EN IMAGES - Euro 2016 : 8 attaquants à suivre pendant la compétition

LES JOUEURS À SUIVRE - L'Euro est la compétition continentale qui réussit le moins aux buteurs. Du 10 juin au juillet en France, Harry Kane, Robert Lewandowski, Cristiano Ronaldo et consorts auront à cœur de tordre le cou à l'histoire.

Harry Kane célèbre son but face à la Suisse lors des phases de qualification Crédits : ADRIAN DENNIS / AFP | Date : 20/02/2016
Robert Lewandowski avec le maillot de l'équipe nationale de Pologne, le 11 novembre 2015 Crédits : Mateusz Jagielski/Enpol/SIPA | Date : 02/03/2016
Le Belge Eden Hazard contre Andorre le 10 octobre 2015 Crédits : PASCAL PAVANI / AFP | Date : 10/10/2015
Cristiano Ronaldo et Yoann Cabaye au match aller en octobre 2014 (2-1 au Stade de France pour les Bleus) Crédits : AFP/T.Samson | Date : 04/09/2015
Le Gallois Gareth Bale Crédits : Action Images / Panoramic | Date : 10/03/2016
Zlatan Ibrahimovic et David Alaba le 8 septembre 2015 Crédits : Jonas Ekstromer/AP/SIPA | Date : 23/02/2016
Antoine Griezmann avec les Bleus en juin 2015 Crédits : AFP/L.Venance | Date : 07/09/2015
Thomas Müller lors de la finale de la Coupe du monde 2014 Crédits : AFP/F.Coffrini | Date : 13/07/2014
1/1

Gerd Müller, Klaus Allofs, Michel Platini, Marco Van Basten, Denis Bergkamp, Tomas Brolin, Alan Shearer, Patrick Kluivert, David Villa... L'histoire de l'Euro est étroitement liée aux meilleurs canonniers enfantés par le football du Vieux continent. Mais à l'inverse de la Coupe du monde, où la présence de nations mineures permet aux buteurs de gonfler leurs statistiques, le championnat d'Europe de football affiche une telle densité que les goleadors éprouvent souvent les pires difficultés à franchir le pallier qui sépare leurs joutes de club habituelles de la grand-messe estivale du football continental. Du 10 juin au 10 juillet, ils seront peut-être les grands gagnants de l'élargissement du tournoi à 24 nations. Ils pourront alors remercier Michel Platini.

Harry Kane

La révélation du foot anglais était attendue au tournant cette saison. Avec sa technique frustre, son sens éclairé du but et sa frappe limpide dans la plus pure tradition des buteurs britanniques, Harry Kane (8 sélections, 3 buts) a largement répondu aux attentes en trouvant le chemin des filets à plus de vingt reprises cette saison. Il s'annonce désormais comme le principal argument offensif d'une équipe d'Angleterre forcée de composer avec un Wayne Rooney à la préparation tronquée par une blessure au genou. En l'absence du Mancunien, le buteur de Tottenham aura la lourde tâche de mener l'attaque des Three Lions, dont la puissance de feu de sa nouvelle génération (Sterling, Barkley, Alli, Stones) a tout emporté sur son passage pendant les éliminatoires traversés sans une ombre : 10 victoires en 10 matchs, 31 buts marqués, 3 encaissés.

Robert Lewandowski

Machine à marquer dans toutes les positions, Robert Lewandowski (71 sélections, 34 buts) aborde l'Euro auréolé du statut d'avant-centre le plus complet du Vieux continent. Co-meilleur buteur de l'histoire des phases éliminatoires de l'Euro avec 13 buts, dont une tête flashée à 83 km/h face à l'Irlande du Nord, le numéro neuf du Bayern Munich est le principal atout d'une équipe de Pologne à l'allant offensif retrouvé et désireuse de faire bonne figure pour la troisième phase finale de son histoire. Face à l'Allemagne, l'Irlande du Nord et l'Ukraine, l'ancien serial buteur du Borussia Dortmund aura fort à faire pour sortir du groupe D et faire oublier les deux dernières éditions où la Pologne n'avait pu échapper à l'élimination au premier tour, en Autriche en 2008 et à domicile en 2012.

Eden Hazard

Meilleur joueur de Premier League l'an dernier, Eden Hazard (63 sélections, 12 buts) a le blues. Le Belge n'a pas marqué le moindre en but en championnat et en Ligue des champions cette saison et n'est plus que l'ombre de lui-même sur le pré. Malgré quelques fulgurances, il enchaîne les prestations sans relief et cristallise les critiques à l'encontre de Chelsea, englué dans le ventre mou de la Premier League. Le tableau n'est guère plus reluisant en équipe nationale où il a traversé la phase éliminatoire sur la pointe des pieds et reste sur un Mondial brésilien sans grand frisson. Le réveil du leader d'attaque des Diables rouges est attendu par tout un peuple. Sans quoi la concurrence de Mertens, De Bruyne, Carrasco voire Janujaj pourrait le pousser sur le banc et ajouter un nouveau chapitre à une histoire belge compliquée.

Cristiano Ronaldo

Rien n'a changé ou presque au Portugal, où Cristiano Ronaldo (123 séléctions, 55 buts) se pose à nouveau en porte étendard d'une Seleção plus que jamais dépendante de sa vedette madrilène. Indispensable à défaut d'être transcendant lors des éliminatoires, CR7 aura à cœur de tordre le cou aux mauvaises langues qui lui reprochent d'empiler les buts face aux petites équipes et de rester muet dans les grands rendez-vous. S'il n'est pas entouré par la meilleure génération enfantée par le foot portugais, Ronaldo, 31 ans, devra laisser ses états d'âme au vestiaire s'il veut espérer décrocher un premier trophée en équipe nationale et laisser définitivement derrière lui le souvenir douloureux de la finale perdue à domicile face à la Grèce en 2004. Reste à voir dans quelles dispositions il aborde la compétition, au terme d'une saison que les objectifs poursuivis par le Real Madrid pourrait bien étirer jusqu'au 28 mai.

Gareth Bale

Malgré une feuille de stats honorable (14 buts en 18 matchs), le Gallois a plus souvent suscité l'exaspération que l'admiration du côté de Madrid, cette saison. La faute à des blessures à répétition qui l'ont empêché de disputer plus de la moitié des rencontres du Real. Cette longue période d'indisponibilité pourrait bien faire le bonheur du Pays de Galles à l'Euro, que l'ailier supersonique (54 sélections, 19 buts) devrait aborder en pleine possession de ses moyens s'il ne rechute pas d'ici juin. Portés par une défense à toute épreuve (4 buts encaissés seulement en éliminatoires) et un entrejeu trois étoiles piloté par Aaron Ramsey et Joe Allen, les hommes de Chris Coleman comptent sur la fusée Gareth Bale (7 buts lors des éliminatoires) pour créer la surprise à l'Euro et sortir de l'ombre de son rival anglais qu'il affrontera le 16 juin à Lens.

Zlatan Ibrahimovic

À 35 ans, Zlatan Ibrahimovic (111 sélections 62 buts) est dans la forme de sa vie. Auteur d'une saison record avec le PSG, le géant suédois à porté son équipe à bout de bras tout le long de la phase éliminatoires. L'avant-centre a inscrit onze des quinze dernières réalisations de son équipe en matchs officiels, dont trois des quatre buts suédois lors du barrage face au Danemark. Critiqué pour son manque d'efficacité lorsque le niveau s'élève en Ligue des champions, le Z affiche un bilan plus raccord à ses standards à l'Euro (5 buts en 10 rencontres). Pour sa dernière compétition internationale, il aura à cœur de guider la Suède vers les phases finales, stade qu'elle n'a plus atteint depuis douze ans et l'Euro portugais. 

Antoine Griezmann

Si Karim Benzema venait à manquer l'Euro à cause de ses déboires judiciaires, l'essentiel des responsabilités offensives des Bleus reposera sur les épaules d'Antoine Griezmann (24 sélections, 6 buts). Auteur de plus de 20 buts cette saison, l'attaquant de l'Atletico Madrid dispose de solides arguments pour faire oublier son compère madrilène, dans la forme de sa vie avec le Real cette saison. À condition de caler son niveau de jeu en sélection sur celui qu'il affiche tous les week-end sur les pelouses de Liga, où son réalisme, sa vivacité et sa large palette technique font le bonheur des Colchoneros. Et si Benzema est finalement intégré aux 23 sur le fil, Didier Deschamps aura tout loisir de reconstituer un duo dont la complicité s'affichait crescendo à la fin de l'année 2015.

Thomas Müller

Cette année encore, Thomas Müller (68 sélections, 30 buts) ne sera pas l'attaquant le plus technique, le plus physique ni le plus spectaculaire de la compétition. Cela ne l'empêchera sans doute pas d'émarger parmi les joueurs les plus efficaces du tournoi, comme lors du Mondial 2010, où il fut désigné meilleur jeune, et du Mondial brésilien où il a tenu un rôle essentiel (5 buts) dans le sacre de la Mannschaft. Auteur de 9 buts lors des éliminatoires, le Bavarois sera le leader d'attaque de l'équipe d'Allemagne qui s'apprête à disputer sa première compétition internationale depuis 14 ans sans son buteur fétiche, Miroslav Klose, qui a pris sa retraite internationale. Il rêve de prendre sa revanche sur l'Euro qu'il acheva sur le banc il y a quatre ans. 

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782259201
EN IMAGES - Euro 2016 : 8 attaquants à suivre pendant la compétition
EN IMAGES - Euro 2016 : 8 attaquants à suivre pendant la compétition
LES JOUEURS À SUIVRE - L'Euro est la compétition continentale qui réussit le moins aux buteurs. Du 10 juin au juillet en France, Harry Kane, Robert Lewandowski, Cristiano Ronaldo et consorts auront à cœur de tordre le cou à l'histoire.
http://www.rtl.fr/sport/football/en-images-euro-2016-9-attaquants-a-suivre-pendant-la-competition-7782259201
2016-03-15 09:30:00
http://media.rtl.fr/cache/rl66MkcZuCoIRaD8O3qzsQ/330v220-2/online/image/2016/0220/7781982557_000-dv2122390.jpg