Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : ce que propose Marine Le Pen

ÉCLAIRAGE - La présidente du Front national, tête de liste aux élections régionales du 6 et 13 décembre, axe sa campagne sur la sécurité et la formation.

Marine Le Pen, le 30 novembre 2015 à Lille
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marine Le Pen, le 30 novembre 2015 à Lille

Elle fait jusqu'à présent la course en tête. Dans une région où Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon espèrent décrocher la victoire, Marine Le Pen est à l'heure actuelle la favorite. La présidente du Front national, avec un discours basé sur l'emploi, la sécurité et la question des migrants, trône à la première place des sondages et devance largement ses adversaires. Selon une enquête BVA réalisé le 23 octobre dernier, la fille de Jean-Marie Le Pen récolte 42% des intentions de vote dans cette région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, contre 25% pour Xavier Bertrand et 15% pour Pierre de Saintignon alors que 52% des Français ne seraient pas gênés de voir le Front national diriger une ou plusieurs régions à l'issue des élections régionales du 6 et 13 décembre prochain, selon un sondage TNS Sofres pour RTL et Le Figaro.

Emploi : la formation, priorité régionale

Dans une région fortement touchée par le chômage, Marine Le Pen mise sur la formation professionnelle pour faire baisser des chiffres qui dépassent de deux points la moyenne nationale. Pour cela, la présidente du Front national souhaite avant tout orienter les jeunes et les demandeurs d'emploi vers les filières qui recrutent actuellement et créer un triangle vertueux entre entreprises, alternants et centres de formation pour "adapter le contenu pédagogique aux besoins de l'entreprise", selon le site de campagne. Alors que son adversaire Les Républicains, Xavier Bertrand souhaite développer un "Facebook de l'emploi", Marine Le Pen n'oublie pas les outils numériques et propose une plate-forme d'apprentissage par Internet ainsi qu'une plate-forme régionale pour centraliser l'ensemble des formations ouvertes.

Un programme économique qui se tourne aussi vers la question de l'emploi local alors que la fille de Jean-Marie Le Pen souhaite favoriser une politique du "manger français" dans les cantines scolaires, donner la priorité aux entreprises locales, favoriser les circuits courts ou encore aider les exploitants agricoles qui souhaitent transiter vers une agriculture biologique. Une manière de "respecter le passé, améliorer le présent et préparer l'avenir".

Sécurité : vidéoprotection dans les transports et les lycéees

Si les questions de sécurité ne sont pas du ressort de la région, Marine Le Pen entend bien faire évoluer la situation actuelle. "Bien que ne disposant d'aucun pouvoir de police, le futur exécutif régional devra affronter l'insécurité dans les domaines de compétence qui sont les siens, la vidéoprotection sera un outil clé dans la sécurisation des transports et des lycées", a annoncé la candidate du Front national sur son site de campagne.

Autre point fort pour améliorer la sécurité dans les établissements scolaire ? Le financement de nouveaux équipements comme des portiques de détection, des tourniquets ou encore des garages à vélos fermés. "Parce que la sérénité est indispensable aux bonnes conditions de travail des professeurs de lycée, des équipes pédagogiques et administratives mais surtout des lycéens, nous équiperons les lycées de la région Picardie-Nord Pas de Calais afin qu'ils redeviennent ce qu'ils n'auraient jamais dû cesser d'être : des sanctuaires au service de la transmission du savoir et des connaissances", écrit-elle. 

Transports : vers la mise en place d'une Police régionale ?

Les questions de sécurité se posent aussi aux Transports avec la questions de l'insécurité dans les trains. La présidente du Front national entend notamment se doter d'une police régionale spécialement dédiée aux transports ferroviaire. Une volonté réalisable qui devra cependant passer par une convention entre l'État, la région et la SNCF.

Le canal Seine-Nord, projet fluvial qui doit faire la jonction entre la Seine et l'Escaut pour relier ainsi la France, la Belgique et les Pays-Bas, est aussi une donnée importante dans cette région. Et si le positionnement de Marine Le Pen n'a pas toujours été très affirmé sur cette question, cela appartient au passé. Dans son programme la députée européenne souhaite notamment valoriser les atouts naturels de la région "en recherchant les financements pour le canal Seine-Nord dans le cadre d'un projet global le reliant à notre façade maritime, afin que nos ports régionaux bénéficient de cet investissement lourd", détaille-t-elle. 

Les autres candidats à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie sont : 
Xavier Bertrand, tête de liste Les Républicains - UDI - MoDem, Pierre de Saintignon, tête de liste Parti socialiste - Parti radical de gauche, Sandrine Rousseau, tête de liste EELV - Parti de Gauche - Nouvelle Donne, Sylvain Blondel, tête de liste Nous Citoyens, Jean-Philippe Tanguy, tête de liste Debout la France, Fabien Roussel, tête de liste Parti communiste, Éric Pecqueur, tête de liste Lutte ouvrière.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7780470586
Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : ce que propose Marine Le Pen
Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : ce que propose Marine Le Pen
ÉCLAIRAGE - La présidente du Front national, tête de liste aux élections régionales du 6 et 13 décembre, axe sa campagne sur la sécurité et la formation.
http://www.rtl.fr/actu/politique/elections-regionales-2015-en-nord-pas-de-calais-picardie-ce-que-propose-marine-le-pen-7780470586
2015-12-01 13:34:00
http://media.rtl.fr/cache/OcEavQe7L1k6FQZvElOmLw/330v220-2/online/image/2015/1201/7780698066_marine-le-pen-le-30-novembre-2015-a-lille.jpg