3 min de lecture Procès

Procès Jawad Bendaoud : les réactions mitigées à la décision du tribunal

RÉACTIONS - Entre compréhension et colère, les parties civiles et proches de victimes ne sont pas unanimes face à la relaxe de Jawad Bendaoud, prononcée le 14 février. Il sortira le soir-même de prison.

Marc-Olivier Fogiel RTL Soir Marc-Olivier Fogiel
>
"Nous sommes extrêmement émus d'avoir entendu le tribunal dire que Jawad Bendaoud est innocent", lance son avocat Crédit Image : BENOIT PEYRUCQ / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
et Cindy Hubert

La décision était très attendue, elle sera très commentée. Le parquet a d'ailleurs fait appel dans la foulée de l'annonce de la relaxe de Jawad Bendaoud, mercredi 14 février. Après trois semaines de procès, celui qui a été surnommé le "logeur de Daesh" n'a pas été reconnu coupable des faits reprochés par le tribunal de grande instance de Paris. Il sortira libre le soir-même, après des mois de détention à l'isolement.

Son avocat, Xavier Nogueras, s'est dit "extrêmement ému d'avoir entendu le tribunal dire que Jawad Bendaoud est innocent". "C'est important pour nous, pour sa famille et pour les victimes, qu'elles l'entendent", a-t-il ajouté. Son client était poursuivi pour recel de malfaiteurs terroristes et encourait jusqu'à 6 ans de prison. Le parquet avait requis 4 ans d'emprisonnement.

Les autres accusés, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen, ont, eux, été condamnés. Le premier, jugé pour les mêmes faits qui ont été reprochés à Jawad Bendaoud, à 5 ans de prison avec maintient en détention. Quant au frère d'Hasna Aït Boulahcen, il est aussi reconnu coupable et écope de 4 ans de prison dont un avec sursis, sans mandat de dépôt.

À lire aussi
Jérôme Cahuzac au Palais de Justice de Paris, le 12 février 2018 affaire Cahuzac
Jérôme Cahuzac, le déni et "l'imbécile", la formule du "paradoxe"

Une décision que maître Morice qualifie de "logique". Du côté des parties civiles, l'avocat explique que "les charges retenues contre Jawad Bendaoud étaient fragiles". Comme sa consœur maître Samia Maktouf selon qui le jugement rendu est "mesuré et équitable". Les deux pointent toutefois "une instruction qui n'aurait pas été menée jusqu'au bout" et le manque "d'investigations nécessaires". 

La Justice s'est laissée abusée par le cirque du prévenu

Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan
Partager la citation

L'avocate se réjouit de la condamnation de Youssef Aït Boulahcen, le seul à comparaître libre, car elle estime qu'"il essayait de se faire petit alors qu'il avait connaissance de l'identité des fuyards et de leur projet" d'attentats futurs. Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh projetaient en effet de nouvelles attaques terroristes le 18 novembre 2015 à La Défense. 

Le parquet l'avait qualifié de "plus inquiétant" parmi les prévenus. C'est aussi l'avis de Marie, une spectatrice du procès qui s'intéresse "au terrorisme et aux victimes du terrorisme". "Youssef est redoutable, c'est un danger, un futur terroriste", s'avance-t-elle à la sortie de la salle de retransmission du procès.

Pour Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan, c'est loin d'être suffisant. Il souhaitait un appel de la décision car il estime que "la Justice est passée à côté du sujet et qu'elle s'est laissée abusée par le cirque du prévenu". Ce père, qui était venu témoigner à la barre, juge Jawad Bendaoud comme un "complice" des terroristes. Pour lui, le jugement rendu est "un manque de respect vis-à-vis des victimes et des parents des victimes".

À l'opposé, Bilel Mokono, en fauteuil roulant depuis l'explosion d'un des kamikazes au Stade de France, se réjouit. Il avait déjà fait part au tribunal et aux accusés de sa conviction de l'innocence de Jawad Bendaoud. Pour lui, ce procès était important "pour mieux aborder les choses pour le procès à venir (du 13 novembre, ndlr) et une étape de recherche de la vérité sur les attentats."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792263498
Procès Jawad Bendaoud : les réactions mitigées à la décision du tribunal
Procès Jawad Bendaoud : les réactions mitigées à la décision du tribunal
RÉACTIONS - Entre compréhension et colère, les parties civiles et proches de victimes ne sont pas unanimes face à la relaxe de Jawad Bendaoud, prononcée le 14 février. Il sortira le soir-même de prison.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-jawad-bendaoud-les-reactions-mitigees-a-la-decision-du-tribunal-7792263498
2018-02-14 20:46:28
http://media.rtl.fr/cache/kR7S0CfOJRxF1ZMTmn_bFA/330v220-2/online/image/2018/0125/7791986700_jawad-bendaoud-lors-de-son-proces-au-tribunal-de-grande-instance-de-paris-le-24-janvier-2018.jpg