2 min de lecture Entreprises

"Fonds vautours" : comment prennent-ils le contrôle de nos entreprises ?

ÉCLAIRAGE - Casino, Renault, Pernod-Ricard, Safran, Suez... Tous ces fleurons français sont chamboulés par des fonds "vautours" depuis quelques mois.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
L'éco and You du 03 octobre 2019 Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Thomas Pierre

Qu'est-ce qu'un "fonds vautour" ? Ce sont les fantômes, non pas de l'Opéra Garnier, mais du Palais Brogniart, les ombres de la bourse. Ils ont déstabilisé Casino il y a quelques semaines. Le groupe a perdu 20% en une journée. En 10 ans, une quarantaine de nos fleurons français ont été infiltrés par ces fonds, anglo-saxons pour la plupart. Une petite vingtaine qui possède un quart du capital des entreprises cotées en France.


Comment font ces fonds pour prendre autant de poids dans nos entreprises ? Ils avancent d'abord masqués, en rachetant des actions d'un groupe à la bourse. Généralement, vous avez quelques gros actionnaires qui contrôlent l'entreprise avec 40 ou 50% du capital et le reste est possédé par des actionnaires individuels. C'est ce qu'on appelle le "flottant".


Les fonds "activistes" achètent ce "flottant" et finissent par posséder 5% du capital. Ils deviennent alors incontournables et imposent leur stratégie à la direction de l'entreprise. Sinon, ils vendent leurs titres d'un coup et l'action dévisse. Eric Woerth, qui a une mission sur la question, propose d'ailleurs d'obliger les fonds à se déclarer dès qu'ils ont plus de 3% du capital pour qu'on les repère plus vite.

Quel est le but de ces fonds ?

Les appeler des fonds "vautours", cela donne une idée de l'image qu'on a d'eux. On les voit comme des agresseurs. En réalité, ce sont plutôt des fauves qui attaquent souvent l'entreprise la plus fragile du troupeau. Et parfois, la violence dont ils font preuve permet à un groupe de prendre de bonnes décisions stratégiques ou de se réformer. C'est un fonds qui a poussé Accor à vendre une partie de ses murs pour aller vers le digital et pour être armé face à Booking ou Airbnb par exemple.

À lire aussi
Un policier patrouille à Bogota en Colombie (illustration) faits divers
Colombie : un tueur à gages recherché après le meurtre d'un français


Pourquoi cette violence dans les attaques alors ? Parce qu'ils ont un rapport au temps différent. Les "fonds vautours" promettent une forte rentabilité sur cinq ans. Il faut donc prendre des décisions rapides pour faire grimper l'action, quoi qu'il arrive. Le temps s'est accéléré avec ces fonds. Dans les années 60, on gardait les actions d'une entreprise pendant 8 ans en moyenne. Aujourd'hui, on revend au bout de 4 à 8 mois.

Une vision "court terme" qui bouscule

Dans la culture française un peu patriarcale de vieilles sociétés contrôlées par des familles, cette vision "court terme" dérange et bouscule. La moitié des sociétés du CAC40 a plus de 100 ans. Et puis, soyons honnête, ces fonds symbolisent aussi la finance mondialisée... 

C'est facile de leur faire porter le mauvais rôle en disant que les fonds n'ont pas de vision de long terme et imposent des plans sociaux. C'est oublier un peu vite que la plupart des grands patrons de sociétés cotées sont payés en stock-options et en actions et qu'ils ont, eux aussi, intérêt à faire grimper rapidement le cours de bourse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Économie Bourse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants