1 min de lecture Alcool

Blanc-pêche, rosé pamplemousse : pourquoi les vins aromatisés seront désormais taxés

ÉCLAIRAGE - Les députés ont voté l’élargissement de la taxe dite "rosé pamplemousse". En revanche, les bières peu alcoolisées et les charcuteries aux nitrites ne seront pas taxés.

Un rayon d'alcools dans un supermarché (illustration)
Un rayon d'alcools dans un supermarché (illustration) Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Noé Blouin

Jusqu’à présent, seules certaines boissons dites "premix", mélange d’alcool et de non-alcool étaient taxées. Cette taxe sera désormais étendue à des boissons contenant du vin. Le rosé pamplemousse, la sangria, le blanc pêche ou autre rouge cola. Les députés ont adopté l’amendement déposé en ce sens par la députée Audrey Dufeu Schubert, en séance de discussion sur le budget de la sécurité sociale pour 2020.


La nouvelle taxe sera de trois euros par décilitre d’alcool pur, contre 11 euros par décilitre pour les premix déjà imposés. C’est une taxe moins forte donc, et relativement symbolique pour les finances publiques. Elle pourrait rapporter, selon la députée auteure de l’amendement, entre 8 et 10 millions d’euros et elle concernerait moins de 0,1% des ventes d’alcool en France.

Cela dit, pour les consommateurs, souvent jeunes et débutant une consommation d’alcool, cette taxe ne sera pas négligeable. "Pour un rosé pamplemousse d’entrée de gamme, soit deux euros hors taxe, le prix d’une bouteille pourrait grimper à 3,75 euros, soit près du double", explique Audrey Dufeu Schubert. Le but étant de rendre ces boissons sucrées qui masquent le goût de l’alcool, moins attractives.


À noter, cette taxe ne concernera ni les vins de plus de 12 degrés, ni les bières de moins de 11 degrés ; bières pourtant un temps évoquées pour être imposées.

L'amendement "charcuterie" rejeté par l'État

À lire aussi
Des verres d'alcool dans un bar (illustration) société
Consommation : les adolescents français sensibles au marketing de l'alcool

Autre amendement débattu sur les bancs de l’assemblée nationale ce jeudi 24 octobre, l’amendement dit "charcuterie" du député Richard Ramos. L’amendement visant à taxer "les produits de charcuterie contenant des additifs nitrés" a reçu un avis défavorable du gouvernement et a été rejeté.

Le député s’est mis en colère en expliquant que ceux qui "achète ces jambons-là, pas chers, ce sont les pauvres" et en dénonçant les lobbys :  "les 577 députés qui ont reçu hier par les lobbyistes, des choses fausses sur la santé […] cet amendement sera sur la conscience des députés".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alcool Taxe Consommation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants