecture Santé

Après 40 jours de combat, les parents d'Ayana se rangent à son décès "programmé"

Les parents de la petite Ayana, 7 mois, plongée dans le coma depuis plus de 40 jours se sont finalement rangés dimanche à son décès.

Couloir d'hôpital (illustration).
Couloir d'hôpital (illustration). Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après plus de 40 jours de cauchemar, les parents de la petite Ayana se sont rangés du côté de l'expertise ordonnée par la justice. "Les conclusions de l’expert sont formelles : cet enfant a un cerveau irrémédiablement détruit", a expliqué devant la presse Emmanuel Ludot, l'avocat des parents. 

Hospitalisée au CHU d'Angers depuis le début du mois de mai après avoir été prise d'une très forte fièvre au lendemain du vaccin DT-Polio, Ayana est plongée dans le coma. "La mort du bébé va être programmée d’ici six à huit jours", annonçait un peu plus tard, la voix brisée par l'émotion et les larmes aux yeux la mère de l’enfant, Julie Pitel, ne souhaitant pas s’exprimer davantage.

L’expertise a permis aux parents de comprendre la situation dans laquelle ils étaient

Me Emmanuel Ludot, avocat des parents
Partager la citation

Maître Ludot, qui avait introduit auprès du tribunal administratif de Caen l'action visant à obtenir un "constat d'urgence" sur l'état de santé du nourrisson, a estimé que "l’expertise a été très utile et a permis aux parents de comprendre la situation dans laquelle ils étaient".

Plainte contre le SAMU d'Alençon

Les parents s'étaient opposés à l'arrêt de l'intubation, initialement prévue lundi par l'équipe médicale qui se refusait à mettre en œuvre des traitements pouvant relever d’une "obstination déraisonnable". Selon eux, a rappelé l'hôpital, le maintien de l'intubation n'aurait fait qu'aggraver les "souffrances extrêmes" et "rebelles à tous les traitements" que subit l'enfant, dont les séquelles neurologiques sont irréversibles.

À lire aussi
Un homme fait un test PCR de détection du coronavirus à Laval, en Mayenne, le 17 juillet 2020 (illustration) coronavirus
Mayenne : "L'épidémie est sous contrôle", assure le président du département

Les parents n'abandonnent pas pour autant leur combat et les poursuites qui vont avec. Alors que la petite Ayana avait été prise d'une très forte fièvre et de convulsions dans la nuit du 5 au 6 mai, après avoir reçu deux vaccins, le SAMU ne s'était pas déplacé. Les parents ont déposé une plainte pour non-assistance à personne en danger.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Décision de justice Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants