1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Scandales dans la police : "Il y a une volonté de nettoyage de l'intérieur", explique Jérôme Pierrat
1 min de lecture

Scandales dans la police : "Il y a une volonté de nettoyage de l'intérieur", explique Jérôme Pierrat

Les différentes affaires ayant touché la police française semblent mettre fin aux "tontons", "cousins" et autre "indics".

Le 36, quai des orfèvres
Le 36, quai des orfèvres
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
L'invité RTL du week-end du 14 février 2015
05:51
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Le patron de la PJ parisienne a été mis en examen et limogé, 50 kilos de drogues ont été volés au 36 quai des Orfèvres et le numéro 2 de l'IGPN a été suspendu… Que se passe-t-il au sein de la police française ?

Pour Jérôme Pierrat, journaliste spécialiste des affaires judiciaires et du grand banditisme, cela "ne date pas de ces dernières semaines". "Il y a un nettoyage de l'intérieur", a-t-il déclaré alors qu'il réfute l'idée qu'il y ait plus de dérapages dorénavant. "C'est moins toléré. La police 'à la papa' était assez efficace et a duré assez longtemps mais, elle est moins supportée".

On n'ose plus mettre les mains dans le pot de confiture

Jérôme Pïerrat

"La nouvelle génération de la direction est beaucoup plus frileuse. On n'ose plus mettre les mains dans le pot de confiture", a regretté le spécialiste alors que "rien ne remplacera la méthode à l'ancienne du contact humain avec des gens avec qui on lie des amitiés bien souvent".

Surtout que les indics semblent primordiaux dans le milieu policier. "Les patrons savent très bien que sans 'tonton' ou 'cousin', il va difficilement remonter des affaires. Environ 90% des affaires policières sortent grâce à une information", explique Jérôme Pierrat. "Il y a une sorte de politiquement correct et de déontologie qui s'est appliquée, du coup on ne peut plus bouger une oreille" a-t-il lancé avant d'exprimer une certaine inquiétude. "Ce n'est pas en restant derrière un ordinateur que les sources vont tomber". 

Les policiers qui fréquentent les 'cousins' ou les 'tontons', ce n'est pas tellement sa tasse de thé

Jérôme Pïerrat

Un retour en arrière ne semble pas d'actualité alors que le nouveau patron du 36, Christian Sainte, ne semble pas attiré par la police 'à la papa'. "Les policiers qui fréquentent les 'cousins' ou les 'tontons', ce n'est pas tellement sa tasse de thé. Il a peur des dérapages qui sont effectivement possibles". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/