2 min de lecture Alimentation

Pourquoi Nestlé se sépare de Herta, sa filiale charcuterie

Nestlé veut se débarrasser des produits carnés et veut conserver les produits végétariens, comme les steaks de soja, les boulettes de légumes et autres nuggets de lentilles.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Nestlé se sépare de Herta, sa filiale charcuterie Crédit Image : AFP / Sylvain Thomas | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Camille Schmitt

Nestlé, la multinationale suisse, envisage de se séparer de sa filiale charcuterie, une entreprise très présente en France : Herta, le prince des knackis, l’empereur de la saucisse sous blister, le titan du lardon en dé.

C’est tout simplement la première marque de charcuterie vendue en France, avec deux usines, dont une très importante à Saint-Pol-sur-Ternoise, dans le Pas-de-Calais, qui compte 1.200 salariés. L’entreprise a été fondée en 1897 en Allemagne (Herta est d’ailleurs le nom d’une déesse Teutonne), et elle a été rachetée par Nestlé il y a 30 ans. Elle opère dans toute l’Europe du Nord et réalise 600 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Et pourtant, Nestlé se débarrasse d'Herta. En fait, il veut conserver les produits végétariens d’Herta, les steaks de soja, les boulettes de légumes et autres nuggets de lentilles. Le Suisse veut également conserver les pâtes à gâteaux et à tarte, les pâtes à pizza notamment. Mais Nestlé veut se débarrasser des produits carnés.

À lire aussi
Des oeufs en boîte (illustration) oeufs
Oeufs : un aliment bon pour la santé mais gare aux excès, avertit Michel Cymes

Réorientation stratégique

La viande ne l’intéresse plus. Et cette inimitié soudaine pour les cochons et leurs innombrables usages culinaires signale une réorientation stratégique, qui est désormais effectuée par la plupart des multinationales de l’agroalimentaire. Elles veulent désormais faire dans le sain. Santé et nutrition, c’est le nouveau credo de Nestlé. Non pas par philanthropie, mais par pur intérêt. Ce sont les marchés qui croissent le plus vite, le bio, le végétarien, le light. Et la bonne vieille charcuterie est sacrifiée dans cette inflexion vers la modernité.

L'entreprise va ainsi vers moins de viande et plus de santé. Le patron de Nestlé a déclaré récemment que "l'alimentation végétale était beaucoup plus prometteuse que les aliments carnés". Et moins de sucre également : Nestlé a vendu tout récemment sa confiserie américaine, le fameux chocolat Crunch notamment, à l'Italien Ferrero.

Une tendance des grands groupes

L'un des actionnaires de la multinationale, un fonds d'investissement, avait également ciblé Buitoni, les pizzas, dont la croissance laissait à désirer à ses yeux. Cette restructuration du portefeuille de marques est opérée par d'autres grandes entreprises. Coca-Cola par exemple, dont on ne peut pas dire qu'elle fasse dans l'alimentation saine historiquement, a racheté cette année Mojo, une entreprise australienne qui fabrique des boissons organiques aux fruits, ou encore Costa Coffee, parce que les consommateurs se détournent désormais des sodas. 

Le premier a avoir perçu ce virage du consommateur, c'est une entreprise française, notre champion de l'agro-alimentaire, Danone. Danone s'est en effet recentrée sur les aliments réputés sains, comme le yaourt, et avait par exemple vendu les biscuits Lu et Belin à un américain, Kraft Foods, dès 2007. À l'époque, l'argument était justement que le marché du grignotage, salé et sucré, n'était pas compatible avec l'évolution du consommateur dans les pays visés par Danone. C'était pas mal vu ! Nestlé le comprend, mais 10 ans plus tard, et avec l'épée dans les reins d'actionnaires qui lui imposent ces restructurations. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alimentation Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796983915
Pourquoi Nestlé se sépare de Herta, sa filiale charcuterie
Pourquoi Nestlé se sépare de Herta, sa filiale charcuterie
Nestlé veut se débarrasser des produits carnés et veut conserver les produits végétariens, comme les steaks de soja, les boulettes de légumes et autres nuggets de lentilles.
https://www.rtl.fr/actu/conso/pourquoi-nestle-se-separe-de-herta-sa-filiale-charcuterie-7796983915
2019-02-19 09:18:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/b0_hB5NnCOfCliFBXlDgCg/330v220-2/online/image/2018/0215/7792268816_un-rayon-jambon-dans-un-supermarche-de-nimes-illustration.jpg