3 min de lecture Attentats à Paris

Abdelhamid Abaaoud : les échecs de sa traque par les services secrets

Une enquête menée par "Le Parisien" retrace les échecs qui ont marqué la traque d'Abaaoud par les services secrets. Un parcours sanglant, entre l'Europe et le Moyen-Orient, qui se conclura par les attentats du 13 novembre.

Abdelhamid Abaaoud : les échecs de sa traque par les services secrets
Abdelhamid Abaaoud : les échecs de sa traque par les services secrets Crédit : AFP PHOTO / HO / DABIQ
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Il était connu des services secrets occidentaux depuis plusieurs années. Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur opérationnel des attentats de Paris, se trouvait dans le radar de la CIA américaine, du Mossad israélien et d'une dizaine d'agences de renseignements de pays européens d'après une enquête menée par Le Parisien, ce vendredi 13 mai. Son dossier était même surveillé de près par le "JIT Levant", un groupe européen rassemblant de nombreuses agences de renseignements, ayant pour mission de s'échanger des informations sur les menaces terroristes. Malgré cela, l'instigateur des attentats de Paris est parvenu à se faufiler entre les mailles du filet.

Comme le retrace l'enquête, les efforts pour tenter de le neutraliser ont été légion. Des signaux d'alerte le concernant auraient même poussé François Hollande à revoir sa stratégie militaire en septembre 2015, relate Le Parisien. Les frappes aériennes de Deir ez-Zor en Syrie avaient notamment pour but de réduire en cendres le repaire du djihadiste. Mais rien n'y fera, Abaaoud parviendra à rejoindre l'Europe.

Itinéraire d'un second couteau

À l'origine, Abaaoud n'était qu'un second couteau, un jeune désœuvré originaire de Molenbeek, à Bruxelles. On retrouve les premières traces de son parcours à Istanbul, en 2013, lors de son passage vers la Syrie. Par la suite, plusieurs aller-retours suivront. C'est à ce moment qu'il commence à entrer dans le viseur des agences de renseignement, sans toutefois être réellement inquiété. Sa notoriété va croître petit à petit. En 2014, l'enlèvement de son petit frère Younes vers la Syrie le fera connaître des médias belges. Mais l'événement qui va vraiment le mettre en lumière sera la mise en ligne d'une vidéo dans laquelle il apparaît hilare en train de tracter des cadavres de "mécréants" derrière son 4x4. Les services secrets prennent alors conscience de la menace que constitue désormais le jihadiste.

À lire aussi
Le restaurant Casa nostra, cible des attentats, a rouvert le 5 février 2016 Attentats à Paris
"Fausse victime" du 13 novembre : un an de prison ferme pour le gérant du Casa Nostra

Intensification des recherches

Ils n'auront que peu de temps à attendre avant de le constater. L'enquête faisant suite à l'attentat du musée juif de Bruxelles détermine que Mehdi Nemmouche, l'assaillant, était en relation avec Abdelhamid Abaaoud. Il devient alors une cible prioritaire pour la CIA et la DGSE (la Direction Générale de la Sécurité Extérieure). Les services de renseignements parviendront à le localiser à Deir-ez-Zor, en Syrie, révèle Le Parisien

En novembre 2014 les services secrets belges surveillent la formation d'un groupe terroriste sur leur territoire. Le chef de la cellule jihadiste, qui piloterait les opérations depuis l'étranger serait connu sous le nom d'Omar. Les services de renseignements parviennent finalement à le localiser, d'abord en Turquie puis en Grèce, grâce à son numéro de téléphone. Son identité réelle demeure incertaine. En janvier 2015, les autorités belges se rendent finalement compte qu'Abdelhamid Abaaoud serait aux manettes. La traque s’accélère le 15 janvier alors que deux terroristes sont abattus à Verviers, en Belgique. Un attentat était imminent, sous la supervision d'Abaaoud. La DGSE missionne alors une équipe clandestine chargée de traquer le cerveau de l'opération. La police grecque perquisitionne ses deux appartements mais le manque de peu. Encore une fois, Abaaoud disparaît des radars. Les autorités mettent néanmoins la main sur un ordinateur, des plans d'attentats d'envergure y figurent.

Le dernier acte du terroriste

Été 2015, un nouveau jihadiste est arrêté. Il raconte le scénario envisagé par Abaaoud : "Il m'a juste dit de choisir une cible facile, un concert par exemple, là où il y a du monde. Il m'a précisé que le mieux, après, c'était d'attendre les forces d'intervention sur place et de mourir en combattant, avec des otages", rapporte Le Parisien.

Averti des plans du terroriste, François Hollande aurait alors pris la décision d'étendre les bombardements français en Syrie. L'armée de l'air bombarde le repaire d'Abaaoud à Deir-ez-Zor et à Raqqa, d'après une source du Parisien. Le terroriste en réchappera une fois de plus. Il va réussir à rejoindre l'Europe pour préparer l'arrivée de combattants, infiltrés parmi les réfugiés, entre les mois de septembre et d'octobre 2015. Le 13 novembre ,Abdelhamid Abaaoud achève son entreprise morbide. Il fait partie du commando des terrasses. Il sera abattu par le Raid cinq jours plus tard, dans sa planque en Seine-Saint-Denis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Terrorisme Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783216857
Abdelhamid Abaaoud : les échecs de sa traque par les services secrets
Abdelhamid Abaaoud : les échecs de sa traque par les services secrets
Une enquête menée par "Le Parisien" retrace les échecs qui ont marqué la traque d'Abaaoud par les services secrets. Un parcours sanglant, entre l'Europe et le Moyen-Orient, qui se conclura par les attentats du 13 novembre.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/abdelhamid-abaaoud-les-echecs-de-sa-traque-par-les-services-secrets-7783216857
2016-05-13 16:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/5jJbtQUj7R9077obKaQgmg/330v220-2/online/image/2015/1118/7780550862_000-nic6509925.jpg