4 min de lecture Équipe de France de football

Équipe de France : les 4 chantiers de Deschamps en 2017

DÉCRYPTAGE - Qui associer à Griezmann en attaque ? À Pogba au milieu ? Dans quel système ? Avec ou sans Évra ? Le sélectionneur a quatre mois devant lui pour affiner ses réflexions.

Didier Deschamps en novembre 2016
Didier Deschamps en novembre 2016 Crédit : Michel Euler/AP/SIPA
GrégoryFortune77
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Pour l'équipe de France, 2017 c'est déjà demain. Et 2018 après-demain. Finaliste de l'Euro en juillet, en tête de son groupe de qualification pour le prochain Mondial en Russie et remontée au 7e rang du classement FIFA, la sélection de Didier Deschamps aura réussi son année 2016. En chiffres, le bilan est de 13 victoires en 17 matches, 36 buts marqués pour 12 encaissés. Il s'agit du meilleur bilan de son histoire après 2003 (13 victoires en 14 rencontres, 39 buts pour, 6 contre), année de Coupe des confédérations.

Certes, ce dernier nul sans saveur à Lens contre la Côte d'Ivoire (0-0) n'est pas la fin rêvée. Il a au moins le mérite de rappeler qu'il ne faudra pas se reposer sur ses lauriers de mars à octobre prochain. Sans la majorité de ses cadres, à commencer par Antoine Griezmann, les Bleus n'offrent pas le même visage. Si une équipe-type se dégage mois après mois et fait preuve d'une indéniable force de caractère dans les matches qui compte, la France possède une marge importante de progression. Les chantiers ne manqueront pas au sélectionneur.

1. Trouver le complément de Griezmann en attaque

Le premier porte sur le choix de l'attaquant de pointe. Karim Benzema hors-jeu, Olivier Giroud s'est imposé comme le complément idéal de l'incontournable Griezmann durant l'Euro. Depuis, le doute s'est installé. En Biélorussie (0-0), comme face à la Suède (2-1, buts de Pogba et Payet), leur association a été infructueuse. Entre-temps, le Gunner s'est blessé, ouvrant la porte à Kevin Gameiro pour la rencontre face à la Bulgarie (4-1). Doublé du revenant, but de Griezmann, passe décisive de l'un pour l'autre : résultat probant pour le duo de l'Atlético de Madrid reformé en sélection.

À lire aussi
L'attaquante française Valerie Gauvin aux prises avec la Danoise Rikke Lannerver Seweek, le 8 avril 2019 à Strasbourg football féminin
Coupe du Monde féminine 2019 : les Bleues écrasent le Danemark

Trois jours plus tard, aux Pays-Bas (0-1, but de Pogba), Gameiro rentrait dans le rang. Face aux Ivoiriens, de nouveau titularisé mais sans son compère dans le dos, il n'a pu marquer de points dans son duel à distance avec Giroud. Ce dernier retrouvera-t-il une place dans le 11 d'Arsenal ou verra-t-il au contraire son temps de jeu se réduire encore ? La complicité entre Griezmann et Gameiro en club en fera-t-elle une paire incontournable ? Un autre avant-centre, comme Alexandre Lacazette, peut-il ramasser la mise ?

Les prochains mois, d'abord jusqu'au Luxembourg-France du samedi 25 mars prochain, apporteront leur lot de réponses. S'il est possible d'être sacré champion du monde sans avant-centre indéboulonnable, il est plus simple d'y arriver avec.

2. Imposer un schéma tactique

Inamovible sous l'ère Laurent Blanc comme depuis la prise de fonctions de Didier Deschamps en 2012, le schéma de jeu en 4-3-3 semblait rangé au rayon des souvenirs depuis le quart de finale France-Islande de l'Euro (5-2). Après six matches de compétition en 4-2-3-1, il est réapparu durant la première période de France-Côte d'Ivoire.

À l'aise dans cette organisation guidée en partie par sa première titularisation et l'absence de Griezmann, Adrien Rabiot l'a beaucoup moins été après le repos avec l'entrée de Nabil Fekir en meneur de jeu. De fait, le sélectionneur, en fonction du choix des hommes, n'a pas tranché entre un milieu et une attaque à trois éléments, ou deux récupérateurs et quatre éléments offensifs.

Pragmatisme et adaptation, répond le sélectionneur. Mais ce qui vaut pour l'avant-centre s'applique aussi à la tactique. S'il est souhaitable de pouvoir évoluer en cours de match ou en fonction de l'adversaire si besoin, la progression des Bleus et la quête d'un deuxième sacre mondial passent par l'affirmation d'un style de jeu, d'une continuité, pour le bien de l'expression collective. 

3. Qui pour accompagner Pogba ?

Le 15 juin, Didier Deschamps envoyait un message fort en laissant Antoine Griezmann et Paul Pogba sur le banc au coup d'envoi du deuxième match de l'Euro face à l'Albanie (2-0). Façon de leur signifier clairement qu'il attendait plus d'eux. La réponse ne s'est pas fait attendre. "Grizou" libérait les Bleus ce soir là, enchaînant jusqu'au titre de meilleur joueur du tournoi. Devenu le joueur le plus cher de l'histoire ensuite, "Pogboum" reste dans l'équipe même lorsque celle-ci est très largement remaniée. C'est dire l'importance qu'il a prise.

Depuis le passage du 4-3-3 au 4-2-3-1 - on y revient -, Blaise Matuidi lui est quasi-systématiquement associé, aux dépens d'un N'Golo Kanté pourtant toujours aussi bon à Chelsea qu'il ne l'était à Leicester. Contre la Côte d'Ivoire, l'ancien Caennais a sans doute marqué de précieux points dans l'esprit de Deschamps. S'il s'est éteint au fil du match, Rabiot a aussi montré au sélectionneur qu'il avait les épaules pour porter le maillot bleu.

4. Quid du cas Évra ?

Layvin Kurzawa titulaire au poste de latéral droit pour le début de la campagne de Russie, Lucas Digne doublure. La jeunesse au pouvoir (24 et 23 ans), le "vieux" Patrice Évra (35 ans) à la retraite forcée. Et puis tout cela balayé d'un revers de main après le forfait du premier coté pour le dernier rassemblement. Évra aligné face à la Suède au nom de l'expérience des rendez-vous importants. Désaveu cinglant pour Digne.

Aligné face à la Côte d'Ivoire, le néo-barcelonais a signé un match plutôt correct, tant défensivement face à Max-Alain Gradel qu'offensivement avec plusieurs centres et combinaisons. Mais a-t-il convaincu le sélectionneur de le rappeler quand Kurzawa sera remis ? Quelle est est véritablement la position de Deschamps sur son vice-capitaine ? La question, encore une, ne manque pas d'intérêt.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Coupe du Monde Antoine Griezmann
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785810755
Équipe de France : les 4 chantiers de Deschamps en 2017
Équipe de France : les 4 chantiers de Deschamps en 2017
DÉCRYPTAGE - Qui associer à Griezmann en attaque ? À Pogba au milieu ? Dans quel système ? Avec ou sans Évra ? Le sélectionneur a quatre mois devant lui pour affiner ses réflexions.
https://www.rtl.fr/sport/football/equipe-de-france-les-4-chantiers-de-deschamps-en-2017-7785810755
2016-11-16 17:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4R1TIGGYqnAyhaQm66FVHA/330v220-2/online/image/2016/1116/7785810832_didier-deschamps-en-novembre-2016.jpg