"Les relations sont exécrables" entre les médecins et la Sécurité sociale, estime Bernard Debré

REPLAY / INVITÉS - Jean-Paul Hamon, médecin généraliste président de la fédération des médecins de France, et Bernard Debré, médecin urologue et député les Républicains de Paris, s'inquiètent de l'environnement hostile dans lequel les médecins sont contrôlés par la caisse d'assurance maladie.

>
6 minutes pour trancher du 22 octobre 2015 Crédit Média : Yves Calvi Télécharger

Bernard Debré est inquiet. "Nous sommes le pays qui prescrit le plus de médicaments. Nous avons trop d'antibiotiques, nous avons trop de traitements psychotropes. L’hôpital est un très gros responsable. Pour deux raisons, parce que les antibiotiques sont souvent initiés à l’hôpital et quand le malade sort avec une ordonnance, le médecin qui le récupère poursuit l'ordonnance", assure-t-il.

Selon lui, "Il y a une mauvaise éducation des médecins en règle générale au niveau de l'université. On prescrit depuis des années les antibiotiques et d'autres médicaments. Trop d'examens, trop de médicaments et c'est vrai qu'au niveau des arrêts maladie, il y a une petit ambiguïté parce que quand on voit par exemple dans nos services, je ne veux pas les critiquer les infirmières ou qui que ce soit qui dit : 'Tiens, ce weekend je vais prendre mon arrêt maladie' ou : 'Quand est-ce que tu prends tes arrêts maladie ?'". Il ajoute : "Je ne dis pas que ce sont tous les médecins généralistes, loin s'en faut mais il y a quand même un petit problème".

Le médecin libéral installé est une espèce en voie de disparition

Jean-Paul Hamon, lui, est révolté par le cas de Valérie Thierry. "Elle a été poursuivie par la caisse d'assurance maladie pour soi-disant avoir prescrit trop d'arrêts de travail." Elle raccroche sa plaque dans la Marne à 35 ans, peu après avoir fini ses études. "C'est une femme qui faisait son travail correctement, qui acceptait de recevoir les délégués d'assurance maladie qui l'informaient sur ses prescriptions de génériques, d'arrêts de travail, d'antibiotiques et qui les comparaient avec les collègues autour d'elle et qui ne voyaient aucune anomalie. Et c'est pour ça qu'elle a reçu ça comme un coup de tonnerre quand elle a eu cette lettre recommandée qui la menaçait de 6.500 euros d'amende parce que soi-disant elle prescrivait trop d'arrêts de travail."

Selon le Docteur Hamon, "il faudrait que les directeurs de caisse comprennent que le médecin libéral installé est une espèce en voie de disparition et que dans les contrôles qu'on a eus, que ce soit Véronique Molaire dans le 78, Isabelle Durant en Normandie ou Virginie Thierry dans la Marne, à chaque fois c'était des médecins installés en zone sensible ou en zone démographiquement faible. Leur activité a augmenté parce que des médecins partis n’étaient pas remplacés." En effet, dans des déserts médicaux, par définition, ils ont plus de clientèle et donc plus d'arrêts de travail". "En nombre il y a plus d'arrêts de travail et si vous faites une règle de trois et que vous rapportez ça au nombre d'activités et que vous comparez, vous avez un pourcentage identique et ça n'empêche pas les contrôles" précise-t-il.

Une loi votée en 2004 donne tous les pouvoirs à la caisse d'assurance

Pour Bernard Debré, le "problème, c'est les relations entre l'administration, le médecin généraliste et le médecin spécialiste. Cette relation est détestable. On a l'impression d'avoir des ennemis, au lieu d'avoir des conseils. A priori, on est ennemis mais, de l'autre coté, il faut faire attention parce qu'il y a des médecins qui prêtent le flanc". Pour Jean-Paul Hamon, ils sont de plus en plus nombreux à décrocher leur plaque. "Véronique Molaire s'est arrêtée et parce qu'on l'a soutenue elle a recommencé son travail mais je peux vous dire qu'elle était particulièrement mal après ces contrôles. Et on oublie que les médecins se suicident trois fois plus et que les députés ont voté le 13 août 2004, une loi votée par la droite qui donne tous les pouvoirs à la caisse d'assurance maladie".

"Il est nécessaire qu'il y ait des contrôles et d'ailleurs (...) depuis un certain temps, les prescriptions ont beaucoup diminuées. Mais il y a encore beaucoup d'efforts à faire", ajoute Bernard Debré. Les deux médecins dénonce un "problème relationnel". Pour Bernard Debré "les relations sont exécrables et d'ailleurs, c'est pour ça qu'à l'hôpital il n'y a plus personne. Il y a 35% de médecins étrangers qui viennent, et heureusement qu'ils sont là. C'est vrai qu'il n'y a plus de médecins qui s'installent. Il faut que les médecins se prennent eux-mêmes en charge, il faut qu'ils se disent 'oui il faut que nous fassions des efforts de prescription' mais qu'on arrête de venir nous taper sur la tête en permanence."

La rédaction vous recommande
par Yves CalviJournaliste RTL
Suivez Yves Calvi sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7780204472
"Les relations sont exécrables" entre les médecins et la Sécurité sociale, estime Bernard Debré
"Les relations sont exécrables" entre les médecins et la Sécurité sociale, estime Bernard Debré
REPLAY / INVITÉS - Jean-Paul Hamon, médecin généraliste président de la fédération des médecins de France, et Bernard Debré, médecin urologue et député les Républicains de Paris, s'inquiètent de l'environnement hostile dans lequel les médecins sont contrôlés par la caisse d'assurance maladie.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/les-relations-sont-execrables-entre-les-medecins-et-la-securite-sociale-estime-bernard-debre-7780204472
2015-10-22 09:43:00
http://media.rtl.fr/cache/A97NWGU0qK9_8khu2Mn6Jw/330v220-2/online/image/2014/0619/7772736679_le-depute-ump-bernard-debre-estime-que-le-retour-de-l-ancien-chef-de-l-etat-est-une-impossiblite-archive.jpg