1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. JO Rio 2016 : plus qu'un centre sportif, l'INSEP est aussi une école
1 min de lecture

JO Rio 2016 : plus qu'un centre sportif, l'INSEP est aussi une école

Isabelle Langé nous fait visiter l'Institut national du sport de l'expertise et de la performance (INSEP), le centre d'entraînement des sportifs français.

L'INSEP dispose de son propre système scolaire, adapté aux sportifs
L'INSEP dispose de son propre système scolaire, adapté aux sportifs
Crédit : JEAN AYISSI / AFP
JO Rio 2016 : plus qu'un centre sportif, l'INSEP est aussi une école
03:45
Isabelle Langé & Paul Véronique

Situé au cœur du bois de Vincennes dans l'Est de Paris, l'Institut national du sport de l'expertise et de la performance (INSEP) a un objectif simple : former les meilleurs sportifs français. Mais on n'y enseigne pas que le sport. Conscient du fait qu'une carrière de sportif est courte et peut s'arrêter à tout moment, l'INSEP dispose de son propre système scolaire, adapté aux besoins des futurs champions. Pour Renaud Longuèvre, ancien sportif et entraîneur à l'INSEP, c'est primordial : "Ils poursuivent des études et ensuite, on réalise un travail de coordination avec les formateurs. Grâce à cela, il se passe aussi de belles choses dans leurs vies."

Cette année, 160 élèves étaient inscrits de la troisième à la terminale. Contrairement à certains établissements, ici les classes ne sont pas surchargées. Il n'y a qu'une dizaine d'élèves par classe, ce qui permet un suivi complet des sportifs. En plus, ce sont les enseignants qui font le déplacement pour dispenser leurs cours. "Les élèves ne se déplacent jamais, sauf un jour par semaine le vendredi matin pour assister aux travaux pratiques en science", explique Pierre Thomas, le responsable de l'enseignement.

Concilier cours et entraînement n'est pas toujours facile comme en témoigne le fils de l'entraîneur de l'équipe de France de volley. Pour lui, les journées commencent à 7h45 et se terminent à 22h. Entre-temps, il jongle entre cours, entraînements et temps consacré aux devoirs. Mais les résultats sont au rendez-vous. Cette année, on comptabilise 100% de réussite au bac.

D'illustres champions ont étudié sur les bancs de l'INSEP. Au début des années 2000 on pouvait croiser Boris Diaw et Tony Parker, Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils et Gilles Simon ou Ladji Doucouré pour l'athlétisme. Teddy Rinner, le légendaire judoka français y est passé lui aussi. Il ne faisait d'ailleurs pas partie des plus sages. "Il était joueur, malicieux, ce n'était pas le plus irréprochable. Il a fait partie de quelques punis qui sont sanctionnés le vendredi après-midi. Mais il a toujours été très reconnaissant", se souvient Pierre Thomas avec amusement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/