1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. 11 novembre 1918 : Henry Gunther, le dernier mort à une minute de l'Armistice
1 min de lecture

11 novembre 1918 : Henry Gunther, le dernier mort à une minute de l'Armistice

CHRONIQUE - Le 11 novembre 1918 dans la Meuse à 10h59, Henry Gunther est le dernier soldat américain tué sur le sol français à une minute de l'Armistice.

La seule photo qui existe de l'Armistice du 11 novembre 1918 avec le Maréchal Foch.
La seule photo qui existe de l'Armistice du 11 novembre 1918 avec le Maréchal Foch.
Crédit : STR / AFP
Samuel Goldschmidt

Henry Gunther est le dernier soldat américain mort sur le sol français de la Première Guerre mondiale, à une minute de l'armistice. Il possède une stèle dans la Meuse, pas très loin de Verdun. Cette stèle domine le village de Chaumont-devant-Damvillers, installée par Pierre Lenhard.

Le 11 novembre 1918, tout le monde sait que la guerre va s'arrêter. Mais aujourd'hui encore, personne ne sait exactement pourquoi Henry Gunther, un Américain, va surgir de ses lignes et du brouillard, avec un de ses camarades, et monter vers les tranchées allemandes.

Pierre Lenhard raconte : "Les Allemands regardent l'heure : il est quasiment 11 heures. Ils se disent : 'Mais qu'est-ce qu'ils veulent encore ces deux-là, dans quelques minutes c'est fini ?' Ils leur font signe de partir. Les Allemands ne vont pas les tuer, mais leur tirer par-dessus la tête en signe d'avertissement". Malgré les injonctions, Henry Gunther, toujours armé, continue d'avancer en direction de la ligne de mitraillettes. Il est finalement abattu de cinq balles, dont une dans la tempe.

À écouter

11 novembre 1918 : le dernier mort à la dernière minute
03:50

Trente secondes après, la Première Guerre mondiale est terminée. Et la vie au front, étrange, continue. "Une demi-heure après, les Américains qui sont là et les Allemands qui sont à côté se rencontrent. On commence à échanger cigarettes, chocolat, souvenirs, etc.", poursuit Pierre Lenhard. La stèle raconte toute cette histoire, au pied d'un mât. Henry Gunther clôt une litanie jamais vue jusqu'alors dans l'histoire des hommes. Car après la guerre, il faut réussir la paix. C'est sans doute plus difficile encore que de s'entre-tuer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/