Bygmalion : "Tout m'a été totalement dissimulé", assure Jean-François Copé aux juges

Lors d'une audition au tribunal de grande instance de Paris, l'ancien président de l'UMP assure qu'il n'était pas au courant du dépassement des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Jean-François Copé, le 3 novembre 2015
Crédit : AFP
Jean-François Copé, le 3 novembre 2015

Jean-François Copé clame de nouveau son innocence. Lundi 8 février, le député-maire de Meaux a été entendu par les juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Au cours de son audition, dont France 2 s'est procuré le procès-verbal, l'ancien président de l'UMP répète qu'il n'a jamais été mis au courant de l’explosion du plafond légal des dépenses de campagnes (22,5 millions d'euros) et des fausses factures payées par le parti à la société de communication Bygmalion et qui représentent environ 18 millions d'euros.

Face aux juges Serge Tournaire et Roger Le Loire, Jean-François Copé se montre catégorique : "Tout cela m'a été totalement dissimulé. Personne, je dis bien personne, ne m'a jamais fait, sur ce sujet, la moindre alerte". S'il concède que tout cela est "fou", l'ancien chef de l'opposition assure qu'il n'a pris connaissance des faits qu'en mai 2014.

Nicolas Sarkozy épargné

C'est, selon lui, à cette date que Jérôme Lavrilleux, son collaborateur et directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy, lui a tout avoué sur le scandale : "Jérôme Lavrilleux m'a dit ne pas me l'avoir dit parce qu'il savait que je m'y serais immédiatement opposé - en cela il avait raison - et qu'il ne voulait pas créer un clash politique entre Nicolas Sarkozy et moi. Il a ajouté que les dépenses de campagne avaient filé tel un TGV qu'on ne pouvait pas arrêter".

Pourtant, le 27 avril 2012, la directrice des affaires financières de l'UMP lui signale par mail que le découvert autorisé par les banques n'est plus suffisant pour assurer les dépenses de la campagne. Il lui est alors recommandé de porter la limite à 52 millions d'euros. Néanmoins, Jean-François Copé martèle que "rien" ne lui semblait "inquiétant ou préoccupant" car il considérait que ces dépenses "correspondaient en toute légalité à des dépenses conformes au respect de la loi".

Enfin, Jean-François Copé dédouane également l'ancien chef de l'État, mis en examen dans cette affaire. "Je vais voir Nicolas Sarkozy pour l'informer de ce que je viens d'apprendre. Il m'indique ne pas en avoir été informé. Je lui ai donné la totalité des éléments dont je disposais ce jour-là (...) Je l'ai trouvé plutôt incrédule, sceptique sur la réalité des faits, alors que moi, je n'avais plus aucun doute", a assuré l'ancien patron de l'UMP, qui a pu ressortir libre de cette audition.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781917164
Bygmalion : "Tout m'a été totalement dissimulé", assure Jean-François Copé aux juges
Bygmalion : "Tout m'a été totalement dissimulé", assure Jean-François Copé aux juges
Lors d'une audition au tribunal de grande instance de Paris, l'ancien président de l'UMP assure qu'il n'était pas au courant du dépassement des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.
http://www.rtl.fr/actu/politique/bygmalion-tout-m-a-ete-totalement-dissimule-assure-jean-francois-cope-aux-juges-7781917164
2016-02-16 16:22:00
http://media.rtl.fr/cache/PfceIrs44emC0R_ObXzHcQ/330v220-2/online/image/2016/0114/7781332188_jean-francois-cope-le-3-novembre-2015.jpg