3 min de lecture Paris Saint-Germain

PSG : Matudi, Ben Arfa, David Luiz... Unai Emery devra gérer les egos et les changements de statuts

DÉCRYPTAGE - L'entraîneur du PSG va très vite être confronté à l'obligation de faire des choix qui excluront de l'équipe des cadres actuels du groupe.

Unai Emery en discussion avec Thago Silva
Unai Emery en discussion avec Thago Silva Crédit : Sipa
102907340309617434926
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Dimanche 28 août, 3e journée de Ligue 1 en le PSG et Monaco, Unai Emery effectue un changement à la 62e minute en faisant entrer Thomas Meunier à la place de David Luiz. Mené 2-0, le coach décide de sortir celui qui a provoqué un penalty grossier avant la pause et qui a été auteur d'une prestation très faible face aux Monégasques. Le signe que l'entraîneur basque ne donnera pas de passe-droit ? Peut-être. En tout cas le signe qu'Emery devra faire des choix cruciaux et surtout chambouler certains statuts s'il veut mettre en place son jeu et son schéma préférentiel.

Si les blessures donnent un peu de temps au technicien arrivé cet été du FC Séville, il devra bientôt mettre des cadres du club sur le banc et tourner la page Laurent Blanc sur le terrain. Des décisions qui, même justifiées sur le plan sportifs, pourraient secouer le vestiaire et forcer Unai Emery à révéler sa gestion de ce genre de crises inévitables dans les effectifs pléthoriques. 

L'heure de Maquinhos sonnerait le glas de David Luiz

 Dimanche, Unai Emery a sans doute libéré pas mal de supporters du club parisien, lassés de voir David Luiz donner des sueurs froides à chaque prise de balle ou intervention. Fantasque, moyen dans sa lecture du jeu et des trajectoires, l'ex-Blue de Chelsea n'a jamais été une assurance tout risque en défense, d'autant que sur le banc un joueur rongeait son frein. Marquinhos, impeccable lors de chaque match disputé dans l'axe ou à droite, passait systématiquement derrière certains joueurs, qui ont coûté plus cher, et dont la mise à l'écart aurait mis Laurent Blanc dans un embarras qu'il ne voulait sans doute pas gérer.  David Luiz a coûté plus de 50 millions au PSG et qu'on ne met pas un joueur de ce prix sur le banc, si on n'est pas prêt à en gérer les retombées. 

À lire aussi
Gianluigi Buffon avec le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, le 9 juillet 2018. Paris Saint-Germain
VIDÉO - Gianluigi Buffon arrive avec classe au PSG

Pourtant, les observateurs étaient unanimes : la charnière Marquinhos-Thiago Silva était la meilleure possible pour le club, la plus complémentaire. Elle permettait à Silva de se concentrer sur la couverture et la relance, alors que son jeune homologue était intransigeant dans les duels. Toute l'Europe lorgnait ainsi sur un Marquinhos que le staff maintenait sur le banc. Le joueur restait silencieux et jouait le jeu non sans frustration. Avec le retour de Thiago SIlva de blessure et de son homologue pris par les JO, la charnière devrait mettre David Luiz sur la brèche. Comment va-t-il le vivre ? Ses relais et amis dans le vestiaire resteront-ils sans broncher ? Le leadership d'Unai Emery sera observée de près. Et les dossiers du genre sont multiples. 

Les cas Ben Arfa et Matuidi seront les plus épineux

C'est au milieu que le nouvel arrivant sur le banc devra imposer sa loi. Tout d'abord, il y a de facto une place en moins si l'équipe évolue avec deux joueurs dans le cœur du jeu. Le trio Matuidi-Motta-Verratti sera cassé, et seul le jeune italien semble assuré d'intégrer l'équipe-type. Dans une configuration à deux milieux de terrain et dans une équipe qui presse haut et joue vite, Thiago Motta est hors-course. Vieillissant, en retard dans ses courses, il est plus à l'aise dans un jeu de possession. Pour Blaise Matuidi, sa technique en-dessous de la moyenne est un frein au très haut niveau, d'autant qu'il moins à l'aise en 4-2-3-1. On attend alors de voir Adrien Rabiot dans ce rôle mais surtout Grzegorz Krychowiak, arrivé du FC Séville dans le sillage de son entraîneur

Sur le papier, Verratti-Krychowiak serait la doublette au milieu, et Unai Emery devra dans ce cas se coltiner les états d'âme de Matuidi, l'un des leaders et un historique du PSG de QSI, mais aussi l'éventuel courroux de Thiago Motta, vice-capitaine et grande gueule devant l’éternel. Est-il capable d'être ferme pour imposer ses choix et pédagogue afin de ne pas mettre le feu au vestiaire ? D'autant qu'il faudra sans doute faire face à un moment donné à un Hatem Ben Arfa, cantonner au banc de touche et dont l'attitude sur le terrain montre déjà de l'agacement. Les premiers mois du Basque à Paris solliciteront ses talents de techniciens mais aussi de DRH. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Saint-Germain David Luiz Thiago Motta
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784660921
PSG : Matudi, Ben Arfa, David Luiz... Unai Emery devra gérer les egos et les changements de statuts
PSG : Matudi, Ben Arfa, David Luiz... Unai Emery devra gérer les egos et les changements de statuts
DÉCRYPTAGE - L'entraîneur du PSG va très vite être confronté à l'obligation de faire des choix qui excluront de l'équipe des cadres actuels du groupe.
https://www.rtl.fr/sport/football/psg-matudi-ben-arfa-david-luiz-unai-emery-devra-gerer-les-egos-et-les-changements-de-statuts-7784660921
2016-08-31 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Mit4QExhIHZBByS7U65Hpw/330v220-2/online/image/2016/0830/7784663247_unai-emery-en-discussion-avec-thago-silva.PNG