1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Transat Jacques Vabre : "Ce n'est jamais pareil", explique Kito de Pavant
1 min de lecture

Transat Jacques Vabre : "Ce n'est jamais pareil", explique Kito de Pavant

INVITÉ RTL - Kito de Pavant doit partir du Havre au côté de Yannick Bestaven dimanche 5 novembre pour la Transat Jacques Vabre 2017.

Le navigateur français Kito de Pavant, participant à la Transat Jacques Vabre 2017
Le navigateur français Kito de Pavant, participant à la Transat Jacques Vabre 2017
Crédit : Frédéric Veille / RTL
Transat Jacques Vabre : "ce n'est jamais pareil", explique Kito de Pavant
08:01
Vincent Parizot & La rédaction numérique de RTL

Le navigateur Kito de Pavant doit s'élancer du port du Havre dimanche 5 novembre pour la 13e édition de la Transat Jacques Vabre. Au total, 76 marins seront au départ et prendront la direction de Salvador de Bahia au Brésil. Kito de Pavant fera équipe avec Yannick Bestaven pour cette course mythique.

"On commence à rentrer dans la bulle de la course, on regarde les fichiers météo", confie Kito de Pavant au micro de RTL. "On se prépare à la course tout en étant un peu serein et on prend le temps de discuter avec les gens qui viennent admirer les bateaux", explique-t-il.

"Le début de cette Transat Jacques Vabre n'est jamais très simple, il y a déjà la Manche, ensuite la pointe de Bretagne, le Golfe de Gascogne, avant d'atteindre les alizés avec des conditions plus clémentes", détaille Kito de Pavant. Mais le marin et son coéquipier n'en sont pas à leur première course : "On a un peu d'expérience, le bateau a aussi montré ses capacités depuis plusieurs années", affirme-t-il.

On s'est choisis parce que l'on se connaît un peu

Kito de Pavant

Pour Kito de Pavant, les transats en double permettent une navigation bien spécifique, mais aussi "de partager beaucoup de choses" avec son coéquipier. En l'occurrence, Kito de Pavant et Yannick Bestaven se connaissent déjà : "On s'est choisis parce que l'on se connaît un peu, on est des gens capables de s'adapter. Mais c'est une complexité supplémentaire par rapport au solitaire."

À lire aussi

"Ça fait longtemps que je fais des transats, j'ai commencé quand j'avais 20 ans et j'en ai maintenant 56. Les transats ce n'est jamais pareil, ce n'est pas le même bateau, pas le même équipage et pas la même météo", conclut Kito de Pavant.

Le bateau de Kito de Pavant
Le bateau de Kito de Pavant
Crédit : Gilles Martin-Raget
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/