Déchéance de nationalité : "Si la gauche n'en veut vraiment pas, qu'on arrête là", lance Gérard Larcher

REPLAY / INVITÉ RTL - Gérard Larcher, président du Sénat, invite l'exécutif à faire l'impasse s'il n'a pas le soutien de la gauche.

Gérard Larcher, invité de RTL le 3 février 2016 >
Déchéance de nationalité : "Si la gauche n'en veut vraiment pas, qu'on arrête là", lance Gérard Larcher Crédit Image : Caroline Brenière / RTL.fr | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Une fois que l'Assemblée nationale aura examiné le projet de loi de réforme constitutionnelle, ce sera au tour du Sénat de s'emparer de la question de l'extension de la déchéance de nationalité. Mais pour l'heure, une bonne partie des députés de la majorité se braquent toujours sur cette mesure controversée dont le vote est incertain. Face à ce constat, Gérard Larcher invite le gouvernement à faire l'impasse pour se concentrer sur des mesures efficaces. "La déchéance de nationalité était une mesure-symbole qui a la force et les limites d'un symbole. Si la gauche n'en veut vraiment pas, qu'on arrête là ! Il y a tellement de choses à faire pour lutter contre le chômage et pour la sécurité", a déclaré le président du Sénat, au micro de RTL.

Reste que "si le symbole de déchéance de nationalité vient au Sénat, il y aura une majorité (de droite, ndlr) pour le voter", assure Gérard Larcher. Mais contrairement au souhait de Nicolas Sarkozy, il ne compte pas étendre cette mesure aux délits : "J'ai toujours eu la position que c'était pour les crimes". L'élu des Yvelines s'étonne toutefois de la suppression de la référence aux binationaux dans le texte de la réforme constitutionnelle. "Cachez ce mot que je ne saurais voir", ironise-t-il.

D'une manière générale, à l'instar de Christian Jacob, Gérard Larcher s'agace de voir l'exécutif tergiverser autant autour de la Constitution. "Je suis un gaulliste et je pense qu'on ne touche à la Constitution que d'une main tremblante. En même temps, je dis clairement depuis des semaines que François Hollande a eu une réaction de pulsion au Congrès. Il fallait un peu réfléchir et partager".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781676457
Déchéance de nationalité : "Si la gauche n'en veut vraiment pas, qu'on arrête là", lance Gérard Larcher
Déchéance de nationalité : "Si la gauche n'en veut vraiment pas, qu'on arrête là", lance Gérard Larcher
REPLAY / INVITÉ RTL - Gérard Larcher, président du Sénat, invite l'exécutif à faire l'impasse s'il n'a pas le soutien de la gauche.
http://www.rtl.fr/actu/politique/decheance-de-nationalite-si-la-gauche-n-en-veut-vraiment-pas-qu-on-arrete-la-lance-gerard-larcher-7781676457
2016-02-03 08:46:00
http://media.rtl.fr/cache/-Bw7pSUBZFTezjiLZL-rgA/330v220-2/online/image/2016/0203/7781676566_gerard-larcher-invite-de-rtl-le-3-fevrier-2016.jpg