2 min de lecture Dette

Risque de cessation de paiement : pourquoi le scénario de Valérie Pécresse est alarmiste

DÉCRYPTAGE – L'ancienne ministre craint de voir un jour la France incapable de payer ses services publics. Un scénario peu envisageable compte tenu des politiques monétaires européenne et américaine actuelles.

Valérie Pécresse, le 21 septembre 2013
Valérie Pécresse, le 21 septembre 2013 Crédit : AFP
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

"Si les taux d'intérêts se mettaient à remonter, la France se trouverait quasiment en cessation de paiement et incapable de payer ses services publics", a affirmé Valérie Pécresse mardi 19 août sur RTL

La France risque-t-elle la faillite ? Si l'ancienne ministre du Budget a raison dans ses calculs, la situation qu'elle envisage a en réalité peu de chance d'arriver à court ou moyen terme.

Oui, la France ne pourrait pas faire face à des taux élevés

Les taux d'intérêts sont actuellement "extrêmement bas", affirme Valérie Pécresse. En effet, actuellement, cela ne coûte pas cher à la France d'emprunter. Les taux d'intérêts fixés par la Banque centrale européenne "sont même passés pour la première fois le 30 juillet sous la barre de 1,5 % sur les emprunts français à dix ans (l'indicateur de référence)", notait récemment Le Parisien.

Évidemment, la situation serait bien plus compliquée si ces taux augmentaient. La France emprunte à peu près "360 milliards d'euros par an à court et à long terme", a expliqué Valérie Pécresse. En conséquence, si les taux d'intérêts augmentaient d'un point (1% de plus), cela reviendrait à une dépense supplémentaire de 3 milliards d'euros, rien que pour payer les intérêts. Et s'ils augmentaient de 2 points, cela coûterait "7 milliards", calcule la ministre. 

À lire aussi
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique) économie
Déficit : l'Europe épingle la France et Emmanuel Macron

Résultat, avec l'effet boule de neige des emprunts, la France serait en grande difficulté, d'autant que la croissance est en berne.

Non, les taux d'intérêts ne vont pas bientôt augmenter

La Banque centrale européenne, comme la banque centrale américaine (FED), misent actuellement sur des politiques de relance : elles favorisent des emprunts à des taux très bas pour réinjecter de la monnaie dans l'économie, espérant ainsi faire repartir la croissance. Et tant que la croissance ne sera pas revenue, cela ne devrait pas changer.

"La politique monétaire de la BCE va rester accommodante dans la durée. Les taux d'intérêts seront bas au moins jusqu'en décembre 2016 mais probablement encore plus longtemps", explique l'économiste Philippe Waechter dans le Figaro

Du côté de la FED, le Comité de politique monétaire (FOMC) assure qu'il entend garder des taux proches de zéro "pendant une période de temps considérable". La plupart des économistes ne s'attendent pas à une hausse des taux avant mi-2015.

Conclusion : la déclaration de Valérie Pécresse est plus politique que crédible. Elle vise surtout à alerter sur les risques que la dette fait peser sur la France, un thème cher à la droite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Dette Croissance en berne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants