5 min de lecture Règles

Syndrome prémenstruel : comment soulager les symptômes

L'arrivée des règles est douloureuse pour de nombreuses femmes. Il existe des solutions pour soulager les différents symptômes du syndrome prémenstruel.

Soulager les syndromes pré-menstruels, tout un art
Soulager les syndromes pré-menstruels, tout un art
103132103886089535955
Laure-Hélène de Vriendt
Journaliste

Certaines femmes redoutent les heures qui précèdent leurs menstruations plus que leurs règles elles-mêmes. Elles ressentent des douleurs inhabituelles, accompagnées parfois de changements d'humeur, dans les jours voire les semaines qui précèdent la fin de leur cycle.

Ces symptômes, au nombre de 150, varient dans leur forme et dans leur intensité en fonction des femmes : ils peuvent aller d'une gêne supportable à un handicap pénalisant toute vie sociale. C'est ce qu'on appelle le syndrome prémenstruel (SPM). 

Les scientifiques ne connaissent pas l'origine exacte du syndrome prémenstruel, qui touche entre 80 et 90% des femmes en âge de procréer. Certaines études sont arrivées à la conclusion que les symptômes du SPM sont liés aux fluctuations prémenstruelles de la sérotine, une substance chimique dans le cerveau. D'autres recherches mettent en avant les hormones œstrogènes, qui entraîneraient rétention d'eau, gain de poids passager, ballonnements et hypersensibilité des seins.

Une meilleure hygiène de vie

C'est un conseil de bon sens, mais améliorer son hygiène de vie permet de soulager certains symptômes du syndrome prémenstruel. Une meilleure alimentation, un sommeil plus réparateur et un peu d'activité physique permettent, dans la majorité des cas, de réduire sensiblement les symptômes prémenstruels. La première chose à faire est de réduire sa consommation de cigarettes et celles d'excitants qui sont contenus dans le café, le thé, l'alcool et dans les boissons à base de cola. 

À lire aussi
La coupe menstruelle est utilisée pour contenir le sang à l'intérieur du vagin Intimité
Règles : pourquoi ne pas en parler est dangereux ?

Le nutritionniste américain Guy E. Abraham propose un traitement nutritionnel à ses patientes pour les aider à lutter contre le syndrome prémenstruel. Une étude publiée aux États-Unis dans les années 1980 montre l'efficacité de son traitement sur les femmes souffrant de SPM. Elle précise que prendre de la vitamine B6 à des doses comprises entre 200 et 800 milligrammes par jour permet de diminuer le taux d’œstrogènes et augmenter le taux de progestérones dans le sang.

Ce changement d'alimentation prévoit de réduire la consommation de sucres raffinés et de produits laitiers : ils favorisent l'élimination du magnésium, qui aide à combattre l'anxiété, le stress et les variations d'humeur. Le nutritionniste préconise aussi de diminuer le sel, les matières grasses animales comme le beurre, le fromage et la viande. Il invite enfin à augmenter sa consommation de fibres, contenues dans les légumineuses, les céréales complètes et les légumes. 

Pour être encore plus efficace, cette alimentation doit être accompagnée d'une activité physique régulière. Si vous n'êtes pas sportive, quinze minutes de marche quotidienne suffisent et peuvent être accompagnées de séances de natation et de gym aquatique. Si vous êtes habituée aux efforts physiques vous pouvez favoriser le vélo pour un effort plus intense, qui développera la présence d'endorphines dans le cerveau. Cette dernière procurera un effet d'euphorie et d’apaisement sur l'organisme. 

Des plantes pour soulager les douleurs

Les symptômes étant différents en fonction des femmes, une meilleure hygiène de vie peut ne pas suffire à diminuer les symptômes du syndrome prémenstruel. C'est pourquoi certains médecins recommandent l'usage d'une ou plusieurs plantes pour apaiser les douleurs ressenties dans le ventre, les reins ou même l'ensemble du dos. Ces plantes ont une action proche de celle de la progestérone et agissent sur l'ensemble des manifestations du SPM.

Les plus prisées sont l'onagre et le gattilier, qu'on peut trouver sous plusieurs formes : en extrait de plantes, en poudre à diluer ou en comprimés. Le gattilier augmente légèrement le taux de progestérone dans le corps et favorise donc le rééquilibre hormonal, chamboulé à l'approche des menstruations. L'onagre va agir directement sur les ballonnements et sur la tension mammaire que peuvent ressentir de nombreuses femmes à l'approche de leurs règles.

Certaines femmes qui souffrent du syndrome prémenstruel préconisent la sauge, qu'elle soit à boire sous forme de tisane, à appliquer sous forme d'huile ou même en extrait dans l'alimentation. Aussi appelée "plante de la femme", elle favorise elle aussi la production d’œstrogènes et réduit aussi la fluctuation hormonale. L'absorption de ces plantes est à privilégier pendant les deux semaines précédents les menstruations, voire trois semaines, si les symptômes n'ont pas disparu au bout de plusieurs cycles. 

Apprendre à se détendre

Soulager le syndrome prémenstruel passe aussi par une diminution du stress. Il est essentiel de prendre de vrais moments de détente pour se recentrer sur soi-même : en un mot, apprendre à se détendre. Plus facile à dire qu'à faire, on sait, mais débuter le yoga ou la méditation peut rapidement se montrer bénéfique. En suivant des cours collectifs ou par le biais d'une application, vous pourrez apprendre à réguler votre stress et votre anxiété, qui sont souvent accentués chez les femmes souffrant d'un syndrome prémenstruel. 

Bonne nouvelle, une étude a récemment montré que le massage de l'ensemble du corps réduit l'anxiété et le sentiment de déprime. Les chercheurs Hernandez-Reif et Martinez ont démontré en 2000 que les symptômes du SPM pouvaient être diminués par une séance de massage, qu'elle soit faite par un spécialiste, par votre partenaire ou par vous-même. 

Pour cette expérience, 24 femmes qui souffraient de SPM ont participé à des séances de massage thérapeutique ou à des groupes de relaxation. Celles qui ont suivi des séances de massage ont connu une baisse de leur niveau d'anxiété, de déprime et de douleur après la première et la dernière séance. Si l'effet de ces messages n'est pas encore prouvé à long-terme, ils peuvent soulager certains syndromes pendant les semaines qui précèdent vos menstruations.

Enfin, prendre de la distance sur ses sensations et sur ses douleurs permet de diminuer leurs effets sur l'organisme. Pouvoir mettre une origine sur ces différents symptômes permet de s'en détacher et donc de moins se focaliser dessus. C'est un travail sur soi qui est souvent plus facile chez les femmes qui souffrent de SPM depuis longtemps mais qui peut être mis en pratique dès l'apparition des symptômes.

Un traitement médicamenteux en derniers recours

En discutant avec d'autres femmes autour de soi on comprend vite que les douleurs qui précèdent les menstruations touchent la quasi-totalité d'entre nous. Cela ne signifie pas que l'ensemble de la population féminine en âge de procréer souffre de syndrome prémenstruel. Si le diagnostique peut souvent être établi par la patiente elle-même, il doit toujours être approuvé par un médecin. Ces derniers demandent souvent à celles qui viennent consulter de tenir un journal détaillé de leurs douleurs au cours de leur cycle, mentionnant le moment, le type de douleurs et l'intensité.

Médicalement parlant, le syndrome prémenstruel n'est pas grave, mais il peut être très handicapant. Si le changement de mode de vie, l'alimentation, le sport et les remèdes naturels n'ont pas atténué vos symptômes, alors votre médecin pourra vous orienter vers une solution médicamenteuse. Les professionnels choisissent bien souvent de régler le déséquilibre hormonal par le biais de la pilule, qui évitera toute fluctuation des œstrogènes et des progestérone au moment des menstruations. Pour traiter la rétention d'eau, les médecins prescrivent généralement des diurétiques qui diminuent la prise de poids, la sensation de jambes lourdes, le gonflement abdominal et les douleurs aux seins

Afin d'être sûre d'obtenir le bon diagnostique, consultez un médecin qui connaît vos antécédents hormonaux. Mais n'oubliez pas, le syndrome prémenstruel n'est pas une fatalité. Ce n'est pas parce que les règles sont naturelles, que leurs désagréments doivent l'être aussi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Règles Intimité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788939896
Syndrome prémenstruel : comment soulager les symptômes
Syndrome prémenstruel : comment soulager les symptômes
L'arrivée des règles est douloureuse pour de nombreuses femmes. Il existe des solutions pour soulager les différents symptômes du syndrome prémenstruel.
http://www.rtl.fr/girls/intime/syndrome-premenstruel-comment-soulager-les-symptomes-7788939896
2017-06-19 07:13:00
http://media.rtl.fr/cache/KXG6kZT6CxTUqEjoDm2_WA/330v220-2/online/image/2017/0616/7788995924_soulager-les-syndromes-pre-menstruels-tout-un-art.jpg