Bardo un an après l'attentat : que devient le musée ?

ÉCLAIRAGE - Les portes du musée national tunisien se sont rouvertes à peine deux semaines après l'attentat qui a fait 22 morts le 18 mars 2015. Aujourd'hui, il est devenu un symbole de la lutte contre le radicalisme religieux.

Le musée national du Bardo avait rouvert ses portes douze jours après les attentats
Crédit : FETHI BELAID / AFP
Le musée national du Bardo avait rouvert ses portes douze jours après les attentats

L'attaque a été terrifiante. Le 18 mars 2015, deux terroristes pénètrent dans le musée national du Bardo, à Tunis. Ils prennent alors en chasse visiteurs et touristes dans les couloirs du musée. Certains parviennent à se cacher, d'autres non, et l'attaque fait 22 morts, dont 4 Français. Encore de nouvelles victimes au nom de l'État islamique. À peine deux semaines plus tard, le 30 mars, le bâtiment rouvre ses portes, laissant les curieux se balader dans les allées encore criblées de balles. 

La Tunisie n'a pas été épargnée par les attaques terroristes. La fréquentation touristique du pays en pâti. Selon les derniers chiffres publiés par l'Office national du tourisme tunisien à Paris et relayés par Le Figaro, le pays enregistre une baisse des vacanciers de 53% en 2015 par rapport à 2014, même si "la clientèle française reste la plus fidèle", selon le directeur adjoint Maher Klibi. Mais le musée national est une véritable institution, un lieu phare de la culture tunisienne, et malgré la baisse du nombre de visiteurs, il ne s'est pas éteint. 

Le musée est devenu un symbole

Le Bardo est un lieu témoin de l'histoire multiculturelle de la Tunisie, avec des œuvres aussi bien païennes, que chrétiennes ou de l'époque islamique jusqu'au judaïsme. Tout y est représenté et l'identité unique du musée, au carrefour des cultures et des religions, s'est renforcée après l'attaque. Alors malgré les attaques perpétrées dans le musée, et quelques mois plus tard sur la plage de Sousse, le Bardo est devenu un véritable symbole de la culture contre l'obscurantisme religieux, un rempart contre la radicalisation.

Tout au long de l'année, de nombreuses manifestations artistiques et culturelles y ont été organisées sur ce thème. Au lieu d'être affaibli, le discours du triomphe de la culture et de la pensée sur l’extrémisme en a été renforcé, dans un pays extrêmement touché par le radicalisme religieux

Une fresque en mémoire des victimes

À cela se sont ajoutées les nombreuses visites de politiques et d'hommes de culture du monde entier, et notamment français et européens comme Alain Juppé, Christine Lagarde, Nicolas Sarkozy, Christiane Taubira, Martin Schulz, Fleur Pellerin ou encore François Fillon... L'annonce des quatre finalistes du prix Goncourt s'est également déroulée dans le musée en présence des membres du jury en octobre dernier.

En hommage aux victimes, une cérémonie a été par ailleurs organisée vendredi 18 mars, en présence de Jean-Marc Ayrault notamment. Autre initiative de la part d'une association tunisienne : une fresque en mosaïque qui représente les 22 personnes tombées sous les balles des terroristes installée dans le musée. 

Des vitrines encore criblées

Les visiteurs curieux de découvrir la collection unique - et inchangée - du musée tunisien ne pourront pas échapper à l'histoire de ses murs. Certaines vitrines où ont eu lieu les meurtres ont été gardées intactes avec leurs impacts de balles encore visibles. Une trace qui permet de garder en mémoire l'épisode tragique à travers les vitrines meurtries. 

La sécurité a également été renforcée. Depuis l'attaque, l'armée est présente devant les portes du musée, tout comme des portiques de sécurité avec détecteurs de métaux. Seulement, sur place, d'après un témoignage recueilli par RTL.fr, ça ne se passe pas exactement comme prévu. Notre source, qui souhaite restée anonyme, raconte qu'elle ne s'est pas faite fouillée à l'entrée et que les détecteurs de métaux étaient en panne. Sans doute une panne temporaire, nuance une source proche du musée. 

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782429963
Bardo un an après l'attentat : que devient le musée ?
Bardo un an après l'attentat : que devient le musée ?
ÉCLAIRAGE - Les portes du musée national tunisien se sont rouvertes à peine deux semaines après l'attentat qui a fait 22 morts le 18 mars 2015. Aujourd'hui, il est devenu un symbole de la lutte contre le radicalisme religieux.
http://www.rtl.fr/actu/international/bardo-un-an-apres-que-devient-le-musee-7782429963
2016-03-19 08:42:00
http://media.rtl.fr/cache/Qi7kUdsPs7qwI7gq315w5g/330v220-2/online/image/2016/0318/7782430007_le-musee-national-du-bardo-a-rouvert-ses-portes.jpg