2 min de lecture AS Saint-Etienne

ASSE-OL : la loi des séries

PRÉSENTATION - L'AS Saint-Étienne va tenter de battre l'Olympique lyonnais pour la première fois depuis 20 ans dans son enceinte de Geoffroy-Guichard lors du 109e derby de l'histoire, dimanche 30 novembre (21h).

L'Olympique Lyonnais s'était imposé à l'ultime seconde lors du dernier derby à Saint-Étienne, le 10 novembre 2013
L'Olympique Lyonnais s'était imposé à l'ultime seconde lors du dernier derby à Saint-Étienne, le 10 novembre 2013 Crédit : ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Christophe Chafcouloff
Christophe Chafcouloff

20 ans qu'ils courent après. Actuellement 7e du championnat, les Verts vont chercher à remporter une victoire à domicile sur l'Olympique lyonnais qui les placerait au pied du podium, à un point seulement de leur rival de toujoursAccrochés par le club azerbaïdjanais de Qarabag en Europa League jeudi 27 novembre, l'ASSE est néanmoins invaincue depuis huit matches toutes compétitions confondues.

Saint-Étienne veut vaincre la malédiction

L'entraîneur stéphanois réfute toute idée de complexe d'infériorité de ses joueurs face à l'OL dont la victoire l'an dernier avait laissé un goût amer aux hommes de Christophe Galtier. Jimmy Briand avait offert le derby aux Lyonnais sur la dernière action du match à la toute fin du temps additionnel (2-1).

"Je ne crois pas du tout à un sentiment d'infériorité de notre part. Nous avons su gagner à Gerland la saison dernière. L'emporter à Geoffroy-Guichard serait magnifique et nous permettrait aussi de nous rapprocher d'un concurrent direct. Débuter une série de victoires dimanche serait le plus beau cadeau que nous pourrions offrir à nos supporteurs", a dit Galtier en conférence de presse samedi. "Les deux équipes ont un niveau proche, ce qui prouve que nous avons progressé ces dernières années", a-t-il poursuivi. 

Si les Verts ont imposé leur domination dans les années 60 et 70, à une époque où ils ont remporté neuf de leur dix titres de champion de France (le 10e en 1981), la courbe s'est inversée au milieu des années 1990 avec l'inexorable montée en puissance du club de Jean-Michel Aulas, sacré à sept reprises entre 2002 et 2008. Les Stéphanois ont brisé la spirale négative face à Lyon en venant s'imposer à deux reprises au stade de Gerland, en septembre 2010 (1-0) lors du 100e derby puis le 30 mars dernier (2-1).

L'Europe a changé de camp

À lire aussi
Ligue des champions
Mercato : qui est Georginio Wijnaldum, la nouvelle recrue du Paris Saint-Germain ?

Habitué des joutes européennes pendant ses années fastes, l'Olympique lyonnais ne joue aucune compétition européenne cette saison, à l'inverse de l'ASSE. Conscient des efforts consentis par ses joueurs lors du match nul face à Qarabag, l'entraineur stéphanois a déjà prévenu : "Lyon sera favori car ne jouer qu'une fois par semaine est un avantage", estime Christophe Galtier.

"Il a fallu digérer la déception de jeudi et enchaîner rapidement est un bienfait", souligne-t-il. Du côté lyonnais, le jeu de bluff est assuré par Jean-Michel Aulas, qui avait déjà préparé le terrain en collant l'étiquette de favori sur les Verts dès samedi dernier "car ils joueront à domicile".

Sécurité renforcée

Si l'année dernière, les supporters visiteurs avaient été interdits de déplacement, 600 Lyonnais ont été autorisés à venir, cette fois-ci, ainsi que 150 VIP. 
Les mesures de sécurité pour le derby sont cinq à six fois supérieures à un match classique à Saint-Etienne, avec hélicoptère, véhicules lanceurs d'eau, mobilisation de plusieurs escadrons de gendarmerie et compagnies de CRS pour contenir les éventuels mouvements de foules importants autour du stade.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
AS Saint-Etienne Olympique Lyonnais Ligue 1 Uber Eats
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants