Sociétés coopératives : quand les salariés sont aussi les patrons

REPLAY - La phrase d'Emmanuel Macron sur la "dure vie de l'entrepreneur" a réanimé un débat houleux opposant patron et salarié. Qu'en pensent les salariés associés des SCOP, qui élisent leur dirigeant ?

>
Sociétés coopératives : quand les salariés sont aussi les patrons Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP Crédit Média : Philippe de Maria Télécharger

“La vie d’un entrepreneur est souvent plus dure que celle d’un salarié”. Cette petite phrase, prononcée le 20 décembre par Emmanuel Macron, n'a pas manqué de choquer la gauche. Et de ranimer, au passage, l'un des plus vieux serpents de mer de l'économie : l'éternel conflit entre les salariés et le patronat.

Mais qu’en pensent les salariés qui sont également patrons, ces fameux travailleurs en SCOP (Société de coopération et de participation) ? En France, ces actifs au statut professionnel hybride représentent 26.900 personnes, et sont présents dans de nombreux secteurs d’activité, en particulier les services, le BTP et l'industrie.

En SCOP, le salarié associé élit son dirigeant

“On est tous ensemble sur le même bateau”, résume Julien. Chargé du bureau d’études de Laporte, une SCOP de menuiserie dans les Landes, il est lui-même salarié associé de l’entreprise dans laquelle il travailleComme 2.680 entreprises françaises, la société qui l’emploie est une SCOP, une société coopérative dont les salariés peuvent aussi être les actionnaires majoritaires.

Ce statut confère automatiquement un certain nombre de droits : en devenant salariés associés, les employés détiennent au moins 51% du capital social de l’entreprise. Ils élisent leur dirigeant, perçoivent un tiers du profit sous forme de dividendes répartis équitablement entre tous les salariés associés, et peuvent négocier leur salaire plus facilement.

Salariés responsabilisés et lien de confiance

Principal atout de ce fonctionnement : les salariés sont responsabilisés. “En assemblée générale, on décide de la marche à suivre pour le bien de l’entreprise. Tout le monde s’investit beaucoup”, témoigne Julien. La SCOP implique également que de son côté, le dirigeant élu perçoive la même part de profit que les associés et accepte donc de ne pas avoir le dernier mot si la majorité de ses salariés s'opposent à l'une de ses propositions concernant les grands axes de l'entreprise. 

Cette mise en commun des risques répond à un objectif : établir une bonne entente entre le dirigeant et les salariés associés, une relation basée sur la confiance et le respect mutuel. Dans le cas de l’entreprise de menuiserie où travaille Julien, elle est vectrice de bons résultats : Laporte est bénéficiaire, et les 13 employés ont accueilli 2 nouveaux salariés qui pourront passer associés sur décision de l'Assemblée générale.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781486453
Sociétés coopératives : quand les salariés sont aussi les patrons
Sociétés coopératives : quand les salariés sont aussi les patrons
REPLAY - La phrase d'Emmanuel Macron sur la "dure vie de l'entrepreneur" a réanimé un débat houleux opposant patron et salarié. Qu'en pensent les salariés associés des SCOP, qui élisent leur dirigeant ?
http://www.rtl.fr/actu/conso/societes-cooperatives-quand-les-salaries-sont-aussi-les-patrons-7781486453
2016-01-22 08:00:00
http://media.rtl.fr/cache/nq88-PuFuVpn7A1K4H_YwQ/330v220-2/online/image/2016/0121/7781489837_le-secretaire-general-du-syndicat-maritime-nord-eric-vercoutre-et-me-philippe-brun-l-avocat-qui-represente-la-scop-seafrance-illustration.jpg