2 min de lecture Violences

Bastia-Lyon : le président de la Ligue promet des sanctions "exemplaires"

REPLAY - INVITÉS RTL - Pour Didier Quilloit, "la commission de discipline de la LFP prendra ses responsabilités et la mesure de la gravité" après les incidents qui ont entraîné le retard puis l'arrêt de la rencontre de dimanche 16 avril en Ligue 1.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Bastia-Lyon : le président de la Ligue promet des sanctions "exemplaires" Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Yves Calvi

"Carton rouge pour les supporters corses", titre Le Parisien/Aujourd'hui en France, "À en pleurer", déplore L'Équipe. La semaine noire du football s'est poursuivie dimanche 16 avril au stade Armand-Cesari de Bastia avec des scènes surréalistes, des supporters et des stadiers du club corse s'en prenant physiquement à des joueurs de Lyon. Retardé de 50 minutes, la rencontre entre le dernier et le 4e de Ligue 1 a définitivement été interrompue à la mi-temps après une nouvelle bagarre générale.

Invités de RTL au lendemain de ces incidents, le directeur général exécutif de la Ligue de football professionnel, Didier Quillot, et le ministre des Sports Patrick Kanner ont tous deux condamné des événements "inacceptables". "Évidemment il y a eu une faillite de la sécurité, estime le premier. C'est le club qui est responsable de la sécurité des rencontres qu'il organise (...) Il y a eu une faute, ce n'est pas un manquement, c'est une faute grave du club et des stadiers qui ont laissé le public rentrer sur la pelouse".


"Ces comportements sont évidemment inqualifiables, intolérables, poursuit-il. Je voudrais malgré tout dire que c'est la première fois que cela se passe sur un stade de Ligue 1, mais c'est un cas très particulier, celui du club de Bastia. Les sanctions seront exemplaires. La commission de discipline de la Ligue prendra ses responsabilités et la mesure de la gravité. Elle les a déjà prises après la rencontre Metz-OL" (interrompue après des jets de pétard sur la gardien de l'OL Anthony Lopes, ndlr).

À l'évidence, on ne peut pas continuer à jouer dans ce stade

Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP
Partager la citation

Cette commission indépendante se réunira jeudi 20 avril pour ouvrir le dossier. Retrait de point(s), matches délocalisés ou à huis clos, rétrogradation... L'éventail des sanctions est large. Pour Didier Quillot, il est déjà certain "qu'à l'évidence on ne peut pas continuer à jouer dans ce stade de Bastia où la sécurité ne peut pas être garantie, au moins jusqu'à la fin de la saison (...) Vous pouvez faire confiance aux instances pour que ce qui s'est passé là soit lourdement sanctionné".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences Ligue 1 Uber Eats SC Bastia
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants