2 min de lecture Défense

Rafale : la commande indienne tombe à point nommé pour Dassault Aviation

ÉDITO - Après dix-huit mois de négociations agitées, l’Inde a officiellement approuvée la commande de 36 avions de combat. Le plus gros contrat à l’exportation de Dassault Aviation.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Rafale : la commande indienne tombe à point nommé pour Dassault Aviation Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Pour Dassault c’est la fin d’un feuilleton très agité qui durait depuis cinquante mois. A l’origine, en 2007, le contrat devait porter sur 126 appareils et de lourds transferts de technologie. L’accord final ne porte plus  que sur trente-six avions de combat à 100 millions environ l’unité et leurs équipements. Un premier escadron réduit, mais en revanche qui sera 100% "made in France". Cela représente un formidable ballon d’oxygène pour l’industriel en manque de visibilité, dont la durée de vie est prévue jusqu'en 2040. Au total, les entreprises qui participent à ce programme vont se partager un chèque de près de 8 milliards.

Ce contrat est une belle opération industrielle. C’est évidement la reconnaissance du savoir-faire technologique tricolore. Mais de façon très prosaïque, le contrat indien va surtout permettre aux usines Dassault de produire deux avions par mois. Ce qui est indispensable et qui était encore inespéré il y a quelques mois. Pour maintenir à niveau ses chaînes de production et son très large réseau de sous-traitants, Dassault doit livrer au moins onze appareils par an. Ce n’était plus le cas : l’armée française, qui a encore 34 machines en attente de livraison, n’a actuellement pas les moyens d’honorer ses propres commandes. Les Rafale destinés à l’Inde arrivent donc à point nommé.

Pour maintenir à niveau ses chaînes de production, Dassault doit livrer au moins onze appareils par an

Christian Menanteau
Partager la citation

Il faut savoir qu’un Rafale qui est entièrement fabriqué en France, c’est 60%  Dassault, 22% Thales, 18% pour le motoriste Safran, mais avec le concours de plus de 500 PME de haute technologie. C’est donc une bonne nouvelle pour les industriels et les 7.000 salariés de la filière qui ont quelques millions d’heures de travail devant eux. C'est aussi une bonne nouvelle pour le contribuable français.

Doit-on craindre une ultime volte-face des Indiens ? Un dernier coup fourré de la concurrence n’est jamais à exclure. Mais il semble que ce coup-ci soit le bon. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, doit s’envoler très prochainement pour New Delhi. L’armée indienne a un besoin urgent d’avions modernes. L’alignement des planètes semble enfin réalisé.

Le bloc-notes

À lire aussi
Maître Bernard Boulloud défend son client, chirurgien grenoblois accusé par 80 patients justice
Chirurgien suspendu à Grenoble : sa culpabilité n'est pas prouvée, selon son avocat

- Fusion géante dans la sidérurgie chinoise pour créer le deuxième groupe mondial face à Arcelor Mittal.

-  80% des effectifs des grands groupes français travaillent à l'étranger où ils réalisent 83 % de leur chiffre d'affaires.

- Les Français se convertissent de plus en plus à l'alimentation bio : +20% au premier semestre. Les agriculteurs commencent à suivre.

La note du jour

02/20 à Neelie Kroes. L'ancienne commissaire européenne à la Concurrence, chantre de la rigueur et grande donneuse de leçons a été durant son mandat à Bruxelles secrètement directrice d'une société Offshore aux Bahamas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Rafale Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants