3 min de lecture Coupe du monde 2018

France-Bulgarie 1993 : comment Aimé Jacquet a métamorphosé un groupe maudit

DÉCRYPTAGE - En quatre ans, le successeur de Gérard Houllier a construit un groupe capable de remporter la Coupe du monde puis le championnat d'Europe encore deux ans plus tard.

Aimé Jacquet parle à Zinédine Zidane en juin 1996
Aimé Jacquet parle à Zinédine Zidane en juin 1996 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

"D'une certaine façon, nous avons contribué au développement du foot français", lance Emil Kostadinov à l'avant-veille d'un Bulgarie-France décisif dans la course au Mondial 20108 en Russie. Le bourreau des Bleus de 1993, celui qui les priva à l'ultime seconde de la World Cup américaine, a peut-être raison : l'équipe de France aurait-elle décroché le titre mondial quatre ans et demi plus tard sans ce traumatisme ?

"Les échecs peuvent servir et les dirigeants du foot français ont pris les bonnes décisions", poursuit l'ancien numéro 7 aux cheveux longs. Huit jours après le fiasco retentissant du Parc des Princes, le sélectionneur Gérard Houllier annonce sa démission. Président de la Fédération française de football en exercice depuis 1985, Jean Fournet-Fayard lui emboîte le pas le 29 novembre. Tout est à reconstruire.

Jacquet nommé provioirement

Nommé président par intérim, Jacques Georges confie les clefs de la sélection à l'ancien adjoint de Houllier, Aimé Jacquet. Du moins provisoirement, croit-il. Aucune durée de contrat n'est annoncée. La DTN évoque seulement "la moins pire des décisions". Le 16 février 1994, la France s'impose 1-0 en Italie (but de Youri Djorkaeff). Élu trois jour plus tard, Claude Simonet prend la place de Georges et confirme Jacquet dans ses fonctions. 

Dans l'immédiat, la purge est limitée. En Italie, six titulaires du sinistre France-Bulgarie sont reconduits : Bernard Lama, Marcel Desailly, Alain Roche, Didier Deschamps, Paul Le Guen et Éric Cantona. Franck Sauzée, Laurent Blanc et Jean-Pierre Papin, eux, ont annoncé leur retraite internationale - mais seul le premier ne reviendra pas sur sa décision. Jacquet apporte sa touche en offrant à Christian Karembeu sa première cape, 13 mois après la première. Il titularise aussi David Ginola et offre les clefs du jeu à Djorkaeff.

À lire aussi
Lionel Messi le 1er septembre 2016 Coupe du Monde
VIDÉO - Messi rejoue avec l'Argentine et lui offre la victoire

Après un nouveau succès, sur le Chili le 22 mars, le match amical du 25 mai contre l'Australie marque un premier virage significatif. Fabien Barthez et Christophe Dugarry effectuent leurs débuts en Bleu. Laurent Blanc accepte de revenir et d'endosser un rôle de relais du sélectionneur avec Didier Deschamps. Le 17 août, Jacquet incorpore Lilian Thuram et un certain Zinédine Zidane, auteur d'un doublé face aux Tchèques pour sa première entrée en jeu.

1995 : Papin, Cantona et Ginola disparaissent

Les éliminatoires de l'Euro 1996 débutent par trois 0-0 en Slovaquie, contre la Roumanie et en Pologne. Mais au terme d'un succès fondateur en Roumanie, le 11 octobre 1995, la France décroche son billet pour l'Angleterre. Papin et Cantona ont disparu des écrans le 18 janvier, Ginola le 6 septembre. Deschamps hérite du brassard de capitaine le 26 avril. Une page est définitivement tournée. 

Les Bleus débutent l'Euro avec huit futurs cadres de 1998 : Thuram, Blanc, Desailly, Karembeu, Deschamps, Zidane, Djorkaeff et Dugarry. Durant la compétition, Bixente Lizarazu déloge Éric Di Meco au poste de latéral gauche. La France échoue aux portes de la finale, aux tirs au but face à la République tchèque. Elle peut désormais préparer sereinement "sa" Coupe du monde.

Deux ans de maturation

Pour le match de rentrée du 31 août 1996, Jacquet fait appel à Robert Pirès. Deux mois plus tard, le grand public découvre Vincent Candela au cours d'un match face à la Turquie marqué par la prise de pouvoir de Fabien Barthez dans les buts. En 1997, les Bleus se payent le Portugal, les Pays-bas, la Suède, tiennent tête au Brésil et à l'Italie. Thierry Henry, Stéphane Guivarc'h et Alain Boghossian sont intégrés le 11 octobre pour un match face à l'Afrique du Sud, qui ne sait pas encore qu'elle jouera le match d'ouverture du Mondial 1998.

Lors de l'inauguration du Stade de France, Jacquet apporte une dernière touche à son édifice en lançant David Trezeguet dans le dernier quart d'heure. Deux courtes victoires en six matches avant le grand événement et une liste initiale de 26 joueurs et non 22 agace une partie de la presse. Aimé Jacquet, lui, est sûr de son fait. Le 12 juillet, la France décroche sa première étoile. Deux ans plus tard, avec un Roger Lemerre tout en continuité, elle marche sur l'Europe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du monde 2018 Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants