3 min de lecture Baccalauréat

Réforme du baccalauréat : les précédentes tentatives échouées

Jean-Michel Blanquer se lance dans le chantier d'une nouvelle réforme du lycée présentée en conseil des ministres mercredi 14 février. Avant lui, d'autres ministres de l'Éducation s'y sont cassés les dents.

Des lycéens manifestent, le 21 avril 2005 à Paris, pour protester contre la loi Fillon (archives)
Des lycéens manifestent, le 21 avril 2005 à Paris, pour protester contre la loi Fillon (archives) Crédit : JOEL ROBINE / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Premier test pour Jean-Michel Blanquer. Le délicat dossier de l'enseignement au lycée et de l'épreuve du baccalauréat est à nouveau mis en question. Le ministre de l'Éducation nationale présente, mercredi 14 février en conseil des ministres, son projet de réforme.

Parmi les mesures déjà annoncées, l'arrivée du contrôle continu qui permettra de n'avoir plus que quatre épreuves en fin de Terminale, peu importe la filière. Les filières S, ES et L pourraient aussi être supprimées et remplacées par un parcours par modules, les cours seraient alors composés à la carte. Et les lycéens devraient également être soumis à un jury de trois personnes dès 2021 pour un grand oral qui porterait sur plusieurs matières en même temps et serait préparé pendant l'année. 

Cela fait des années que le système scolaire du secondaire est critiqué. Avant Jean-Michel Blanquer, d'autres ministres ont tenté de mettre un coup de balai dans l'organisation actuelle, sans y parvenir. 

À lire aussi
Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. université
Bac : "Tous les bacheliers" auront "accès à l'enseignement supérieur", dit Frédérique Vidal

"Fillon, si tu savais..."

À commencer par François Fillon. Contrairement à ce qu'il a affirmé pendant la campagne présidentielle, il lui est arrivé de reculer face à la grogne lycéenne à l'époque où il était ministre de l'Éducation sous Jacques Chirac, entre 2004 et 2005, dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin.

Lui aussi avait tenté d'imposer un contrôle continu, mais aussi un "socle commun de connaissances". Confronté à une mobilisation soutenue des lycéens français sur plusieurs mois, le ministre abandonne finalement sa réforme. 

Une lycéenne porte une pancarte, le 24 mars 2005 à Marseille, lors d'une manifestation pour protester contre la loi Fillon sur l'école
Une lycéenne porte une pancarte, le 24 mars 2005 à Marseille, lors d'une manifestation pour protester contre la loi Fillon sur l'école Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

"Fillon t'es foutu, les lycéens sont dans la rue", "Fillon si tu savais, ta réforme où on se la met..." "Aucune hésitation, non non non, à la réforme Fillon"... Les slogans sont nombreux et le mouvement beaucoup suivi. Le rassemblement lycéen réunit jusqu'à 200.000 jeunes, selon les syndicats, 165.000 selon la police, le 8 mars 2005. Outre les manifestations, les lycées de France sont soit bloqués, soit occupés pendant plusieurs heures, voire une nuit entière.

Si une loi Fillon est bien adoptée le 21 avril 2005, le baccalauréat ne sera pas réformé. Le projet est suspendu et le contrôle continu enterré avec.

Darcos recule avant d'essayer

Trois ans plus tard, alors premier ministre, François Fillon n'a pas baissé les armes. C'est son ministre de l'Éducation, Xavier Darcos, qui va endosser le laborieux projet de refonte du baccalauréat. En proposant la fin des filières générales et un tronc commun à la place, soutenu par des options, le gouvernement touche à un enjeu très délicat. 

Il ne faut pas beaucoup plus d'annonces de l'État pour voir les lycéens et professeurs défiler dans la rue. Xavier Darcos lui-même qualifie ces appels à la grève de "presque habituels", raconte Le Monde dans un article de l'époque.

À Nice en 2009, la population manifeste contre le plan d'éducation de Xavier Darcos
À Nice en 2009, la population manifeste contre le plan d'éducation de Xavier Darcos Crédit : STEPHANE DANNA / AFP

Cette fois, contrairement à son prédécesseur, Nicolas Sarkozy n'attend pas une mobilisation monstre pour faire reculer son ministre. Avant même que le mouvement prenne une ampleur mesurable aux manifestations de 2005, le projet est abandonné, avec l'accord du président de la république.

La timide avancée de Chatel

Nommé au poste maudit après le départ de Xavier Darcos à l'été 2009, Luc Chatel a tenté de reprendre le fardeau avec une consigne de Nicolas Sarkozy, plus simple à dire qu'à faire : réformer sans violence et débordements. Luc Chatel a trouvé la parade : une réforme du baccalauréat un peu moins ambitieuse que les précédentes. 

Au placard le contrôle continue et le socle commun de connaissances, qui sont les sujets les plus tendus. Seulement quelques aménagements comme une épreuve commune d'histoire-géo en classe de première à partir de 2012, finalement abandonnée deux ans plus tard.

Enseignants, lycéens et parents d'élèvent protestent contre la réforme de Luc Chatel en mars 2010 à Marseille
Enseignants, lycéens et parents d'élèvent protestent contre la réforme de Luc Chatel en mars 2010 à Marseille Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Le ministre fera toute de même face à une grogne de l'éducation nationale avec sa réforme qui propose aussi le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, et propose l'évaluation des enseignants par les chefs d'établissements. Un décret abrogé par son successeur, Vincent Peillon, en 2012.

À quelques semaines de l'arrivée du printemps et des premières révisions du baccalauréat, Jean-Michel Blanquer passe son premier examen face à la population avec cette énième tentative de refonte de l'épreuve nationale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Baccalauréat Société François Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792243434
Réforme du baccalauréat : les précédentes tentatives échouées
Réforme du baccalauréat : les précédentes tentatives échouées
Jean-Michel Blanquer se lance dans le chantier d'une nouvelle réforme du lycée présentée en conseil des ministres mercredi 14 février. Avant lui, d'autres ministres de l'Éducation s'y sont cassés les dents.
http://www.rtl.fr/actu/politique/reforme-du-baccalaureat-les-precedentes-tentatives-echouees-7792243434
2018-02-14 07:05:00
http://media.rtl.fr/cache/2dRcoz9XTPzCZ5aouxEzCw/330v220-2/online/image/2018/0213/7792246682_des-lyceens-manifestent-le-21-avril-2005-a-paris-pour-protester-contre-la-loi-fillon-archives.jpg