Marion Maréchal-Le Pen lie homosexualité et polygamie

La député FN s'est inquiétée des dérives possibles de la loi Taubira en citant la polygamie lors d'un déplacement en Italie.

Marion Maréchal-Le Pen à Rome le 15 mars 2016.
Crédit : Camilla Morandi/Shutter/SIPA
Marion Maréchal-Le Pen à Rome le 15 mars 2016.

Venue en Italie remercier son allié de la Ligue du Nord pour son soutien pendant les régionales en Paca, Marion Maréchal-Le Pen a mis un bémol au refrain de la "France apaisée" entonné par le FN depuis le début de l'année, en affirmant craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel ouvre la voie à la polygamie 
Le mariage ne doit pas être "une reconnaissance sociale de l'amour", a dit Marion Maréchal-Le Pen à Milan lors d'une conférence de presse, critiquant implicitement le mariage homosexuel auquel elle est opposée. Cela risque pour elle "d'ouvrir la voie [...] à de très nombreuses dérives. D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie".

La députée du Vaucluse listait les points communs entre le FN et son allié italien anti-immigrés et anti-européen qui l'avait soutenue par une lettre du président "leguiste" de la région Lombardie, Roberto Maroni, lors de sa candidature de décembre en Paca. Au lendemain d'une réunion publique à Rome, elle a listé les convergences sur la souveraineté, l'UE, l'hostilité à Schengen, à l'euro ou encore la crainte des "conflits" liés à "l'arrivée massive d'une population qui viendrait presque en remplacer une autre sur une partie du territoire".

L'Italie en plein débat sur les unions homosxuelles

Sa déclaration, rapprochant le mariage homosexuel de la polygamie, intervient alors que l'Italie, dernier grand pays d'Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, vit un débat agité autour d'une loi a minima, la loi dite Cirinnà, sur les unions civiles. La déclaration de Marion Maréchal-Le Pen prend place aussi dans un contexte particulier pour le parti d'extrême droite : depuis le début de l'année, le maître-mot frontiste est celui de l'apaisement. L'échec au second tour des régionales, notamment en Paca et en Nord-Pas de Calais-Picardie avec Marine Le Pen, est ouvertement lié à la "peur" suscitée par le parti.                
                   
La députée du Vaucluse, 26 ans, avait déjà tenu des propos similaires, en 2012 ou récemment, dans un nouveau magazine identitaire en ligne, France. Elle y assurait que ce n'est "pas du tout" parce qu'elle assume son catholicisme qu'il fallait "l'enfermer dans le tryptique 'euthanasie, avortement, mariage homo'". La fin de la diabolisation, impératif pour 2017, expliquait-elle, passait par "la démonstration de nos compétences dans nos exécutifs". Mise en pratique à Milan : Marion Maréchal-Le Pen a dit vouloir "valoriser" en France les "résultats" de ses alliés, y voyant un "argument de poids pour rassurer nos compatriotes".

Le Front national évite de les sujets "clivants"

Mais la déclaration de celle qui se revendique "de droite" diverge de celles d'autres dirigeants FN, qui évitent d'aborder de front les sujets sociétaux. Wallerand de Saint Just, autrefois catalogué "catho tradi" du parti, explique ainsi pourquoi il ne parle plus d'avortement: "Marine Le Pen nous dit que, dans une structure politique, la seule chose à faire, c'est de prendre en considération les problèmes des contemporains." "Sur la question des valeurs (mariage, vie, euthanasie), Marine Le Pen a fait le choix de ne pas se positionner. Cela pourrait contredire sa stratégie de rassembler et d'aborder les sujets qui clivent le moins", analyse un de ses soutiens. 

Ni le FN, ni Marine Le Pen, ni Florian Philippot, contrairement à "Marion" et à d'autres dirigeants, n'ont participé à la "Manif pour tous" en 2012-2013, même si le FN promet en cas d'arrivée au pouvoir d'abroger la loi Taubira ouvrant le mariage aux homosexuels. Marine Le Pen avait aussi dit de manière remarquée en 2010 que "dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc"... tout en se demandant, comme sa nièce mardi, si ouvrir le mariage aux homosexuels ne conduirait pas à l'autorisation de la polygamie. Interrogée sur ce sujet jeudi 17 mars sur RTL, la présidente du Front national a refusé de se prononcer sur les déclarations de sa nièce, considérant que "le débat d'idées permet de dire ce que l'on a envie de dire". Mais de conclure : "On est très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays. Dieu merci !"

La rédaction vous recommande
par Geoffroy Lang
Suivez Geoffroy Lang sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782407474
Marion Maréchal-Le Pen lie homosexualité et polygamie
Marion Maréchal-Le Pen lie homosexualité et polygamie
La député FN s'est inquiétée des dérives possibles de la loi Taubira en citant la polygamie lors d'un déplacement en Italie.
http://www.rtl.fr/actu/politique/marion-marechal-le-pen-derape-sur-le-mariage-homosexuel-7782407474
2016-03-17 02:24:00
http://media.rtl.fr/cache/74WI62MZpRhj74EQf2GJcA/330v220-2/online/image/2016/0317/7782407476_marion-marechal-le-pen-a-assiste-un-meeting-de-la-formation-nationalise-riva-destra-a-rome-le-15-mars-2016.jpg