1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Amputé, il a fabriqué une main bionique à partir de plans sur internet
1 min de lecture

Amputé, il a fabriqué une main bionique à partir de plans sur internet

REPLAY - Victime d'un accident professionnel à 18 ans, Nicolas Huchet s'est lancé dans la fabrication d'une main bionique.

Le chercheur Marco Controzzi montre une main bionique (illustration)
Le chercheur Marco Controzzi montre une main bionique (illustration)
Crédit : FABIO MUZZI / AFP
Choix Calvi - 22/04
06:10
Choix Calvi - 22/04
07:16
Philippe Corbé & La rédaction numérique de RTL

"Quand j’ai demandé à mon prothésiste si je pouvais avoir une main bionique, il m’a dit que c’était 30 000 euros et que ce n'était pas remboursé par la Sécu". Nicolas Huchet n'est ni chercheur ni ingénieur mais il a réussit à se fabriquer une main bionique pour un coût de 250 euros, soit 100 fois moins cher que le prix sur le marché. "J’étais à la fois déçu mais je prenais conscience qu’en France j’avais un certain privilège".

Nicolas découvre par hasard un fablab, un genre de laboratoire numérique accessible au grand public et souvent gratuitement. "On y trouve des machines, comme des imprimantes 3D, des découpes lasers, de quoi vous permettre de fabriquer des pièces sans avoir les machines." A l'aide de plans disponibles sur internet, il se lance dans la fabrication d'un prototype avec l'aide du fablab. 

On a réussit à fabriquer une main robot, j’arrive à serrer des main avec, boire des verres.

Nicolas Huchet

La main que Nicolas a réussit à fabriquer fonctionne correctement mais ne peut pas encore être commercialisée. "C’est moins robuste qu'une prothèse mais on a réussit à fabriquer une main robot, j’arrive à serrer des main avec, boire des verres." 

Nicolas Huchet se donne dix ans pour avoir à avoir une main robot complètement fonctionnelle, il souhaiterait pas dessus tout pouvoir la rendre accessible au plus grand nombre. "Quatre-vingt pour cent des amputés vivent dans des pays en développement, le plus important c’est de le faire mais je ne suis pas pressé." 

À lire aussi

Par la suite, Nicolas affirme vouloir créer son propre fablab, "on l'appelerait handilab". Plus de détails sont disponibles sur son site internet

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/