2 min de lecture Voyage

La France fait face à une pénurie de vaccins contre la rage

Les deux seuls fabricants en France rencontrent un problème de pénurie lié à la production du vaccin qui est longue et complexe.

Un vaccin contre la rage dans un centre de vaccination (photo d'illustration)
Un vaccin contre la rage dans un centre de vaccination (photo d'illustration) Crédit : NOAH SEELAM / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

La rage est une maladie mortelle, responsable de 59.000 décès par an dans le monde. Elle est transmise à l’homme par des mammifères infectés, le plus souvent des morsures de chiens enragés. Si elle n’est plus présente en France, la vaccination est fortement recommandée par le Haut Conseil de la santé publique, en particulier lors de voyages en Afrique ou en Asie. En novembre dernier, un enfant de 10 ans est mort après avoir attrapé la rage au Sri Lanka, mordu par un chien.

Mais la France fait actuellement face à une pénurie de vaccins, rapporte Le Parisien. Impossible de trouver le traitement en pharmacie. En France, seuls GlaxoSmithKline (GSK) et Sanofi produisent ce vaccin. "Cette rupture est inhérente à la production très longue et complexe des vaccins. Des investigations qualité nous ont ralentis. Sur la rage, notre concurrent connaît aussi un problème de pénurie", explique Christèle Chave, porte-parole de Sanofi, interrogée par Le Parisien.

Pour faire face à cette pénurie, les laboratoires ont décidé, avec l’accord de l’Agence du médicament, de ne plus approvisionner les pharmacies, pour privilégier les centres hospitaliers et de vaccination. Mais cette situation d’exception pourrait durer. "Nous n’avons pas de date de retour à la normale", reconnaît Christèle Chauve auprès du Parisien.

Ne pas hésiter à se faire vacciner en cas de doute

Si une vaccination n’a pu être effectuée en amont d’un voyage, en cas de morsure ou griffure, ou si un animal lèche vos yeux ou votre bouche, il est important de vous rendre dans un centre de vaccination, directement depuis votre lieu de vacances, ou lors de votre retour en France.

À lire aussi
santé
Bien-être : pourquoi et comment lire peut nous aider à apaiser nos émotions

Les spécialistes recommandent de ne pas hésiter en cas de doute, car il n’existe pas de traitement lorsque les symptômes se déclenchent. "Une fois les signes déclarés, l’évolution se fait vers le coma et la mort (souvent par arrêt respiratoire) en quelques heures à quelques jours. Hormis quelques cas décrits, l’issue est toujours fatale lorsque la maladie est déclarée", indique l’Institut Pasteur sur son site.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voyage Vaccin Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants