1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Bordeaux : qui est Gérard Lopez, le repreneur des Girondins ?
1 min de lecture

Bordeaux : qui est Gérard Lopez, le repreneur des Girondins ?

PORTRAIT - L'homme d'affaires hispano-luxembourgeois va effectuer son retour en L1 six mois après avoir été débarqué de la présidence de Lille.

Gérard Lopez à Londres le 11 décembre 2019
Gérard Lopez à Londres le 11 décembre 2019
Crédit : Isabel INFANTES / AFP
Denis Granjou
Journaliste

Un redressement judiciaire pesait depuis des semaines sur les Girondins de Bordeaux : il a été écarté mardi 22 juin après l'annonce d'un accord entre l'ancien actionnaire majoritaire King Street, son bailleur Fortress et Gérard Lopez, de retour en L1 six mois après avoir été débarqué de la présidence de Lille. 
L'Hispano-Luxembourgeois (il est né à Esch-sur-Alzette), qui aura 50 ans au mois de décembre prochain, est un homme d'affaires. C'est en effet ainsi qu'il faut le définir depuis son diplôme dans une grande école de commerce aux États-Unis, à Miami. Après le "trading" pétrolier, il s'oriente vers les nouvelles technologies. Sa fortune s'accroît, il crée plusieurs sociétés et en 2017 il devient propriétaire Losc, alors 17e de Ligue 1.

Durant quatre ans, il va appliquer sa méthode, simple en apparence : dénicher des jeunes talents et les vendre plus cher qu'ils ont été achetés. Une philosophie loin de faire l'unanimité. Gérard Lopez sait qu'il suscite critiques et interrogations. Lors de son départ de Lille fin 2020, il avait simplement déclaré : "je quitte le club en laissant derrière moi un héritage de talents pour le futur". 

Dette de plus de 120 millions d'euros

Quelques mois plus tard, en mai dernier, le club de football de Lille décrochait le titre de champion de France au nez et à la barge du PSG. Mais si le "trading" de joueurs a été bénéfique sportivement avec un Losc rejouant les premiers rôles, il ne l'a pas été financièrement, avec une dette de plus de 120 millions d'euros, principale raison de son éviction en décembre dernier.  

L'ancien propriétaire de l'écurie de Formule 1 Lotus (2011-2015) aura-t-il la même réussite sportive chez les Girondins de Bordeaux ? "Si je n'étais pas convaincu qu'il y a quelque chose de bien à faire ici, je ne serais pas venu", a-t-il confié à RTL quelques heures avant d'obtenir le feu vert pour la reprise du club marine et blanc. Bordeaux a terminé 12e de la dernière saison de Ligue 1 après avoir longtemps tremblé pour son maintien.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/