1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Corruption à la FIFA : Poutine s'en prend à la justice américaine
2 min de lecture

Corruption à la FIFA : Poutine s'en prend à la justice américaine

Vladimir Poutine, président de la Russie, estime que les États-Unis cherchent à "empêcher la réélection" de Joseph Blatter à la tête de la FIFA.

Vladimir Poutine le 5 mars 2015 (archives).
Vladimir Poutine le 5 mars 2015 (archives).
Crédit : SERGEI KARPUKHIN / POOL / AFP
Julien Absalon & AFP

Vladimir Poutine voit d'un mauvais œil l’exceptionnel coup de filet opéré par la justice américaine à l'encontre de la FIFA pour des affaires de corruption. Le président russe a dénoncé jeudi 28 mai la tentative de déstabilisation de l'instance dirigeante du football mondial par les États-Unis, pays candidat à l'organisation de la Coupe du monde 2022.

"On se souvient des pressions exercées sur [Joseph Blatter] pour empêcher la tenue de la Coupe du monde de football en Russie en 2018. C'est une tentative évidente d'empêcher la réélection de monsieur Blatter au poste de président de la FIFA, ce qui constitue une très grosse violation des règles de fonctionnement des organisations internationales", a déclaré Vladimir Poutine lors d'une interview retransmise par le Kremlin.

C'est une nouvelle tentative évidente des États-Unis d'étendre sa juridiction à d'autres États

Vladimir Poutine

Le chef d'État russe ne comprend d'ailleurs pas pourquoi la justice américaine a pu intervenir en Suisse pour procéder, à l'aide des autorités locales, aux inculpations à Zurich de quatorze personnes dont neuf élus de la FIFA anciens et actuels, pour corruption, racket et blanchiment. Ces suspects, soupçonnées d'avoir accepté des dessous de table d'un montant total de plusieurs dizaines de millions de dollars depuis les années 90, pour les droits de diffusion de tournois internationaux, font l'objet d'une demande d'extradition américaine.

"Concernant les arrestations, tout cela est pour le moins étrange. Je ne sais pas si l'un d'entre eux a violé une loi, mais en tout cas les États-Unis n'ont aucun lien avec tout ça. Ces fonctionnaires ne sont pas des citoyens américains et, si quelque chose s'est produit, cela n'est pas arrivé sur le territoire des États-Unis. Ils n'ont rien avoir avec tout ça. C'est une nouvelle tentative évidente des États-Unis d'étendre sa juridiction à d'autres États", a ajouté le président de la Fédération de Russie.

La loi américaine autorise les poursuites contre ses citoyens à l'étranger

À lire aussi

Mercredi 27 mai déjà, date des arrestations des hauts responsables de la FIFA, la diplomatie russe avait esquissé la position de Moscou. "Nous appelons avec insistance Washington à mettre fin à ses tentatives d'exercer la justice bien loin de ses frontières, selon ses normes juridiques, et à suivre les procédures juridiques internationales généralement admises", avait déclaré le ministère russes des Affaires étrangères.


Comme l'explique le New York Times, la loi américaine permet à son Département de la Justice de poursuivre ses "citoyens vivant à l'étranger". Un dispositif particulièrement utilisé par les procureurs "dans les cas de terrorisme international". Il faut cependant qu'il y ait un lien avec les États-Unis, comme l'utilisation par exemple d'une banque américaine ou d'un fournisseur d'accès internet américain.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/