3 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : Le raz-de-marée n'a pas véritablement eu lieu, estime la presse

REPLAY - Malgré l'obtention d'une majorité absolue lors du second tour des élections législatives, La République en Marche a fait un score moins éclatant que celui prédit depuis des semaines.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Législatives 2017 : Le raz-de-marée n'a pas véritablement eu lieu, estime la presse Crédit Image : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP | Crédit Média : Adeline François | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Ils sont enfermés ensemble, sous les yeux d'un public assis en hémicycle. Ils resteront comme ça jusqu'au bout et ne connaîtront pas les grandes vagues, uniquement les vaguelettes qu'eux mêmes provoquent... Eux, ils s'appellent Tux, Lotty, Sharky, Malou ou Rocky. Non, il ne s'agit pas d'improbables candidats aux législatives, mais de dauphins et d'orques, en ce lendemain d'élections. Le Figaro y consacre une pleine page pour nous parler de la fin programmée des delphinariums. Car avant de quitter le ministère de l'environnement, Ségolène Royal  a sorti de son chapeau un arrêté qui a pris tout le monde de court. 

Le texte initial prévoyait l'amélioration des conditions de captivité des cétacés en France. Au final, elle y a ajouté une ligne, au dernier moment, qui stipule que la reproduction des orques et des dauphins actuellement détenus en France est désormais interdite, de même que toute importation. Autrement dit, une fois que les animaux qui vivent aujourd’hui dans les trois zoos aquatiques français disparaîtront, il en sera fini de ces lieux. Le patron du Marineland d'Antibes, un million de visiteurs annuels, encaisse le coup. "Si ces mammifères disparaissent de notre vue, on les défendra moins", estime-t-il. "Et puis, les empêcher de se reproduire va aussi nous obliger à les séparer, ce qui va générer un stress chez eux". Les défenseurs des animaux, eux, vont veiller à faire appliquer l'autre partie du texte, qui demande des bassins plus profonds, la fin du toucher des animaux par le public, la fin de l'usage du chlore qui abîme les yeux des cétacés, et la fin du clou du spectacle traditionnel : l'échouage,  qui leur écrase les poumons. 

L'autre vague... électorale

"Les pleins pouvoirs", indique la une du Midi Libre ce lundi, "Majorité sans raz-de-marée", titre de son côté les Dernières Nouvelles d'Alsace; "Une dernière vague sans passion", estime Le Parisien-Aujourd'hui en France... Le second tour des élections législatives occupe toutes les unes ce matin, avec les nombreux nouveaux visages de l'Assemblée nationale. Une députée se fera particulièrement remarquée, repère Le Huffington Post. Il s'agit de la candidate REM de la seconde circonscription de l'Aveyron, Anne Blanc, qui a obtenu hier 100% des voix du fait du désistement de son adversaire LR. 

À lire aussi
Un bureau de vote dans le Gard élections
L'abstention chez les jeunes a atteint un niveau historique en 2017

Toute la presse note bien sûr l'abstention record de ce 18 juin. "Cartons pleins et urnes vides pour Macron", titre L'Humanité, qui se désole de ce présidentialisme absolu. "Emmanuel Macron détient les pleins pouvoirs mais le pays ne les lui a pas accordés"...  Ainsi plus mesuré, Jean-Christophe Ploquin, dans La Croix, parle d'un "triomphe en trompe l’œil", et rappelle que "jamais, sous la Ve République, l'Assemblée nationale n'avait été aussi mal élue avec moins d'un électeur sur deux se rendant aux urnes". "Seule l'abstention record vient ternir une victoire qu'aucun commentateur n'a anticipée en début de campagne", écrit de son côté Laurent Joffrin dans Libération : "venu de nulle part, Macron est désormais partout".

Le "vieux" Baroin

"La révolution En marche!, à laquelle personne ne voulait croire, a déferlé sur la France comme un tsunami", commente le directeur du Figaro, Alexis Brézet. "Certes, ajoute-t-il, les électeurs ont assez nettement corrigé le tir, hier, il n'en reste pas moins que le résultat est stupéfiant". Toujours dans Le Figaro, François Baroin se confie, lui l'éternel jeune premier qui faisait partie de la génération qui pouvait prétendre reprendre le flambeau. Rien ne s'est passé comme prévu. " Je serai, dit-il, celui qui aura eu le plus de caveaux dans le cimetière des Premiers ministres qui ne l'ont jamais été. À 52 ans et 25 ans de vie politique, je suis un homme du monde d'avant, un homme de Cro-Magnon", poursuit François Baroin. Mélange de lucidité et de désolation : " j'étais porte-parole de Chirac en 95, c'est terrifiant, Macron ça fait vieillir..." 

Oublier la politique pour le sentiment

Bien loin des élections, au-delà des frontières françaises, s'ouvre en Espagne une école de l'amour. Une vraie, qui souhaite rassembler toutes les connaissances scientifiques sur le sujet, raconte Les Échos. "Amour : chimie plutôt que l'alchimie". Les professeurs de cet établissement décortiquent les mécanismes scientifiques de l'amour pour faire de leurs élèves des experts rationnels en séduction. Il est question de dopamine, d'ocytocine, d'endorphine, avec des explications de neurobiologistes qui sont parvenus à la conclusion que l'amour s'apparente à un trouble obsessionnel compulsif dont le cerveau finit par se protéger pour éviter la surchauffe. C'est ce qui fait que l'amour dure quatre ans. Sauf dans le XVe arrondissement de Paris, où Lamour, Jean-François de son prénom, député LR sortant, a été battu par Hugues Renson, député REM. Ainsi, Lamour emporté par la vague.

La rédaction vous recommande

   

Lire la suite
Législatives 2017 La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789024013
Législatives 2017 : Le raz-de-marée n'a pas véritablement eu lieu, estime la presse
Législatives 2017 : Le raz-de-marée n'a pas véritablement eu lieu, estime la presse
REPLAY - Malgré l'obtention d'une majorité absolue lors du second tour des élections législatives, La République en Marche a fait un score moins éclatant que celui prédit depuis des semaines.
http://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-le-raz-de-maree-n-a-pas-veritablement-eu-lieu-estime-la-presse-7789024013
2017-06-19 12:29:00
http://media.rtl.fr/cache/Ayd2Q71bm85NqP_P-wW0NQ/330v220-2/online/image/2017/0618/7789013763_emmanuel-macron-au-touquet-lors-du-second-tour-des-legislatives-2017.jpg