3 min de lecture Polémique

"Quenelle" : Anelka "ne regrette pas d'avoir soutenu son frère" Dieudonné

Désormais joueur du Mumbai City FC, en Inde, le joueur français de 35 ans s'est livré sur son parcours dans une interview au magazine "France Football", mardi 25 novembre.

Nicolas Anelka sous les couleurs du Mumbai City FC en novembre 2014
Nicolas Anelka sous les couleurs du Mumbai City FC en novembre 2014 Crédit : AFP/I.Mukherjee
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

18 ans après ses débuts professionnels sous les couleurs du PSG et près de trois ans après son départ de Chelsea  - "Ma vie n'est plus planifiée depuis", explique-t-il -, Nicolas Anelka joue désormais en Inde, pour le Mumbai City FC, l'une des huit "franchises" de l'Indian Super League, mini-championnat qui se joue d’octobre à décembre 2014. À 35 ans, celui à qui colle toujours l'étiquette "d'enfant terrible du foot français" y vit sa 12e expérience professionnelle, dans un 7e pays (après la France, l'Angleterre, l'Espagne, la Turquie et la Chine).

La vie en Inde... puis son image

Dans une interview accordée à l'hebdomadaire France Football et publiée mardi 25 novembre le natif de Versailles revient en détail sur son arrivée et ses débuts en Inde, sa vie sur et en dehors des terrains, les problèmes de "trajets" ou "d’infrastructures". Puis il évoque "le plaisir" de jouer encore au football, notamment "la possibilité de jouer au milieu de terrain", lui, l'ancien attaquant de pointe. 

Puis, les questions reviennent sur son image ("Quand on a la certitude d'être quelqu'un de bien [...], on est en paix avec soi-même", estime-il) et sur le fameux geste de la "quenelle", effectué fin décembre 2013 pour célébrer un but avec le club anglais de West Bromwich Albion. Ce geste lui avait valu une suspension de cinq matchs par la Fédération anglaise et une rupture de son contrat avec WBA

J'assume mon choix et mon geste. J'ai tourné la page. Je vis avec et je me porte très bien

Nicolas Anelka
Partager la citation

S'il comprend en partie l'ampleur de polémiques qui ont suivi, Anelka affirme qu'en "aucun cas" il regrette d'avoir soutenu (son) frère", en parlant de Dieudonné, à l'origine de la "quenelle", un geste considéré comme un salut anti-sémite par certains, comme un bras d'honneur anti-système par d'autres. 

À lire aussi
Eliud Kipchoge au marathon de Vienne le 12 octobre 2019 athlétisme
Nike : pourquoi les baskets Vaporfly et leur semelle en carbone font polémique

"J'ai conscience de ce qu'il a vécu, poursuit l'ancien joueur du Real ou d'Arsenal. Il y a une raison pour laquelle je fais les choses. Je sais pourquoi je l'ai fait. Après, les polémiques, je suis assez grand pour me débrouiller tout seul. J'assume mon choix et mon geste. J'ai tourné la page. Je vis avec et je me porte très bien".

Je ne suis ni raciste ni anti-sémite, ajoute-t-il. Mais je ne peux pas forcer les gens à me croire

Nicolas Anelka
Partager la citation

"Je ne suis ni raciste ni anti-sémite, ajoute-t-il. Mais je ne peux pas forcer les gens à me croire. Chacun est libre de son opinion. Certains ont été dupés et ont oublié d'avoir leur propre réflexion. Tant pis pour eux s'ils sont convaincus que tout ce qui se dit est vrai. Il y a aussi un paquet de monde qui est avec moi et je le vois à chaque retour à Paris", assure-t-il pour conclure sur ce thème.

Un livre à venir ?

L'autre grande polémique liée à la carrière d'Anelka, celle avec Raymond Domenech lors du Mondial 2010, est bien sûr également abordée dans cette interview. "Je vais être gentil avec lui en disant qu'il est gentil", déclare le joueur. "La page doit se tourner. Il est temps. Nous sommes tous pères de famille, on ne va pas continuer à faire les gamins sur une histoire qui date d'il y a quatre ans".

Sur ce sujet, comme sur d'autres, Nicolas Anelka pourrait s'exprimer plus en détails dans un prochain livre. "C'est fort possible, oui, que je m'y mette à mon tour. Afin de pouvoir dires les vérités. Ma vérité. La vérité". Rien que ça.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Football Nicolas Anelka
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants