1 min de lecture Société

Alexandre Klein, autiste Asperger de 26 ans

REPLAY - "Ma France à moi, ce serait une France où tout le monde serait en mesure d'accepter les autres, sans rejet du fait des différences", espère Alexandre Klein.

Générique 3 Ma France à Moi Emilie Baujard
>
Alexandre Klein, autiste Asperger de 26 ans Crédit Image : AFP / Archives, JEAN-PHILIPPE KSIAZEK | Crédit Média : Emilie Baujard | Durée : | Date : La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard et Loïc Farge

"Ma France à moi, ce serait une France ouverte", lance Alexandre Klein. Une ouverture et une tolérance dont Alexandre a cruellement manqué pendant son enfance. "Pendant vingt ans, j'ai été très seul. Je me sentais très différent", confie-t-il. "Je voyais bien, au niveau de mes raisonnements et de ma façon de fonctionner et d'aller vers les autres, que j'étais en décalage total, mais je ne savais pas pourquoi", poursuit-il. Il a fini par le savoir il y a dix ans. Il a alors 17 ans. Alexandre est diagnostiqué autiste Asperger. Une "spécificité", comme il l'appelle, qu'il apprend encore à apprivoiser.

Longtemps rejeté par les autres, empêtré dans des codes sociaux qu'il ne comprend pas toujours, Alexandre Klein tente aujourd'hui faire bouger les mentalités et les regards sur l'autisme. "Ce que j'aimerais faire passer, c'est une meilleure acceptation de la différence. Ce n'est parce qu'on diffère de la norme  qu'on est un poids ou qu'on est pénalisant pour les autres", argue-t-il. Et de citer la "très belle phrase" d'Antoine de Saint-Exupéry : "Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser tu m'enrichis".

Ce qu'Alexandre apporte aujourd'hui, c'est de l'espoir aux enfants autistes. Un espoir de réussite et d'insertion, lui qui a fait des études supérieures et qui travaille maintenant en alternance dans les ressources humaines. Mais Alexandre sait qu'il est une exception. Il s'est accroché. Il a quitté ses parents pour trouver du travail dans une entreprise qui a su s'adapter à lui. Pour lui, l'autisme n'est plus une fatalité. Mais il lui a fallu des années pour se comprendre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Social Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants