2 min de lecture Pouvoir d'achat

Attaque en Arabie Saoudite : quel impact aura l'augmentation du prix du baril ?

ÉDITO - Le prix du pétrole a subi une hausse fulgurante depuis l'attaque au drone en Arabie Saoudite, mais il n'y a pas de quoi craindre un choc pétrolier pour autant.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Attaque en Arabie Saoudite : quel impact aura l'augmentation du prix du baril ? Crédit Image : AFP / Atta KENARE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Nicolas Barreiro

Le baril de pétrole a pris hier 15% dans la journée, sa plus forte augmentation quotidienne en dix ans, après l'attaque de samedi dernier sur les installations de Abqaiq et des champs pétrolifères voisins de Kurais, en Arabie Saoudite.

Ces attaques ont amputé de moitié les capacités d'exportations du premier producteur mondial d'or noir. À cause des destructions, l'Arabie a en effet perdu 5,7 millions de barils par jour, soit en gros 5% de la consommation mondiale. 

Les usines détruites, le complexe industriel d'Abqaiq, au Nord-Est du pays, étaient appelées le talon d'Achille de l'économie mondiale par les spécialistes. C'est un endroit où le pétrole brut, tout juste extrait, est nettoyé et préparé pour l'exportation. Il est désulfuré et débarrassé des métaux lourds, ainsi que du gaz qu'il contient, de façon à ne pas compliquer le processus de raffinage, qui  sera effectué dans les pays acheteurs. 

Près de 70% des ventes de pétrole saoudiennes transitent par ces installations d'Abqaiq, qui sont les plus importantes au monde. Elles sont reliées par pipeline aux champs pétroliers les plus vastes de la planète, comme Ghawar. Autant dire que c'est un point très vulnérable. 

L'approvisionnement mondial n'est pas en danger

À lire aussi
Une personne âgée (photo d'illustration). réforme des retraites
Retraites : que prévoit la réforme pour les pensions de réversion ?

Côté rassurant, l'Arabie Saoudite a des stocks, qui devraient permettre de combler partiellement la rupture d'approvisionnement. Et le monde est moins dépendant de Ryad que naguère, en particulier grâce à la montée en puissance de la production américaine, celle des schistes. 

Côté inquiétant, d'une part, il va falloir plusieurs mois pour réparer les dégâts de l'attaque, ce n'est pas un problème bénin. D'autre part, les marchés viennent de réaliser qu'une seule attaque bien ciblée peut avoir des conséquences lourdes sur la production. Il pourrait donc y avoir une prime de risque durable sur le pétrole, maintenant qu'on a réalisé que l'Arabie n'est pas invincible. 

Quant à protéger des attaques ces installations, c'est tout simplement invraisemblable, vu leur étendue. Ou bien cela demanderait des investissements considérables en matière de sécurité. 

Enfin, autre facteur qui inquiète les marchés, c'est la possibilité d'un conflit militaire entre l'Arabie et l'Iran, puisque, selon les sources américaines, c'est l'Iran qui serait indirectement à la manœuvre dans ces attaques. Donald Trump a dit hier soir qu'il était vraisemblable que Téhéran soit impliqué. 

Un nouveau choc pétrolier à venir ?

On n'est pas arrivé au point de craindre un choc pétrolier. Le marché surréagit toujours, et c'est ce qu'il a fait hier. Parce que les investisseurs qui possèdent du pétrole, pas forcément du pétrole physique dans leurs entrepôts d'ailleurs, car les barils changent plusieurs fois de propriétaires sans bouger, ont peur de voir les cours baisser. Du coup, ils vendent. 

Et ils provoquent ce qu'ils redoutent, une baisse massive. Qui elle-même ne fait qu'entretenir les ventes, et donc la baisse. Mais ces sur-réactions se corrigent toujours. D'ailleurs, hier, la journée s'est mieux terminée qu'elle n'avait commencé. 

Un choc pétrolier, c'est un transfert brutal de richesses, des pays consommateurs vers les pays producteurs. Les pays consommateurs vont payer le pétrole un peu plus cher, ce qui freine un peu le pouvoir d'achat. 

Au contraire en Arabie saoudite, même si les exportations chutent, le prix du baril augmente, ce qui va compenser en partie. Et la société propriétaire des usines, ainsi que de la quasi-totalité des infrastructures et des ressources pétrolières saoudiennes, est extrêmement riche.

C'est Aramco, une entreprise publique, qui doit en principe être privatisée depuis déjà plusieurs années. C'est la première société mondiale, elle est valorisée plus de 1700  milliards d'euros, soit deux fois la valeur d'Apple. Autant dire qu'elle a les poches profondes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pouvoir d'achat Pétrole Arabie Saoudite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants