1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Affaire LuxLeaks : "C'est un flagrant délit d'absence de courage politique", dénonce le journaliste Denis Robert
2 min de lecture

Affaire LuxLeaks : "C'est un flagrant délit d'absence de courage politique", dénonce le journaliste Denis Robert

REPLAY / INVITÉ RTL - Le journaliste d'investigation dénonce l'inaction de la France face à des lanceurs d'alerte injustement incriminés.

Le journaliste Denis Robert, lors du procès pour l'affaire "Clearstream"
Le journaliste Denis Robert, lors du procès pour l'affaire "Clearstream"
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Affaire LuxLeaks : "C'est un flagrant délit d'absence de courage politique", dénonce le journaliste Denis Robert
05:43
Yves Calvi & Ana Boyrie

Le procès d'Antoine Deltour pour l'affaire des LuxLeaks s'ouvre ce mardi 26 avril au Luxembourg. Poursuivi pour avoir fourni à la presse des documents révélant des accords entre le fisc luxembourgeois et certaines multinationales, le lanceur d'alerte comparaît devant le tribunal correctionnel jusqu'au 4 mai. Il encourt une peine de 10 ans d'emprisonnement et plus d'un million d'euros d'amende. Denis Robert, journaliste d'investigation sera aux côtés d'Antoine Deltour et Raphaël Halet car "il me semble que c'est mon devoir", estime-t-il. 

Ce dernier se remémore son implication dans l'affaire "Clearstream" il y a 8 ans et s'identifie à cette homme esseulé. "Quand Antoine Deltour m'a sollicité, j'ai tout de suite dit oui, déclare-t-il. D'autant que ce courage dont il a fait preuve devrait être récompensé". Denis Robert trouve scandaleux que ce lanceur d'alerte se retrouve dans un tribunal "alors que nous devrions lui remettre la Légion d'honneur".

Une prise de position tardive de la part de la France

Le journaliste dénonce une France, coupable d'absence. "C'est un flagrant délit d'absence de courage politique et de mensonge". Il explique qu'il y a trois niveaux de mensonge : d'une part, l'Europe qui laisse un pays comme le Luxembourg "nous faire les poches", puis le Luxembourg qui continue à "simuler une justice" et d'autre part, la France qui "nous baratine sur le fait qu'ils vont lutter contre la finance ou encore qu'il va y avoir des contrôles". Selon Denis Robert, cette affaire était la seule et unique chance pour le chef de l'État français, le premier ministre et le ministre de l'Économie de prendre position, afin "d'envoyer un message positif et clair".

Nous œuvrons pour le bien public et c'est nous qui sommes incriminés

Denis Robert, journaliste d'investigation

Le député socialiste Yann Galut avait proposé une position de loi qui prévoyait notamment la création d'une agence nationale de l'alerte, suivi de Michel Sapin qui à son tour a proposé de créer un statut unique de protection pour tous les lanceurs d'alerte. "Cela arrive un peu tard", déplore Denis Robert. Selon lui, "ça réagit dans l'émotion", à la suite de l'émission Cash Investigation sur ces fameux "Panama Papers".

À lire aussi

Il regrette qu'aujourd'hui, "c'est aux journalistes d'apporter la preuve qu'ils n'espionnent pas industriellement, alors que ça devrait être l'inverse". Il tempère considérant que "tous les lanceurs d'alerte ne se valent pas, mais ces plaintes à répétition sont anormales", de la part d'entreprises libres de faire ce qu'elles veulent, ayant de l'argent. "Nous œuvrons pour le bien public et c'est nous qui sommes incriminés", alerte-t-il. Une absurdité qui en agace plus d'un.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/