2 min de lecture Homosexualité

L'Ukrainien Sergiy Stakhovsky ne veut pas mettre sa fille au tennis car "la moitié des joueuses sont lesbiennes"

Le joueur de 29 ans a choqué le circuit avec des propos accordés à un site ukrainien et assure par ailleurs qu'il n'y a "certainement pas de gays" dans le top 100 du tennis masculin.

Le joueur ukrainien Serhiy Stakhovsky au tournoi de Sydney, le 13 janvier 2015
Le joueur ukrainien Serhiy Stakhovsky au tournoi de Sydney, le 13 janvier 2015 Crédit : CRAIG GOLDING / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Sergiy Stakhovsky semble avoir un peu de mal avec l'homosexualité. Ce joueur de tennis ukrainien, 55e au classement ATP et surtout connu pour avoir battu le Suisse Roger Federer au 2e tour de Wimbledon en 2013, a secoué le monde de la petite balle jaune avec des propos tenus dans une interview au site XSport.ua.

Dans cet entretien, le joueur de 29 ans est invité à réagir sur les minorités sexuelles dans le tennis. Bien que le sujet soit assez tabou et très sensible dans le sport, il livre sans détour son point de vue sur la question. Il se penche d'abord sur la situation dans le circuit masculin et y décrit une "atmosphère normale". Par ces termes, il explique que "dans le top 100, il n'y a certainement pas de gays", comme le rapporte la traduction du site Letsecondserve.

"S'il y avait quelque chose, on le saurait parce qu'il s'agit d'un cercle très fermé", ajoute-t-il, tout en ayant précisé qu'il y avait auparavant des "discussions à propos de Gasquet et de Nadal et même Federer".

C'est triste de penser à notre époque que des gens sont étroits d'esprit

Stacey Allaster, présidente du circuit de tennis féminin
Partager la citation

Une fois la sexualité des tennismen passée en revue, le protégé de Fabrice Santoro se laisse ensuite aller à une comparaison avec le tennis féminin : "Sur le circuit WTA, une joueuse sur deux est lesbienne. Pouvez-vous imaginer ? La moitié d'entre elles". Un constat qui lui amène cette conclusion : "C'est donc sûr que je n'enverrai pas ma fille jouer au tennis". 
Sur Twitter, interpellé par Martina Navratilova, l'ancienne championne tchécoslovaque devenue américaine et qui milite pour les droits LGBT, Sergiy Stakhovsky a confirmé qu'il avait "honnêtement toujours pensé de cette façon".

À lire aussi
Le XV de France, avant le match contre l'Afrique du sud, au Stade de France en novembre 2018 rugby
Rugby : pourquoi le XV de France jouera samedi avec des lacets arc-en-ciel

Face à ces déclarations, Stacey Allaster, la présidente du circuit professionnel de tennis féminin, est montée au créneau pour exprimer sa désolation. "C'est triste de penser à notre époque que des gens sont étroits d'esprit et parlent dérisoirement des femmes en se basant sur leur orientation sexuelle. C'est un triste reflet de la pensée ancienne et je suis fière de tous nos joueuses de la WTA qui sont avant-gardistes, traitent tout le monde de la même façon et reflètent la vie du 21e siècle", a-t-elle regretté dans un communiqué.

Finalement, par le biais d'un message sur Twitter, Sergiy Stakovsky, après avoir échangé avec des internautes via plusieurs dizaines de messages, a fini par se dire "désolé" car il ne "voulait pas offenser" quiconque.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Homosexualité Polémique Lesbiennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants