Entrepreneur-salarié : "Les patrons sont les vrais assistés" selon Jean-Pierre Mercier, délégué CGT

REPLAY / INVITÉ RTL - Le délégué syndical de la CGT estime que la phrase d'Emmanuel Macron sur les conditions de vie des entrepreneurs a ouvert un débat "outrancier".

>
Entrepreneur-salarié : "les patrons sont les vrais assistés" selon Jean-Pierre Mercier, délégué CGT Crédit Image : MARTIN BUREAU / AFP Crédit Média : Yves Calvi Télécharger

La vie d'un entrepreneur est-elle plus dure que celle d'un salarié, comme l'a affirmé Emmanuel Macron mercredi 20 janvier dans une phrase polémique ? "Emmanuel Macron a dit 'bien souvent', moi je dis 'parfois'", commente Charles Beigbeber, entrepreneur et co-créateur du mouvement politique "L'Avant-Garde". "Quand j'ai créé ma première entreprise, au bout de quelques mois on a pensé qu'on allait tout arrêter. J'y avais mis beaucoup d'économies, du temps, de la réputation : c'était terrible. Ce sont des moments très durs parce que ça veut dire qu'on va devoir mettre fin à tous les contrats du personnel, ça veut dire qu'on est ruiné", assure-t-il.

"Vous êtes né à Neuilly, ça doit être très dur pour vous", ironise amèrement Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT. "Vous avez revendu vos part de votre société Poweo à 44 millions, je pense que vous en sortez bien", interpelle-t-il. "Toute cette bataille idéologique que mène le gouvernement et le patronat est une manière de dire qu'en réalité, ce sont eux les victimes. Aujourd'hui en France, il y a 550 salariés par an qui meurent au travail. On y laisse notre peau, nous !", s'emporte Jean-Pierre Mercier.

Ils passent pour les victimes alors qu'ils sont les bourreaux.

Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT

"On n'est pas des assistés ; les patrons sont les vrais assistés", estime le délégué syndical. Ils touchent des milliards et des milliards de la part du gouvernement (...) ils passent pour les victimes alors qu'ils sont les bourreaux", dénonce-t-il, pointant du doigt les grands groupes qu'il estime "responsables de fermeture de sous-traitants et de fournisseurs qui mettent des milliers de personnes au chômage".

De son côté, Charles Beigbeder tient à nuancer le tableau. "Il y a des grandes entreprises qui sont mondialisées et qui ont à faire des arbitrages au niveau mondial et européen, mais l'immense majorité des entreprises en France sont de TPE : c'est là que se fait l'essentiel de la création d'emplois dans le pays", répond-il. "C'est ce qu'Emmanuel Macron voulait adresser dans son message : il était en train de parler de sa volonté de crée un barème de plafonnement des indemnités, pour que le petit entrepreneur ait plus envie d'embaucher".

Réduire le chômage : objectif commun, moyens divergents

Tout comme le président du MEDEF Pierre Gattaz et le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, l'entrepreneur salue la phrase d'Emmanuel Macron. "Soyons honnêtes : la vie du petit entrepreneur est souvent plus dure que celle d'un salarié. Je suis venu en taxi, j'ai discuté avec le chauffeur : en deux ans, son chiffre d'affaire a été divisé par deux. Comment fait-on quand on a une famille, des coûts et des engagements ?", interroge-t-il. Selon lui, il n'existe que peu de garanties pour un entrepreneur. Si son entreprise fait faillite, il risque de n'obtenir aucun dédommagement.

La pire des insécurités pour les salariés, c'est le chômage très élevé : il faut le diviser par deux.

Charles Beigbeder, entrepreneur

'"Et quand les salariés sont licenciés ?", interroge Jean-Pierre Mercier, qui juge ce débat "outrancier". "Je suis parti de PSA Aulnay où la direction a fermé cette usine et aujourd'hui il y a plus d'un millier de salariés qui se retrouve en fin de droits. Et dans le meilleur des cas pour eux, ils toucheront l'ASS, c'est-à-dire 400 euros par mois", déclare-t-il.

Pour Charles Beigbeder, c'est précisément en inversant la réflexion autour de l'entrepreneur que l'on pourra combattre le chômage : "La pire des insécurités pour les salariés, c'est ce chômage très élevé : il faut le diviser par deux. Pour cela, il faut réformer le pays de manière radicale, comme l'a très bien expliqué M. Macron hier", ajoute-t-il. 

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781478727
Entrepreneur-salarié : "Les patrons sont les vrais assistés" selon Jean-Pierre Mercier, délégué CGT
Entrepreneur-salarié : "Les patrons sont les vrais assistés" selon Jean-Pierre Mercier, délégué CGT
REPLAY / INVITÉ RTL - Le délégué syndical de la CGT estime que la phrase d'Emmanuel Macron sur les conditions de vie des entrepreneurs a ouvert un débat "outrancier".
http://www.rtl.fr/actu/politique/entrepreneur-salarie-les-patrons-sont-les-vrais-assistes-selon-jean-pierre-mercier-delegue-cgt-7781478727
2016-01-21 12:46:48
http://media.rtl.fr/cache/lh1bw-88eRXqmhe1COov4Q/330v220-2/online/image/2016/0111/7781283218_emmanuel-macron-le-6-janvier-2016-a-matignon.jpg