2 min de lecture Portugal

Portugal : faut-il craindre les investissements chinois ?

L’EDF portugais pourrait passer sous le contrôle de la Chine. Les États-Unis et l’Europe s’en inquiètent. Mais ont-ils raison de se mêler de ce dossier ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Économie : l'EDF portugais sera t-il bientôt chinois ? Crédit Image : PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau édité par Joanna Wadel

Dans l’affrontement économique et politique entre les trois grands blocs, cette affaire n’est pas neutre. Energias Do Portugal (Energia De Portugal) est une entreprise stratégique comme EDF en France. Elle l’est d’autant plus que la Chine contrôle déjà l’équivalent d’ERDF, le transport de l’électricité. 

Si l’opération aboutit, cela signifierait simplement que la Chine contrôlerait la production et la distribution de l’électricité. Un schéma unique en Europe et ailleurs, mais qui n’a pas l’air d’affoler le gouvernement de Lisbonne.  

En réalité, ce ne serait qu’une étape supplémentaire de l’OPA, tranquille lancée sur ce pays par Pékin depuis 2010. Et un avant-goût de ce que président espère bien construire avec l’Italie qu’il visite cette semaine. C’est la perspective d’une tenaille économique de la Méditerranée à la façade Atlantique qui inquiète Washington et Bruxelles.

À lire aussi
Une cinquantaine de personnes voyageaient à bord de l'autocar lors de l'accident. portugal
VIDÉO - Madère : au moins 29 morts dans l'accident d'un bus touristique

La Chine a profité de la crise portugaise pour investir

Pour le Portugal, céder des entreprises aux Chinois est une décision souveraine. Mais si l’on creuse le dossier, on comprend vite que c’est surtout un choix par défaut, pour ne pas dire par dépit. 

En 2011, Lisbonne traverse une crise financière majeure. Le pays est économiquement ébranlé et en appelle à la solidarité européenne. Bruxelles ne se dérobera pas. Mais impose ses règles : privatiser ce qui a de la valeur pour renflouer les caisses de l’État. Une injonction compréhensible. Sauf qu’aucun candidat européen ne se manifeste. Car nos industriels, nos financiers n’ont pas confiance et surtout détestent le risque.

De grandes et solides entreprises sont à vendre et pas de postulants. Pékin s’engouffre alors avec succès dans ce vide. Avec la reconnaissance des Portugais, soulagés de trouver des investisseurs. Et aujourd’hui, les arroseurs américains et européens qui constatent que le pays s’est bien redressé, se plaignent d’être arrosés. 

Pékin, un acteur influent au Portugal

En même temps, les positions chinoises au Portugal sont désormais très importantes. Elles sont surtout stratégiquement bien ciblées. Pékin a la main sur d’importantes installations portuaires, sur la 1ère banque et le 1er assureur du pays, des intérêts dans la compagnie aérienne nationale, elle contrôle également des centres commerciaux et va équiper le pays avec la fameuse 5G, sans négliger le relais d’une colonie de commerçants très actifs. 

S’il est prématuré de parler de cheval de Troie, le maillage est dense et bien articulé. Il dessine une vision très claire des ambitions chinoises dans une Europe sans ligne de conduite et désemparée.

Les Plus

Berlin encourage au nom de la souveraineté nationale la fusion entre ses deux géants financiers, Deutsch Bank et Commerzbank. Deux établissements mal en point.

BNP Paribas Fortis devrait fermer 40% de ses agences en Belgique et supprimer dans la foulée 2200 emplois. 

La Note

14 sur 20 à Naval Group et ECA Robotics, deux entreprises françaises qui ont arraché le très compétitif marché des navires chasseurs de mines en Belgique et aux Pays-Bas. Un contrat de deux milliards d'euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portugal Économie EDF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797232790
Portugal : faut-il craindre les investissements chinois ?
Portugal : faut-il craindre les investissements chinois ?
L’EDF portugais pourrait passer sous le contrôle de la Chine. Les États-Unis et l’Europe s’en inquiètent. Mais ont-ils raison de se mêler de ce dossier ?
https://www.rtl.fr/actu/conso/portugal-faut-il-craindre-les-investissements-chinois-7797232790
2019-03-18 08:33:55
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7bNaq_7O5Mg5d4-r6ZyHZA/330v220-2/online/image/2019/0318/7797232841_la-vitrine-d-une-agence-de-energias-de-portugal.jpg