1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Alstom : le sauvetage de Belfort peut-il mettre en danger le site de Reichshoffen ?
1 min de lecture

Alstom : le sauvetage de Belfort peut-il mettre en danger le site de Reichshoffen ?

À Reichshoffen (Bas-Rhin), les salariés s'interrogent sur les conséquences du plan de sauvetage de l'usine de Belfort.

Le siège du groupe Alstom à Levallois-Perret, le 27 avril 2014.
Le siège du groupe Alstom à Levallois-Perret, le 27 avril 2014.
Crédit : AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK
Alstom le sauvetage de Belfort peut-il mettre en danger le site de Reichshoffen
01:37
Yannick Olland & Ludovic Galtier

L'usine Alstom de Belfort est-elle définitivement sauvée ? Alstom, l'État et la SNCF ont décidé de mettre la main à la poche pour sauver l'entreprise, qui emploie 480 salariés. L'État va commander 15 rames TGVpour effectuer les liaisons Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan. De son côté, la SNCF entend acheter 6 rames TGV pour la ligne Paris-Turin-Milan ainsi que 20 locomotives. Ce plan se fera-t-il au détriment d'une autre usine Alstom située à Reichshoffen dans le Bas-Rhin ?

Si les 900 salariés de Reichshoffen se sentent solidaires de Belfort, la solution trouvée par l'État interpelle tout de même. C'est dans cette ville du Bas-Rhin que l'on fabrique les trains inter-cités. Pour les salariés, comme Fabien, construire des TGV pour les faire rouler à 200 km/h sur des lignes classiques n'a pas de sens. "Cela me paraît assez ubuesque, c'est aberrant, mais bon, pourquoi pas ? S'il faut sauver le site d'Alstom à tout prix, tous les moyens sont bons. Ça ressemble plus à un tricotage un petit peu bizarroïde pour sauver absolument le site. Il y a une espèce de concurrence entre Reichshoffen et Belfort, parce que la charge n'est pas suffisante pour les deux sites."

Même interrogation pour le porte-parole de l'intersyndicale CGT-FO. "Ce de quoi nous avons peur, c'est que l'État mette des TGV sur des lignes inter-cités. C'est bien de pérenniser le site de Belfort, mais c'est un peu déshabiller Jacques pour habiller Pierre." Pour le site d'Alstom à Reichshoffen, l'avenir est assuré jusqu'à fin 2018. Il faudra obtenir d'ici-là de nouveaux contrats pour éviter le même scénario qu'à Belfort.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/