1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Coronavirus : ce que l'on sait du traitement à base d'anticorps monoclonaux
1 min de lecture

Coronavirus : ce que l'on sait du traitement à base d'anticorps monoclonaux

INVITÉ RTL - Bruno Megarbane, chef du service de réanimation médicale à l'hôpital Lariboisière à Paris, explique en quoi consiste le traitement à base d'anticorps monoclonaux contre la Covid-19.

Un technicien de laboratoire s’occupe des échantillons d’écouvillons dans le département de microbiologie, à l’hôpital Emile-Muller de Mulhouse, le 17 novembre 2020.
Un technicien de laboratoire s’occupe des échantillons d’écouvillons dans le département de microbiologie, à l’hôpital Emile-Muller de Mulhouse, le 17 novembre 2020.
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Coronavirus : ce que l'on sait du traitement à base d'anticorps monoclonaux
04:48
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Le groupe pharmaceutique suisse Roche a dévoilé mardi 23 mars des résultats d'essais cliniques prometteurs pour le cocktail expérimental de traitements contre la Covid-19, pour les patients non hospitalisés. "C'est un cocktail qui associe deux anticorps monoclonaux de synthèse qui sont utilisés pour neutraliser la protéine Spike", nous explique Bruno Megarbane, chef du service de réanimation médicale à l'hôpital Lariboisière à Paris. 

"C'est exactement le traitement qu'a reçu monsieur Trump", explique-t-il, précisant que ce traitement a déjà reçu une "autorisation temporaire d'utilisation en France". "En pratique, c'est la première fois que l'on démontre que ce traitement est capable de réduire le risque d'être hospitalisé ultérieurement. C'est un traitement préventif des risques. Ça réduit l'aggravation", précise Bruno Megarbane. 

Concernant l'efficacité de ce cocktail face aux nouveaux variants, "il y a un certain nombre de données qui laissent penser que ces anticorps sont moins efficaces contre les variants brésilien et sud-africain", explique-t-il. "À l'échelle d'un individu, ces traitements sont désormais efficaces pour réduire le risque d'aggravation", affirme le médecin, précisant que certains patients français en ont déjà bénéficié.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/