5 min de lecture Équipe de France de football

Luxembourg-France et France-Espagne : les 4 enseignements à retenir

DÉCRYPTAGE - Rajeunis mais portés par leurs cadres, les Bleus de Didier Deschamps ont effectué un pas de plus vers le Mondial 2018 en Russie tout en constatant leurs limites.

Vainquerurs au Luxembourg 3-1 grâce à Giroud et Griezmann, les Bleus sont retombés sur terre face à l'Espagne (0-2)
Vainquerurs au Luxembourg 3-1 grâce à Giroud et Griezmann, les Bleus sont retombés sur terre face à l'Espagne (0-2) Crédit : Franck Fife/AFP & Olivier Matthys/AP/SIPA
GrégoryFortune77
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Deux matches totalement différents en trois jours, 19 joueurs utilisés dont quatre novices, le recours à l'arbitrage vidéo testé et utilisé pour la première fois : les Bleus sont entrés de plein fouet dans cette année 2017 qui doit les conduire en Russie. Ils ne reviendront que début juin pour deux matches amicaux face au Paraguay (le vendredi 2) et l'Angleterre (le mardi 13) encadrant une "petite finale" face à la Suède (le vendredi 9) dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018.


En cas de succès à Solna, dans la banlieue de Stockholm, Didier Deschamps et ses hommes repousseront l'actuel 2e de leur groupe à six longueurs. Sauf effondrement cumulé face aux Pays-Bas (jeudi 31 août), au Luxembourg (dimanche 3 septembre), en Bulgarie (samedi 7 octobre) et contre la Biélorussie (mardi 10 octobre), ils auront effectué un pas décisif vers la Russie.

Quels seront les joueurs retenus par le sélectionneur dans un peu plus de deux mois, à l'issue des fins de saisons en club ? Qui a marqué des points lors cette séquence internationale de mars ? Qui en a perdu ? Qui peut revenir ? Quels ont été les autres enseignements de ces deux rencontres ? Réponses sans ordre d'importance.

À lire aussi
Le Stade de France le jour de son inauguration, le 22 janvier 1998 Paris
Le Stade de France fête ses 20 ans : écoutez le "Mégasport" du 28 janvier 1998 sur RTL

1. Giroud répond toujours présent

C'était l'une des attractions de ce rassemblement : la kyrielle de nouveaux venus en équipe de France, les Kylian Mbappé (18 ans), Corentin Tolisso (22 ans), Benjamin Mendy (22 ans), Florian Thauvin (24 ans) et Tiémoué Bakayoko (22 ans), retrouvait d'autres jeunes comme Adrien Rabiot (21 ans), Thomas Lemar (21 ans) ou Ousmane Dembélé (19 ans). Finalement, leur bilan est contrasté. Sur les deux matches, ce sont souvent les cadres finalistes de l'Euro 2016 qui se sont illustrés. 

En difficulté avec Arsenal, Olivier Giroud a une nouvelle fois répondu présent en Bleu avec son doublé au Luxembourg. Il rejoint ainsi le Top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de l'équipe de France avec 23 réalisations (61 sélections) - Karim Benzema, toujours mis au ban, en est à 27 en 81 capes. Mais il sait aussi qu'il faudra retrouver du temps de jeu en club pour assurer sa place sur la route du Mondial. Au moins a-t-il vu sa doublure Kevin Gameiro peu à son avantage face aux Espagnols.

Dans les cages, Hugo Lloris a encore confirmé qu'il n'avait pas de rival. Steve Mandanda écarté pour cause de manque de temps de jeu, Benoît Costil et Alphonse Aréola sont loin derrière et n'ont même pas eu le droit à une minute de temps de jeu. Le capitaine a tranquillement égalé le record de 87 capes de Fabien Barthez au poste de gardien.


Au milieu, N'Golo Kanté, qui explose à Chelsea, a un peu déçu. En l'absence de Paul Pogba, forfait, il avait l'occasion de se montrer. Finalement "Pogboom" a manqué, surtout contre l'Espagne. Blaise Matuidi ? Il a fait le travail au Luxembourg, mais sa saison mitigée affaiblit son statut de titulaire indiscutable en Bleu, menacé par Kanté, voire Rabiot. Antoine Griezmann reste l'incontestable leader d'attaque. Dans le Grand-Duché, Dimitri Payet a fait parler sa finesse technique mais s'est aussi trop rapidement essoufflé.

2. Mbappé, premières prometteuses

La plupart des nouveaux ont donc assez logiquement eu du mal à trouver leur place. Face à l'Espagne, Tolisso a longtemps hésité dans son positionnement. Bakayoko a perdu un ballon près de la surface qui a coûté le penalty. Quant à Thauvin, il n'a même pas connu ses premières minutes en bleu. Deux jeunes ont malgré tout marqué des points lors de ce rassemblement, Mbappé et Dembélé. 

