1 min de lecture Mode

VIDÉO - Mode : tout savoir sur le wax, ce tissu africain coloré et très tendance

En décoration comme en prêt-à-porter, le wax est partout. Mais il faut se rendre en Côte d'Ivoire pour comprendre quelle est sa spécificité, et comprendre son succès.

>
Le wax, un tissu très tendance Crédit Image : M6 / Astrid Raudot de Chatenay Mélanie de Groot Pauline Ben Sassi | Crédit Média : M6 / Astrid Raudot de Chatenay Mélanie de Groot Pauline Ben Sassi | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Sophie Merle

L'histoire du wax remonte au XIX ème siècle. Inspiré du Batik Indonésien, industrialisé en Grande-Bretagne et en Hollande, il arrive ensuite sur les marchés africains. Pour trouver un wax authentique, il faut aller en Côte d'Ivoire, dans l'usine Uniwax. La dernière usine africaine qui imprime à la cire selon les méthodes traditionnelles et avec du coton local.  

Près de 45.000 motifs ont été imaginés par les dessinateurs puis brevetés. Actuellement, ils sont une quinzaine d'artistes tous formés aux Beaux-Arts à imaginer les tissus de demain.

Le motif est d'abord dessiné à la main, les maquettes sont ensuite scannées, et retravaillées à l'ordinateur. En moyenne, chaque mois près de 120 nouveaux motifs sont créés. Un rythme intense mais stratégique pour lutter contre le phénomène des contrefaçons chinoises car 95% des wax vendus dans le monde sont en réalité des contrefaçons venues d'Asie.

22 étapes de fabrication

Et pour fabriquer un wax original, il faut pas moins de 22 étapes. Les motifs sont d'abord gravés sur des cylindres de cuivre. C'est ensuite là qu'intervient la fameuse wax sauf que la cire d'autrefois a été remplacée par une résine noire et synthétique, plus pratique et économique.

Une fois la cire sèche, le tissu est plongé dans des bains de couleurs. C'est ensuite à la machine de dewaxage de jouer, reste le tissu imprimé et coloré à l'endroit comme à l'envers.

À lire aussi
Pascal Jaouen : un brodeur en or Mode
VIDÉO - Mode : Pascal Jaouen, un brodeur en or

Autant d'éléments qui ont séduit bien au-delà des marchés d'Abidjan. Notamment, la maison Dior à Paris et sa directrice artistique, Maria Grazia Chiuri.

Sur les conseils d'Anne Grosfilley, anthropologue et spécialiste du tissu, Maria Grazia Chiuri a fait appel à l'usine d'Uniwax pour réaliser sa dernière collection présentée à Marrakesh au printemps. "On leur a demandé d'interpréter les codes Dior comme la toile de Jouy ou encore les cartes de tarot et le résultat est sublime. C'est le tissu de la rencontre des cultures", précise Maria Grazia Chiuri.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mode Côte d'Ivoire Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants