CARTE INTERACTIVE - Présidentielle américaine 2016 : Donald Trump signe un sans faute, Hillary Clinton remporte quatre États

Depuis le 1er février 2016, la course à la Maison Blanche est lancée. Découvrez les résultats des votes démocrates et républicains par État.

Donald Trump et Hillary Clinton
Crédit : AFP
Donald Trump et Hillary Clinton

Après huit années d'administration Obama, les États-Unis s'apprêtent à élire leur nouveau président. La course à la Maison Blanche a réellement débuté lundi 1er février, dans le petit État de l'Iowa, qui regroupe 3 millions d'habitants. Jusqu'en juin se dérouleront les primaires ou caucus des partis républicain et démocrate. Durant l'été se tiendra la convention nationale de chaque camp puis, début novembre, la présidentielle.

Démocrates et Républicains sont allés voter pour le premier caucus en Iowa début février. Hillary Clinton et Ted Cruz sont ressortis gagnants de ce scrutin. Les résultats de ce premier caucus donnent souvent une indication sur le nom du candidat qui l'emportera au final. Lors du petit "super mardi" du 26 avril, l'ancienne secrétaire d'État s'impose dans le Maryland, le Connecticut, le Delaware et la Pennsylvanie. Le sénateur du Vermont l'emporte dans le Rhode Island. Afin de surmonter sa rivale, ce dernier devra remporter environ 85% des délégués restants. Du côté Républicain, Donald Trump réalise un sans-faute. Il s'est imposé dans les cinq États appelés à se prononcer. Ses deux rivaux avaient conclu ce weekend une alliance, dans le but d'empêcher le magnat de l'immobilier d'atteindre les 1.237 délégués nécessaire pour décrocher l'investiture du Grand Old Party, le GOP. 

Le 19 avril, l'ancienne secrétaire d'État l'emportait dans l'État de New York, dont elle a été sénatrice, accomplissant un grand pas vers l'investiture pour l'élection présidentielle. Dans cet État, 291 délégués étaient en jeu. Ils sont répartis de façon proportionnelle.Hillary Clinton était déjà, et depuis le début de la course, favorite, malgré le grand chelem de Bernie Sanders le 26 mars et sa victoire dans le Wisconsin le 5 avril. Il triomphait dans l'État de Washington, à Hawaï et dans l'Alaska, et espère ainsi "s'ouvrir une voie vers la victoire". Le sénateur du Vermont s'était félicité, se disant "sur une lancée". Il diminuait l'avance de la secrétaire d'État Hillary Clinton. Le 5 avril, il remportait l'État du Wisconsin, avec 56,5% des voix. Il comptabilise aujourd'hui 2.141 délégués, contre 1.321 pour sa rivale.


Sans surprise, Hillary Clinton avait remporté  l'Arizona le 22 mars avec près de 60% des voix. Bernie Sanders, quant à lui, remportait l'Idaho et  l'Utah. Lors du "Super Tuesday bis", le mardi 15 mars, l'ex-first lady faisait un bon gigantesque vers l'investiture démocrate. Elle s'était imposée dans quatre États, l'Illinois, la Floride, l'Ohio, la Caroline du Nord et dans le Missouri. La règle du "winner-takes-all" ne s'applique pas chez les démocrates, mais la candidate aura néanmoins emporté un nombre de délégués bien plus important que son rival, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders.

Le 8 mars, Hillary Clinton confirmait son avance. Si chacun des deux candidats avait remporté un État, Mississippi pour Hillary Clinton et Michigan pour Bernie Sanders, l'ex-first lady imposait un écart important en remportant 82,6% des voix dans le Mississippi. Elle comptabilise aujourd'hui 1.5611 délégués, contre 800 pour Bernie Sanders. 

Le 5 mars, Hillary Clinton avait remporté un seul État, la Louisiane, contre trois pour le sénateur du Vermont : le Maine, le Kansas et le Nebraska; mais son avance était largement amorcée après sa victoire lors du Super Tuesday, où elle avait remporté 7 États : la Géorgie, la Virginie, le Tennessee, l'Alabama, l'Arkansas, le Texas et le Massachusetts. Son rival avait remporté quant à lui quatre États : l'Oklahoma, le Colorado, le Minnesota et le Vermont, avec un record de 86,2% des voix

Parce que les délégués sont répartis différemment selon les États, entre délégués et super délégués, c'est finalement le nombre de délégués attribués par les suffrages qui détermine plus exactement le classement des candidats. Du côté Démocrates, il faut réunir 2.383 délégués pour gagner.

Côté Républicains, l'écart, en nombre de délégués, entre Donald Trump et ses rivaux ne cesse de se creuser : 950 pour Donald Trump, 560 pour Ted Cruz et enfin 153 pour John Kasich. La victoire est proclamée à 1.237 délégués. Le 19 avril, Donald Trump raflait l'État de New York, où il a fait fortune. Il l'a emporté haut la main, avec 60,4% des voix, contre seulement 25,1% pour John Kasich. Le 5 avril, Ted Cruz s'était imposé dans le Wisconsin. "Une lumière s'est allumée, c'est un tournant" pensait alors le sénateur du Texas. Le 22 mars, Donald Trump avait sans surprise remporté l'Arizona. En vertu de la règle du "winner-takes-all, le milliardaire ajoutait 58 délégués à sa liste. C'est Ted Cruz qui remportait l'Utah, avec près de 70% des voix

L'homme d'affaire de New York s'imposait lors du "Super Tuesday" du 15 mars en emportant trois des cinq États en lice : la Caroline du Nord, l'Illinois et surtout la Floride, un État "winner-takes-all" qui lui permet de remporter 100% des délégués. La milliardaire a donc battu Marco Rubio sur son propre terrain, la Floride : ce dernier jeta alors l'éponge. Donald Trump remportait également le Missouri. John Kasich avait remporté l'État dont il est gouverneur, l'Ohio, État lui aussi "winner-takes-all". 

Le 12 mars, Donald Trump avait essuyé une petite défaite, mais conservait néanmoins une forte avance. Dans le Wyoming, le sénateur Ted Cruz écrasait son rival milliardaire et remportait la majorité des délégués, 9 sur 12, avec près de 66% des voix. Marco Rubio remportait 19,5% des voix, Donald Trump, loin derrière, 7,2%. Dans la capitale fédérale Washington, plus favorable aux démocrates qu'aux républicains, Marco Rubio recueillait 37,3% des voix, contre 35,5% pour John Kasich, qui remportait 9 délégués, et 13,8% pour Donald Trump, qui ne remportait aucun délégué.

Le 8 mars, Donald Trump, talonné de près par Ted Cruz, reprend un peu d'avance et reste le grand favori de la course à l'investiture de son parti. Il remporte le Michigan, le Mississippi et Hawaï. Son rival Ted Cruz remporte l'Idaho. Le 5 mars, lors du Super Saturday, Ted Cruz et Donald Trump avaient chacun remporté deux États. Le Maine et le Kansas pour le sénateur du Texas, le Kentucky et la Louisiane pour le milliardaire New-Yorkais, suivi de très près par son adversaire, incontestablement vainqueur de la soirée : dans le Kansas, il remporte 48% des voix contre 23% pour Donald Trump et établit ainsi la plus large victoire de ces primaires républicaines.

L'avance de Donald Trump lui a été conférée dès sa victoire au Super Tuesday. Il avait alors remporté sept États : la Géorgie, l'Alabama, le Massachusetts, le Tennessee, la Virginie, l'Arkansas et le Vermont. Ted Cruz avait remporté quant à lui trois États, le Texas, l'Oklahoma et l'Alaska, et Marco Rubio, bien que très loin derrière Trump, se maintenait dans la course grâce à sa victoire dans le Minnesota.

La rédaction vous recommande
par Caroline Brenière
Suivez Caroline Brenière sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782041666
CARTE INTERACTIVE - Présidentielle américaine 2016 : Donald Trump signe un sans faute, Hillary Clinton remporte quatre États
CARTE INTERACTIVE - Présidentielle américaine 2016 : Donald Trump signe un sans faute, Hillary Clinton remporte quatre États
Depuis le 1er février 2016, la course à la Maison Blanche est lancée. Découvrez les résultats des votes démocrates et républicains par État.
http://www.rtl.fr/actu/international/carte-interactive-presidentielle-americaine-2016-bernie-sanders-et-ted-cruz-l-emportent-dans-le-wisconsin-7782041666
2016-02-26 12:44:00
http://media.rtl.fr/cache/ELv2x3aJabpcbmfF1-atvw/330v220-2/online/image/2016/0229/7782126319_donald-trump-et-hillary-clinton.jpg