Auteur d'une bonne entrée au Luxembourg, le premier a signé 65 minutes pleines de culot et de vitesse contre les Espagnols. "C'était une étape pour lui. Sur certaines actions, il a fait voir tout son potentiel", a jugé Deschamps. Dembélé, lui, s'est enfin lâché, comme il le fait à Dortmund, contrairement à ses premières sélections timorées. Il peut désormais lorgner sérieusement l'aile droite laissée vacante par Moussa Sissoko. 

Kyllian Mbappé face à Gerard Piqué mardi 28 mars 2017 au Stade de France
Kyllian Mbappé face à Gerard Piqué mardi 28 mars 2017 au Stade de France Crédit : James Marsh/BPI/Shutter/SIPA

3. La hiérarchie s'éclaircit en défense

Benjamin Mendy et Djibril Sidibé, les latéraux qui ont joué au Luxembourg et ont chacun adressé une passe décisive, ont aussi pris une option. Même s'il faudra confirmer face à des adversaires plus huppés, et être plus rigoureux en défense. À gauche, Mendy a bénéficié de la comparaison avec Layvin Kurzawa, en difficulté depuis quelques mois, et de manière criante face à l'Espagne, même si la Roja est autrement plus dangereuse que les Luxembourgeois. 

À droite, Sidibé a plutôt répondu aux attentes. S'il a parfois été léger en défense, il profite d'une concurrence limitée, entre les trentenaires Bacary Sagna (34 ans, absent à ce rassemblement) et Christophe Jallet (33 ans), et l'inexpérimenté Sébastien Corchia (1 sélection à 26 ans). Enfin, La charnière Laurent Koscielny-Samuel Umtiti a fait le boulot sans forcer. En attendant le retour de Raphaël Varane. 

4. Au dessus en qualifications, pas encore champions du monde

Sans le recours, inédit sur une pelouse française, à l'assistance vidéo par l'arbitre, les Bleus auraient ouvert le score et seraient peut-être repartis dans leurs clubs avec la satisfaction d'avoir fait douté l'Espagne, avoir après résisté à son impressionnante domination. Au final, justice a été appliquée et le score (0-2) reflète la domination ibérique.

La Roja ne possède plus aucune couronne, est en reconstruction partielle après son élimination en 8es de finale de l'Euro face à l'Italie alors que les Bleus se sont hissés en finale ? La rencontre de ce mardi 28 mars, bien qu'amicale, avec un 11 expérimental en 4-4-2 losange, est venue rappeler, peut-être au meilleur moment, que le titre de Champion du monde en Russie ne tomberait pas dans l'escarcelle sur les seuls CV des Bleus, leurs potentiels ou statuts.

Face à la Bulgarie avec la manière (4-1), à des Pays-Bas en plein marasme (0-1), à la Suède post-Ibrahimovic (2-1) et donc au modeste Luxembourg (1-3), le travail a été fait et bien fait en qualifications. Le nul en Biélorussie (0-0) est relégué au rang d'accident sans conséquence, peut-être dû à la difficulté de se replonger dans des éliminatoires après un été quasi-parfait. 

Si la France avait su renverser l'Allemagne Championne du monde en demie de l'Euro (2-0) après une première période similaire à celle face à l'Espagne, elle sait qu'elle peut être amenée à souffrir face aux meilleurs. Qu'elle doit encore progresser en termes d'efficacité, se montrer plus "tueuse" devant, plus rugueuse et appliquée derrière. Depuis 10 ans, l'Espagne le lui rappelle à intervalles réguliers. Un mal pour un bien ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Coupe du Monde 2018 Match amical
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787871385
Luxembourg-France et France-Espagne : les 4 enseignements à retenir
Luxembourg-France et France-Espagne : les 4 enseignements à retenir
DÉCRYPTAGE - Rajeunis mais portés par leurs cadres, les Bleus de Didier Deschamps ont effectué un pas de plus vers le Mondial 2018 en Russie tout en constatant leurs limites.
http://www.rtl.fr/sport/football/luxembourg-france-et-france-espagne-les-4-enseignements-a-retenir-7787871385
2017-03-30 07:21:00
http://media.rtl.fr/cache/i6WjFcdBAVApwQLK6gWdVQ/330v220-2/online/image/2017/0329/7787873128_vainquerurs-au-luxembourg-3-1-grace-a-giroud-et-griezmann-les-bleus-sont-retombes-sur-terre-face-a-l-espagne-0-2.jpg